Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

Quelques flacons qui valaient le détour !

7 Commentaires

La semaine dernière, le célèbre distributeur catalan Quim Vila avait réuni autour d’un dîner tous ceux qui avaient bien voulu écrire dans son blog, au cours de l’année écoulée. Au total, une quarantaine de personnes, regroupant vignerons, sommeliers, journalistes et amateurs de vins. La liste était impressionnante, un rendez-vous à ne pas manquer d’autant qu’à part les vins prévus par Quim Vila lui-même, beaucoup de vignerons sont arrivés avec des bouteilles rares ou de très vieux millésimes.  J’ai noté avec plaisir que les vins français n’étaient pas oubliés, les vins espagnols bien entendu étaient à l’honneur,  la table était à la hauteur, bref ce fut une soirée mémorable.

Il m’était impossible d’être présente pour l’apéritif,  mais en arrivant, j’ai vu les « cadavres » des bouteilles de Cavas (Recaredo, Raventos), de Champagnes (Fidèle de Vouet et Sorbée, David Léclapart Premier cru, Bérèche et Fils Reflets d’Antan, Salon 2004), mais aussi de Jerez (La Bota Nº 58 Amontillado d’Equipo Navazos, la Manzanilla Sacristia AB Primera Seca 2015 selección  Antonio Barbadillo Mateos), sans oublier un Montilla Moriles: Gracia Solera Fina María del Valle. La soirée s’annonçait prometteuse. La suite l’a confirmé.

img_2094

Pendant le repas, les bouteilles ont défilé, servies par les vignerons eux-mêmes, impossible de tout déguster c’était assez rageant. Voici les vins qui sont arrivés à notre table, bien sûr ça allait très vite et on n’avait guère le temps de s’attarder sur chaque vin,  beaucoup étaient présentés en magnum :

Domaine Vacheron Sancerre blanc 2014,

C’est le premier vin que j’ai goûté, il était parfait pour commencer la soirée, délicatement parfumé, ciselé, vif précis et persistant. Un vrai bonheur.

Kistler Vineyards Sonoma Mountains Chardonnay Les Noisetiers 2014,

J’avoue que je me laisse toujours surprendre par ce vin, si peu américain (pour l’idée qu’on se fait des vins américains),  élégant, racé même, droit, vif, profond.

img_2065

As Bateas 2012

Un blanc atlantique de Rias Baixas mais sans DO, un albariño royal, dégageant de jolies notes herbacées, une délicieuse fraicheur, et une finale saline.

img_2089

 – Pouilly Fuissé Vieilles Vignes Château Fuissé 2011,

L’intensité de cette bouteille m’a impressionnée,  la bouche offre une magnifique complexité et une longue finale.

img_2032

Alsace Domaine Trimbach Réserve personnelle Pinot gris 2008,

La matière est riche, dense et onctueuse, le fruit est très pur,  la fin de bouche est fraîche avec une finale épicée.

img_2021

Chinon Les Pensées de Pallus 2005,

Ce fut le  premier millésime de Bertrand dans son domaine familial, le nez est assez typique d’un bon Cabernet Franc.
La bouche est pleine mais souple, sur des parfums de framboise, d’humus et d’épices. Un vin expressif et gourmand.

Mateo  Santa Rita Hills Pinot noir 2014,

Très joli, de la finesse. Un parfum floral, un boisé fin, finale sur des tannins fermes et épicés.

img_2054

SaintEmilion Château Ausone 2006,

Un vin légendaire, un peu malmené ce soir là au milieu de tant de vins, mais s’il est certain que le nez avait un peu de mal à s’exprimer, car trop d’odeurs mêlées envahissait la pièce, l’intensité et la légèreté de sa matière étaient bien présentes en bouche, les tannins ronds, fins et mûrs en faisaient un vin très savoureux, un grand vin sans nul doute.

img_2051

Chateau Latour 1996 :

99 chez Parker, aussi  la bouteille était très convoitée, j’ai eu droit à un fond de verre, suffisamment pour apprécier un corps massif, pur, des tanins murs, un fruit très pur. Encore un peu austère.

img_2062

Barsac Château Climens 2011,

Un vin très complexe et élégant, onctueux et puissant : fascinant.

Klein Constantia 2008, Vin de Constance,

Vin de dessert, vin de légende, j’ai trouvé ce 2008  assez  concentré,  riche et onctueux,   la bouche offre un bouquet de fruits secs : abricots, figues, et coing, soulignées par une note vive de marmelade d’orange et de chocolat noir. Finale persistante.

img_2091

 Domaine Tissot Vin Jaune Les Bruyères 2008,

Un nez explosif de fruits secs, de noix, la bouche suit ample, complexe avec les mêmes saveurs de fruits secs, de noisettes, enrichies d’épices, beaucoup de finesse, une légère touche oxydative et une longueur  époustouflante: UN GRAND VIN !

