Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

Monvinic Store (2), rouges d’ailleurs

5 Commentaires

Suite et fin des notes de dégustation chez Monvinic.

La qualité des rouges de la dégustation n’était pas homogène – j’ai nettement préféré la sélection de blancs (voir mon billet de jeudi dernier);  mes commentaires, bien entendu, n’engagent que moi.

 

IMG_1780

El Mozo Wines Rioja El Cosmonauta y el Viaje en el Tiempo “Clarete” 2015 Magnum

Bodegas Compañon Arrieta

El Mozo Wines est un petit projet familial engagé par Gorka Mauléon et Itaxo Compañon, ils ont récupéré 9 ha de vieilles vignes, 18 parcelles en tout, toutes situées à Lanciego (Rioja Alavesa). Ils y développent une viticulture traditionnelle et organique et s’enorgueillissent de vinifications les plus naturelles possibles. J’avais déjà rencontré Gorka Mauléon et dégusté ses vins lors des rencontres de la viticulture organisées par Telmo Rodriguez, et déjà, je n’avais pas été convaincue.

Voulant reproduire le vin que buvait leur grand-père, ils vinifient tous les raisins ensemble, blancs et rouges, et entiers, avec macération semi-carbonique. Ils n’utilisent aucun additif, et il n’y a pas d’ajout de soufre.

Pour cette cuvée, ils ont sélectionné une parcelle, «Monte Viñaspre»,  plantée par leur grand-père Teodoro dans les années 40. Elle est située à 612m d’altitude au Nord-Est de Lanciego, elle est toute petite, 3500m2, et, comme cela se pratiquait avant, elle est complantée : on y retrouve du tempranillo, du grenache, de la viura, de la malvoisie et du torrontes. Presque la moitié de la parcelle est plantée de cépages blancs.

Le but étant de récupérer le traditionnel « clarete » qui se buvait  au quotidien, un vin frais qui rappelle la mémoire du grand-père. Je ne sais pas si les deux complices ont déjà gouté des vins du temps de leur grand-père, mais moi oui, et je peux témoigner qu’ils étaient troubles, de couleur claire et plus proches du vinaigre que d’une expression de terroir, mais on aimait ça car le palais s’y était habitué.

La vinification est certes aussi artisanale que possible, et est censée exprimer la vigne; mais là, j’avoue que je ne l’ai pas retrouvée!

La robe est trouble, d’un rouge clair; il y a beaucoup de co2;  la bouche m’est apparu assez insipide, sans grand intérêt. Ceci dit, le vin a été très apprécié par d’autres dégustateurs et ce domaine jouit même d’une bonne presse. On ne peut qu’adhérer à leur démarche et l’encourager, même si pour ma part, je n’y retrouve aucune expression de terroir. Il faut cependant reconnaitre beaucoup de passion et d’énergie chez ces jeunes, ils croient fermes en ce qu’ils font et rien que pour ça, il faut les suivre, je suis certaine que les vins finiront par exprimer le terroir.

En outre la production étant limitée à 212 magnums, le prix de 60,50€ par magnum me paraît élevé, je ne dis pas qu’il ne soit pas justifié, mais…

 IMG_1743 2

Marlborough SPINNING TOP PINOT NOIR PALOOSA 2014 NEW-ZEALAND

Les vins de Spinning Top sont élaborés par Patrick Moore, à partir de raisins issus des vignobles de la Waihopai valley, des Upton Downs, de l’Awatere valley et de la Wairau valley. Les vins prétendent «représenter le caractère unique des sites où poussent les raisins, avec la complexité provenant des forces de la nature et d’assemblages judicieux».

Je ne connais pas ce domaine, je ne fais donc que transcrire ce qu’en a expliqué Delia. Ce vin a reçu un accueil mitigé : il a été très apprécié par de jeunes sommeliers qui l’ont trouvé « vrai et dynamique« , pour ma part je suis plus réservée, il ne m’a pas impressionnée, et d’autres dégustateurs étaient de mon avis.

Il n’utilise que des levures autochtones, très peu de soufre, et un élevage de 9 mois en barriques.

