Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

Barsaglina, une deuxième intruse au pays du Sangiovese

2 Commentaires

Rappelez-vous la petite feuille ronde, la Foglia Tonda, remise au goût du jour par l’Institut Expérimental pour la Viticulture du Ministère des Politiques Agricoles et Forestières de la section d’Arezzo. Et cultivée par Mannucci Droandi pour en produire de jolies bouteilles.

vignoble-mannucci-droandi

En 2007

Le domaine toscan sort la première bouteille de Barsaglina, autre cépage quasi disparu et aujourd’hui réapparu, pour notre plaisir à la fois intellectuel et gustatif.

barsaglina-2007-fronte

Intellectuel,

parce qu’il nous ramène aux temps où les cépages étaient légions. Peut-être trop nombreux, mais enracinés depuis des générations, fruit d’une sélection empirique, dans une terre qui leurs convenait. Les déguster après tant d’années passées au placard, c’est un peu goûter à l’histoire, la petite, l’agricole, la paysanne ou la cléricale, celle qui a porté jusqu’à nous tout simplement le vin.

Gustatif,

Parce que rien n’est plus agréable que de découvrir un nouveau nuancier parfumé, de nouvelles variations aromatiques, d’autres structures ou patines. Plus surement, le bonheur gustatif s’épanouit mieux dans la variabilité que dans la standardisation.

L’ampélographe

cartina-da-talia-a-massa-2

La Barsaglina est originaire de la province de Massa Carrara tout au nord de la Toscane, endroit où on la nomme également Massaretta. On en trouvait encore 53 ha en 1982, aujourd’hui cette région proche de la Ligurie en garde seulement 3,2 ha. En tout, le cépage s’étend aujourd’hui sur 17 ha. Mais restons confiants! Si des vignerons comme Roberto Giulio Droandi s’y intéressent et l’ajoutent à leur gamme, d’autres domaines feront de même. D’autant plus que le raisin s’avère qualitatif.

Barsaglina

barsaglina

La vigne est vigoureuse. Rustique, elle résiste bien au froid et démarre son cycle végétatif assez tôt pour voir ses grappes mûrir dans le troisième tiers de septembre. Ses rendements sont constants, mais peu élevés. Peut-être est-ce là qu’il faut chercher la raison de son abandon ? Ou serait-ce sa grande sensibilité à l’oïdium qui l’aurait fait péricliter ?

Son jus donne un vin robuste à la couleur foncée dont les principales vertus sont la sensation de fraîcheur qu’il dégage tant au nez qu’en bouche et la délicatesse de ses fruits.

Barsaglina 2014 IGT Toscana Mannucci Droandi

barsaglina1

Grenat aux nuances améthyste, elle offre au nez un mélange étonnant et fort délicat de prunelle, de tabac brun, relevé de poivre noir et de cannelle qui les rend encore plus harmonieux. Harmonie amplifiée par les notes de sauge et de laurier, par les tonalités fruitées de groseille et myrtille en gelée. En bouche, on s’attend à une suavité sans mesure, mais c’est une soie tannique un peu rêche qui nous accueille. Rusticité de velours bucolique qui offre la tension de sa trame au développement fruité qui en suit les côtes, parallèle et droit comme sur une portée. Les dessins se prolongent, s’arrondissent, se parent d’une onctuosité bien méritée, s’ornent de fleurs en plus des fruits et changent le rustre en dentelles exquises.

Un vin de caractère qui s’apprivoise à mesure que nos papilles en apprennent la musique.

Vinification : éraflés et foulés, les raisins macèrent en cuve pendant une vingtaine de jours avec remontages et délestages réguliers. Suivent le pressurage et l’entonnage en barriques de 1 et 2 vins. Le vin s’y élève durant 8 mois, puis s’affine encore 3 mois en bouteille.

domaine-mannucci-droandi

Che mangiare con lei ?

Vu la rusticité délicate, oxymore* qui nous conduit à des plats en écho avec ce caractère particulier comme le canard col vert au goût prononcé de chasse, mais à la tendre caresse gustative ou encore le lièvre à la saveur forte mais très nuancée. Plus simple, la daube, mais de veau et au vin, force du vin et finesse de la viande. Ou encore plus évident, une côte de bœuf, mais d’un animal de belle race. Du caractère, du goût et de l’intelligence…

* L’oxymore est une alliance de mots dont le rapprochement est inattendu. L’oxymore fait coexister deux termes de sens contraire à l’intérieur d’un même groupe de mots ou d’une phrase. Exemple dans Le Cid de Corneille : « Cette obscure clarté qui tombe des étoiles […] » (acte IV, scène 3).

roberto-giulio-droandi

www.mannuccidroandi.com

 

Ciao

chais-a-barriques-mannucci-droandi-1

Marco

 

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

2 réflexions sur “Barsaglina, une deuxième intruse au pays du Sangiovese

  1. Merci, Marc, pour ce joli voyage dans le temps et dans l’espace – toscan, en l’occurrence.
    Je connaissais le Barça, je connais maintenant – un peu – la « Barsa ».
    L’Italie est décidément une source inépuisable de belles découvertes, si dépaysante, et si proche, pourtant. Mérite le détour, pour l’oenophile un tant soit peu curieux.

    J'aime

  2. Superbe et poétique voyage que tes deux billets nous ont offert. Merci pour ces délicieux moments de lecture. Beaux cépages, « injustement » oubliés, sauf par ces viticulteurs avisés, amoureux de leurs vigne et de leurs terroirs. Puissent-ils être imités par de nombreux autres, pour notre plus grand plaisir. La Foglia Tonda me rappelle deux vers de ce poème appris en classe d’italien il y a un certain nombre d’années (60 pour être précis) : « La luna e tondo e bianca, carina e non si stanca » (je ne suis pas certain de l’exactitude de la citation, mais le sens y est…).

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s