Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

Choses diverses, dégustées et aimées

9 Commentaires

Dans cette période de départ en vacances, pour certains du moins, je voulais donner de la place à des vins que j’ai goûtés et aimés récemment, sans nécessairement avoir de la matière pour tout un article sur chacun d’entre eux.

Coïncidence ou signe de mes préférences actuelles ou de saison, ils sont tous blancs.

Yann AlexandreYann Alexandre et son épouse

Commençons par des bulles, de Champagne en l’occurrence.

J’ai découvert ce vin et son producteur lors d’une récente conférence de presse tenue à Paris par un groupe issus des Vignerons Indépendants de Champagne et à propos de leur démarche vers une agriculture plus éco-responsable (les cyniques vont dire « mieux vaut tard que jamais », mais moi j’applaudis). Le vigneron en question s’appelle Yann Alexandre et son domaine est basé à Courmas, au sud-ouest et proche de Reims dans la zone parfois appelée la Petite Montagne de Reims. Je n’ai pas encore eu le temps d’aller le voir sur place, mais ce n’est que partie remise, tant j’ai trouvé le style des vins inspirant et le vigneron intéressant. Plutôt que de recopier des parties de son site web, qui est très claire et dénué de toute artifice, je vous invite à aller voir vous-même si cela vous intéresse. Sa production est très limitée, mais de la plus haute qualité.

http://www.champagneyannalexandre.fr/

Voici mes notes rapides sur les deux cuvées dégustées :

IMG_7650

Yann Alexandre, Roche Mère Brut Nature

Intense, au fruité élancé et  juteux, et à la texture légèrement crayeuse mais sans excès. C’est fin et très gourmand.

Yann Alexandre, Sous les Roses Blanc de Noirs

La dimension de ce vin est plus large et plus imposante que le précédent. Le fruité s’exprime d’une manière encore plus savoureuse et la longueur est magnifique.

J’ai adoré la pureté et la sapidité des saveurs de ces deux vins qui sont capables à la fois de donner un plaisir immédiat et d’en garder sous le pied pour révéler des couches de complexité. Attention, ces champagnes ne sont pas donnés car je les vois en vente chez des cavistes à des prix entre 35 et 50 euros, du moins pour les cuvées comme celles-ci. Mais on est dans le domaine du très très bon pour la région.

Les Anjou de la Grande Gauterie

Maintenant place à des vins plus abordables, cette fois-ci de la Loire et produits par un néo-vigneron américain, Daniel Henderson au Domaine de la Grande Gauterie.

IMG_7644

J’ai croisé Daniel à plusieurs reprises dans des dégustations à Paris et nous sommes tous les deux professeurs pour des écoles différentes qui proposent les formations WSET. Il a récemment investi dans un domaine  angevin et a élaboré toute une gamme de vins à partir du millésime 2015. Le domaine s’appelle Grande Gauterie et se situe à Saint-Lambert du Lattay. Je pense qu’il a eu de la chance de démarrer avec un millésime de cette qualité, mais j’ai trouvé que ses vins sont réussis à travers toute la gamme d’une dizaine de cuvées que j’ai dégusté (voir photo). Même le Cabernet d’Anjou, qui n’est pas un type de vin que j’apprécie généralement, était parfaitement fait et bien équilibré, tendrement fruité et gentiment doux. Rouges de Cabernet Franc et blancs secs de Chenin Blanc sont impeccables et les doux montent progressivement en intensité à travers les cuvées sans jamais perdre leur sens d’équilibre. Et, cerise sur le gâteau, les prix (public) sont très doux, allant de 5 à 6 euros pour les cuvées de base à 8 à 12 euros pour les cuvées plus spécifiques et limitées. J’ai noté aussi que ses tarifs sont bien étudiés pour laisser travailler les cavistes car les prix aux professionnels sont à la moitié des prix public. C’est assez rare chez des « petits » vignerons et mérite d’être souligné. Voilà un début remarquable et je lui souhaite pleine réussite.