Couleur rouge rubis, modérément profonde, le nez est très variétal, il présente des arômes très fruités de cerises, de prunes fraiches et de mûres, mêlés à des nuances herbacées, et épicées. Après quelque temps dans le verre, apparaissent des touches balsamiques. Le corps est très moyen, le palais est juteux et offre les mêmes notes de fruits que le nez, les tanins sont doux et fondus, la finale est réglissée et marquée par une acidité fraîche.

Un style de vins classique de Marlborough, au caractère très variétal, facile à boire, je l’ai quand même trouvé court et sans beaucoup de complexité.

Vol.: 13.2%

PVP: 16,20€

IMG_1762

FERDINANDO PRINCIPIANO DOSSET VINO ROSSO MONFORTE D’ALBA 2015

Ferdinando Principiano fait partie de la nouvelle génération de jeunes vignerons des Langhe, dans le Piémont. La propriété familiale est située à Monforte d’Alba a été crée en 1950 par Americo, le père de Ferdinando, elle couvre 10ha ; Boscareto, Le Coste, Pian Romualdo et Santa Anna en sont les parcelles clés et produisent environ 35.000 bouteilles par an de Dolcetto, de Barbera et de Nebbiolo. Ferdinando a repris le domaine en 1993, il accorde beaucoup d’importance à la préservation et l’amélioration du vignoble dans le respect complet de la nature, depuis 2004, il travaille en biodynamie. Pas de pesticides dans le vignoble et pas de soufre dans la cave!

Dosset, 100%, c’est le nom local pour Dolcetto d’Alba,  fermentation à partir des levures indigènes sans ajouts de soufre avec des petits degrés d’alcool. La production annuelle et de 4000 bouteilles

Une éclatante couleur rouge cerise. Au nez, il m’impressionne fortement : des notes de violette et de cerise avec un soupçon de terre. Je pense immédiatement : «quel beau vin!». La bouche, est fraîche et propre, légère avec une touche légèrement épicée. Les tanins sont équilibrés et la finale persistante et réglissée. Très joli vin, qui glisse mais qui a du corps, plein de fruits, très étonnant, il ne titre que 11º, jamais rien gouté de pareil: un coup de cœur !

PVP: 16,65€

IMG_1763

Barbadillo Vino de la Tierra de Cadiz Nude Tintilla de Rota 2015

 Une nouveauté chez Barbadillo.

Il s’agit d’un vin sans élevage, jeune fermenté et élevé en cuve.

Le propos d’Armando Guerra, l’œnologue, était de faire découvrir aux amateurs une Tintilla presque à l’état pur, en intervenant le moins possible tant au moment de la vinification qu’au moment de l’élevage. Il a été mis en bouteille sans filtration.

Armando Guerra définit “nude” comme la “Tintilla punk”, un vin de soif, frais et fruité.

Sa robe est noire, profonde avec des reflets violets, et n’annonce pas un vin de soif. Le nez est très expressif, dominé par des fruits, un peu rustique quand même. La bouche est contre toute attente, agréable fraiche, tannique juteuse. C’est un style qui rappelle plus les vins de macération carbonique de la Rioja ou du Beaujolais que les autres Tintillas de la zone.

J’ai bien aimé ce vin sans prétention.

Vol : 14,5º

Production : 2000 bouteilles

PVP : 13,40€

IMG_1769 barbadillo

MUXAGAT DOURO TINTA BARROCA 2014

Mateus Nicolau de Almeida peut se vanter d’un sacré pedigree.  Son grand-père, Fernando Nicolau de Almeida, a créé Barca Velha et qui a aidé António Ramos Pinto Rosas (grand oncle de Mateus), à fonder  Quinta de Ervamoira.

Mateus a étudié la vinification à Bordeaux avant de retourner dans le Douro. Plutôt que de travailler pour son père à Ramos Pinto, il a voulu faire son propre vin qui pourrait refléter sa tradition familiale, mais aussi ce qu’il avait appris en France et dans les autres pays où il avait été .Se décrivant comme un« Douro Vigneron « , il a créé avec Eduardo Lopes son propre domaine dans le Douro Supérieur, où il produit des vins de superbe qualité et ce, bien sûr, sans chimie à la vigne et sans intrants au chai hormis du soufre en quantité très raisonnable… Le projet Muxagat Vinhos a débuté en 2003, dans le petit village de Muxagata, dès l’année suivante, l’entreprise a déménagé à Meda. Ainsi, Muxagat est un petit domaine, planté en terrasse et situé dans la vallée du Douro Supérieur,

Il est localisé à 10 km au sud de la rivière et à seulement 20 km de la frontière espagnole.

Cette cuvée, (Muxugat signifie chat et hibou en portugais) est issue de vignes de tinta barroca, situées entre 250 et 600 mètres d’altitude.

Les faibles rendements et l’altitude sont la clé cet étonnant Tinta Barroca. Les raisins sont égrappés et foulés. Ils sont ensuite fermentés dans des cuves en béton où le vin est vieilli pendant 8 mois, dans des barriques de chêne autrichien.

La couleur de la robe est lumineuse, le nez est assez puissant, plein de fruits rouges avec des notes florales, la bouche est dense, fruitée et épicée, les tannins sont fins et chocolatés. Un vin un peu sauvage avec une vraie personnalité!

Vol : 13 %

PVP : 12,40€ Très bon rapport qualité/prix

IMG_1770

DONKEY AND GOAT EL DORADO FIVE THIRTEEN RED WINE BLEND 2012

Five Thirteen Red Wine Blend est un vin d’assemblage de style rhodanien.

Donkey & Goat Winery est un domaine californien exploité par un couple, Jared & Tracey Brandt, à Berkeley, une propriété urbaine donc. Ils travaillent avec une poignée de producteurs dont les vignes sont situées dans la Sierra Nevada, Mendocino et Napa. Ils arpentent les rangs de vigne et dégustent leurs raisins avant de décider quand ils sont prêts à cueillir. Dans la cave, rien n’est enlevé et rien n’est ajouté, sauf un minimum de soufre – aussi peu que possible; et ils utilisent des levures naturelles. Les vins sont mis en bouteille sans stabilisation, ni filtration. «Nous faisons des vins naturels, un terme qui couvre à la fois le vignoble et la cave.»

Five Thirteen est ainsi appelé parce qu’elle est calquée sur Châteauneuf -du -Pape et est composée de cinq des 13 cépages autorisés : 45% Grenache + 20 % Syrah + 19% Mourvèdre + 10 % Counoise + 6 % Cinsault. La robe n’est pas très profonde, le nez pas très complexe, mais agréable, un de mes voisins a dit : «nariz chula», la bouche est fruitée, c’est un peu court, à ranger plutôt dans la catégorie des vins de soif, bien qu’un peu cher dans ce registre, mais c’est la Californie.

VOL: 14%

PVP: 32, 70€

IMG_1772

Afrique du Sud, Elemental Bob Cosmic Flower My Red 2013

C’est un nouveau domaine pour moi, Delia n’avait pas l’air de le connaître plus que ça, alors voici le peu d’information que j’ai trouvé. Sur le nom : « J’ai étudié l’agriculture et mon frère m’a appelé Bob l’agriculteur. Ses enfants également m’appellent Bob. Quand j’ai fait mon premier vin, je l’ai appelé Elemental Wines. Bob l’Agriculteur et Elemental Wines ont fusionné pour donner Elemental Bob… Mes vins sont toujours uniques, intéressants et éveille les sens. Je suis un vigneron/artisan/papa indépendant.J’ai commencé Elemental Bob en 2004, tout en étudiant la vinification à l’Elsenberg College… »

La cuvée est composée de 33.3% Merlot / 33.3% Cabernet Franc / 33.3% Cabernet Sauvignon, les raisins sont vendangés manuellement, il utilise des levures indigènes et le vin passe 11 mois en barriques. Il n’est ni filtré, ni collé.

La production est de 954 bouteilles !

Le nez n’est pas très attirant, je dirai même qu’il pue, mais à l’aération, apparaissent des notes de poivrons verts, d’eucalyptus, le corps est moyen, l’acidité est faible, et c’est un peu court. Pas du tout emballée par ce vin qui, en plus, coûte 37,10€ la bouteille.