Partons maintenant vers l’Est et hors de France…

Vendredi soir, après avoir oublié à midi de me rendre à une dégustation de vins du Jura (l’inconscient nous joue des tours, et plus souvent qu’on ne le pense !), je me suis rendu à une dégustation de vins allemands du Rheinhessen produits par deux jeunes femmes, Gesine Roll et Katharina Wechsler, sur leurs domaines respectifs. Bien que la situation évolue favorablement, il est effectivement trop rare de pouvoir déguster des vins allemands en France. Cette fois-ci, c’est l’excellent caviste parisien, Soif d’Ailleurs, dont j’ai déjà parlé ici, qui a aidé à équilibrer les choses.

image1Gesine Roll, à gauche, et Katharina Weschler avec tous les vins de la dégustation

Weingut K. Weschler, Westhoffen, Rheinhessen

D’abord les vins de Katharina, dont le site web est uniquement en allemand, ce qui me surprend car elle parle parfaitement français et anglais et a fait des études à Paris en sciences économiques avant de revenir vers le domaine familiale de Westhoffen, faire des études d’oenologie et commencer à vinifier en 2009. Auparavant son père vendait les raisins. Ses vins sont tous sous capsule à vis, heureusement.

http://www.weingut-wechsler.de/

K. Weschler Scheureube 2015

Je n’ai pas dégusté grand nombre de vins de cette variété intéressante qui est un croisement entre le Riesling et une vigne sauvage, produit en Allemagne début 20ème. C’est même surprenant qu’il n’ait pas eu plus de succès que le bien plus ordinaire Müller-Thurgau; il doit y avoir une histoire de rendement là-dessous.

Vin franchement, mais subtilement, aromatique, tranchant par une acidité puissante bien intégrée. Un fruité très agréable, de la longueur et un bel équilibre. J’en boirais volontiers à l’apéritif. (prix public 13 euros)

K. Weschler Riesling Westhoffen 2015

Le Riesling « de village » de ce producteur, selon une équivalence logique avec la Bourgogne.  C’est d’une délicieuse finesse, assez fruité au départ, puis rapidement plus crayeux. Il finit parfaitement sec. Sa très belle acidité (9,5 g) le pousse vers les longueurs. Un vin élancé et très salivant. (prix 16 euros).

K. Weschler Riesling Kirchspiel 2014

Issu d’un premier cru de la commune de Westhoffen, ce vin est hyper précis et d’une belle intensité. Encore très jeune et donc un peu austère, il semble aussi plus léger que le vin précédent, probablement à cause d’un fruité plus discret et d’un millésime plus compliqué. Je pense qu’il lui faudra une bonne année de plus pour trouver tout son potentiel. (prix 28 euros).

Weingut Weedenborn, Monzernheim, Rheinhessen 

Le domaine de 16 hectares de Gesine Roll est situé à courte distance de celui de Katharine Weschler et les deux femmes sont amies. A le différence de Katharina, Gesine aime le Sauvignon Blanc, sans négliger le Riesling. Autre particularité du domaine : la présence de terres rouges, qui donnent d’ailleurs leur nom à certaine cuvées. Encore une fois, le site web est uniquement en allemand :

http://www.weedenborn.de/

Weedenborn Terra Rossa Sauvignon Blanc 2015

J’ai d’abord trouvé les arômes de ce vin un peu trop violents, me rappelant quelques vins de l’Afrique du Sud.  Les choses s’améliorent bien en bouche avec plus de rondeur tout en restant vif et expressif.

Weedenborn Terra Rossa Riesling 2014

40% de ce vin a été élevé dans des grands récipients en bois. Un Riesling sec de grand style, intense, croquant et fin. J’aime aussi sa pointe d’amertume en finale. Très bonne longueur.

Neumeister (Styrie)

J’ai un peu discuté avec Gesine Roll de vins de Sauvignon Blanc d’autres pays et nous avons trouvé une référence en commun : les vins de Neumeister, à Straden en Styrie (Autriche). Elle échange même des bouteilles avec cet excellent producteur dont j’ai déjà parlé ici-même. Cela tombe bien car je voulais terminer cet article par un des meilleurs Sauvignons Blancs que j’ai dégusté de ma vie.

IMG_7346

http://www.neumeister.cc/

Et ce site est bilingue allemand-anglais.

Neumeister Stradener Sauvignon Blanc, Alte Reben 2012

Je ne trouve pas mes notes de dégustation pour ce vin, mais je l’ai dégusté à deux reprises : une première fois au domaine, et une deuxième sur le stand du producteur à Prowein. Chaque fois, il m’a tiré des larmes des yeux par sa beauté. Je ne peux pas en dire plus ! Il n’est pas bon marché (55 euros annoncé sur le site de vente directe du producteur), mais cela reste bien moins que des vins de Didier Dagueneau, par exemple. Il n’est produit que dans les très bons millésimes. J’ai appris récemment que ce producteur, comme d’autres de sa région, a souffert du gel en 2016 et ne récoltera pas grande chose cette année. Goûtez ce vin (et d’autres de chez lui) si vous en avez l’occasion.