IMG_1774

En guise de conclusion :

Ce qui relie ces vins entre eux, c’est la non intervention dans le vignoble et à la cave. Tous ces vignerons travaillent en biodynamie, sans soufre ou très peu, animés qu’ils sont par une recherche presque désespérée de produire un vin le plus naturel possible! Le résultat n’est pas toujours probant, comme quoi, parfois un peu d’intervention de la part du vigneron est la bienvenue. Autre paramètre commun, la faible production de chaque cuvée, il est clair que ces vins ne peuvent se produire en volumes importants, le marché ne les absorberait pas, ils s’adressent à un public acquis, convaincu d’avance et prêts à payer un certain prix pour boire leur vérité !

J’ai apprécié dans cette dégustation la présence de vins espagnols. j’ai retenu l’Italien, le Portugais et la Tintilla.

Bravo à Delia pour ses sélections, importer des vins naturels du Nouveau Monde représente non seulement une recherche importante, mais aussi  une logistique et des couts de transports très importants quand il s’agit de faibles volumes. Il ne faut donc pas trop s’étonner par la suite du prix des vins.

10584102_682967895112060_6031639983283681962_n

 Hasta pronto,

Marie-Louise Banyols

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

5 réflexions sur “Monvinic Store (2), rouges d’ailleurs

  1. J’ai l’habitude de ne pas commenter le prix des vins, en tant que tel. Je remarque quand même que ceux-ci ne s’inscrivent pas dans le créneau du « petit vin de soif » facile et fruité (aucun).
    La « barroca » est un curieux cépage. Beaucoup de shippers de porto ne l’apprécient pas. Il y en a pourtant à Malvedos, (en tout cas, c’était ainsi à la fin du siècle dernier!), la quinta qui sert de base aux énoooormes vintages de Graham’s. Elle peut être très alcooleuse et donne parfois fort peu de couleur, un comble. Je pense par contre que, bien vinifié, ce cultivar est très intéressant. Quant à la famille Nicolau de Almeida (et ses proches), elle rassemble des gens fantastiques de gentillesse, de courtoisie, d’éducation et de compétence viti-vinicole. J’ai la chance de bien connaître Joao (le père de Mateus je suppose) et son cousin Jorge Rosas, qui m’ont accueilli souvent à Bom Retiro, et la « branche Olazabal » (proche de Ferreira jadis). Ils ont tous gardé de la « grande époque » (avant que les multinationales espagnoles ou françaises ne dépouillent les locaux de leurs plus beaux fleurons, commerce et marketing obligent) le goût de l’excellence.
    Joao réussit même la performance de me faire boire du champ’, que j’avale par politesse en sa présence pour ne pas déplaire aux émissaires de Roederer. Déjà que je n’aime pas trop cela, mais alors « Cristal », quelle aigreur, quelle infection! Le terreau des aspidistras en profite à chaque fois. Cela fait plaisir à Orwell.

    Aimé par 1 personne

    • Je suis d’accord, les vins de SOIF ne devraient pas dépasser les 10/15€. mais quand ils viennent d’Afrique du Sud, de Californie ou de Nouvelle-Zélande, c’est compliqué.

      J'aime

  2. J’adore le commentaire des jeunes sommeliers qui vantent le vin « vrai » – même le plus insipide, ou pire, le plus déviant.
    Je me demande juste ce qu’est un « vrai » sommelier, aujourd’hui – est-il au service de son client, ou de sa propre image dont il aime contempler le reflet dans la robe plus ou moins limpide de vins branchouilles?

    J'aime

  3. je pense tout simplement que la plupart d’entre eux manquent de culture du vin, et donc ils se retranchent derrière ce qu’ils connaissent. Mais MONVINIC attire des professionnels très branvhés vins natures.
    Il ne faut pas mettre tous les sommeliers dans le même sac, certains sont très proches de leurs clients.

    J'aime

  4. Tout à fait d’accord avec Hervé . Une fois de plus , on pousse les lecteurs à boire une bonne  » cerveza » , franche et fraîche , elle. Marre de ces néo-ruraux qui veulent nous vendre et nous faire boire leurs brouillons à 20 euros la quille.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s