David

 

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

9 réflexions sur “Choses diverses, dégustées et aimées

  1. Le Scheurebe, un des innombrables croisements tentés il y a un gros siècle au départ du riesling pour essayer de le rendre plus précoce, ou de lui donner une plus haute teneur en sucre (afin d’obtenir facilement des vins à Prädikät elevés) est un des rares à avoir continué une relativement belle carrière. Il y a même des « clubs » d’amateurs de ce cépage en Allemagne (comme les carignanesques du jeune marié Michel Smith). Personnellement, je n’en suis pas un grand amateur, lui trouvant souvent un goût légèrement « caoutchouteux », comme une odeur de chambre à air qu’on démonte. On parle d’ailleurs de « Gummigeschmack » à son sujet. En Franconie, il continue à avoir ses adeptes aussi.

    J'aime

  2. Mais le grand cépage de Franconie, Maître Luc, ça reste le silvaner, non? Et si on le réhabilitait?

    J'aime

    • Tu as évidemment raison, mais il me semble que personne ne le met en doute. Du côté de Mittelbergheim, dans le Bas-Rhin (tu sais, celui qui est au-dessus du Haut-Rhin sur une carte de géographie!), il se débrouille fort bien aussi. Ah, les Silvaner du Julius-Spital à Würzburg, ceux de Wirsching à Iphofen, ceux de Bickel-Stumpf à,Frickenhausen ou encore de Horst Sauer à Eschendorf …. Mais pour être franc (joli!) , je préfère les versions totalement sèches à ceux vinifiés à la mode « Fränkisch trocken », càd avec encore 3 ou 4 gr de sucre résiduel.

      J'aime

  3. Vous êtes des savants sachants messires. Moi, humble apatride, j’ai juste constaté que ce vin-là était délicieux, dans aucun goût qui le faisait ressembler à une chambre à air. Mais je n’en bois pas souvent, des chambres à air.

    J'aime

  4. Tu es taquin, citoyen (involontaire?) du Brexit. Nous établissons un lien entre ce que perçoit le nez, et nos papilles. J’ai effectivement écrit: « comme une odeur de chambre à air ». Rien de savant à cela: je suis allé au moins 10 fois en Franconie, que j’adore, dont deux fois pour le compte d’IVV. Et tous ceux qui cultivent du Scheurebe là-bas (peu répandu au total) mettent un point d’honneur à le montrer. Et – presque – chaque fois, j’ai eu cette sensation désagréable. Le « tien » est originaire de la Hesse Rhénane, et tu te demandes pourquoi il n’a pas plus de succès. J’ai essayé d’apporter un élément de réponse, témoignage direct, modeste contribution. Maintenant, je veux bien reprendre ma chambre à air, la remettre dans ma culotte et continuer à subir cette mini-canicule (35-38°C sur le village) sans rien dire. Je ne suis pas en état de circuler dehors par ce temps. Je ne sais pas si tu hantes ta belle Lomagne pour l’instant mais il pleut du côté de Beaumont, apparemment (avec 25°C). Une dernière suggestion: puisque Michel Smith s’est marié, et avec une indigène de la belle province, où les vins foxés existent, envoie-lui une caisse de Scheurebe en cadeau – je crois qu’il figurait sur la liste qu’il a déposée! Adresse: M. Smith, Mairie de Béziers, conseiller spécial de M. Ménard. Il vient en effet de créer pour la ville une campagne de mobilisation en faveur du carignan avec comme thème principal: « Le meilleur ami de la police, c’est le Puch ».

    J'aime

    • Pour info, Luc (et les autres)le mariage c’est pour demain, à Perpignan.
      Quant à Ménard, je croise le mec presque tous les jours quand je prépare notre nid avec Brigitte, un hôtel particulier grand standing, juste derrière la mairie. Toujours en noir, ce mec ressemble de plus en plus à un corbeau !

      J'aime

  5. Et les corbeaux font aussi des nids

    Aimé par 1 personne

  6. Belle découverte! Et l’article est surtout très intéressant!
    Merci Les 5 du vin!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s