Maison Pierre Overnoy Arbois Pupillin 2003

Le nez très expressif de ce beau vin nature dévoile les notes de noix fraîche, d’abricot et une pointe de curry. La bouche, à l’attaque tendue et ample, est très bien équilibrée et s’enroule dans des tonalités acidulées et grasses; pour terminer sur une longueur ahurissante.

img_2028

VINS INSOLITES ou RARES :

Pavillon Blanc du château Margaux 1999,

Quelque peu décevant, je pense que c’est un vin qui a amorcé son déclin.

Château Musar Blanc 2006,

Dans un style oxydatif, on ne peut qu’être  interpellé par ce vin, moyennement corsé, assez vif, sec, marqué par des notes de pommes acidulées, un peu de miel, une finale un peu maigre, mais assez équilibré dans l’ensemble.

img_2093

Cadiz Navazos-Niepoort 2014

L’équipe Navazos présente là encore une autre de ses petites “merveilles”. Cette fois, elle s’est associé à Dirk Niepoort, le résultat est un vin de palomino fino frais, savoureux, dominé par des notes fumées, salines ;  la finale longue et persistante offre une pointe d’amertume.

Montsant Joan Asens Les Tallades de Cal Nicolau Picapoll Negre 2013,

Ce vin est issu d’une minuscule vigne de 0,17 ha plantée en pied franc de picapoll negre, un cépage très spécial, c’était la première fois que j’en goûtais. 700 bouteilles seulement d’un vin très séducteur, floral, méditerranéen et frais.

img_2044

Terre Siciliane Frank Cornelissen Magma 9 2012,

Très noir, un vin d’une grande puissance en bouche, beaucoup de fruits rouges mêlées à des notes fumées et terreuses, belle fraîcheur en finale. Du même, j’ai eu dégusté des bouteilles plus compliquées.img_2045

img_2046-1-magma

VDT Castilla y Leon Rumbo al Norte 2011,

Un grenache de Gredos puissant, élégant, frais très expressif. Production limitée à 1000 bouteilles.

img_2038

Rioja Matador Barceló por Telmo Rodríguez 2010,

Toute juste 1000 bouteilles en magnum, un vin très intense, juteux, savoureux teinté d’élégantes notes balsamiques et terreuses, des tannins très mûrs, beaucoup de caractère et de race, un de mes préférés de la soirée.

img_2053

Penfolds Grange  Bin 95 2006,

Un vin à la couleur profonde, intense et serré, très parfumé aux tanins très murs. Très pur, on a l’impression qu’il commence seulement à s’ouvrir.

img_2096

Rioja CVNE Imperial  1947,

Un grand classique espagnol, je voulais absolument le goûter, car j’avais un très grand souvenir de cette bouteille dégustée 5 ou 6 ans plus tôt; hélas, celle-là, sans doute mal conservée, était morte. Je garde encore en mémoire, sa complexité, sa fraicheur, sa belle acidité, sa longueur, sans doute une des plus belles bouteilles qu’il m’ait été donné  de déguster en Espagne.

img_2023img_2025-imperial-1947

Clos Joliette Jurançon sec 1971,

Le nez m’est apparu truffé, la bouche ample, savoureuse, la finale légèrement amère, épicée et sèche.

img_2027

La Rioja Alta Elaboracion Estilo Sauternes      

L’étiquette étant très détériorée, impossible de voir le millésime, mais ce style de vins s’élaborait dans les années 1900. Il était complètement marron, très décharné et ne subsistait qu’une grande douceur. Mais c’était émouvant que de pouvoir découvrir ce morceau d’histoire.

img_2072

Costers del Segre L’Olivera Rasim Vipansit blanc dolç 2012,

Un millier de bouteilles, issues de malvoisie, de xarel.lo et de grenache blanc, corps et structure accompagnent une très belle fraicheur balsamique.  Finale sur des notes d’orange confite et de fleur d’oranger : un très joli vin doux naturel. Une découverte.

img_2076

En guise de conclusion, deux réflexions

  • La première, il est très dommage de déboucher autant de belles bouteilles au cours d’une seule soirée, il est clair qu’on ne peut pleinement en profiter, soit on les goute trop vite, soit on passe à coté complètement, le plaisir et l’excitation sont là certes, on ne peut le nier, mais accompagnés d’une certaine frustration quand même.
  • La seconde, je suis toujours très heureuse de constater qu’après tant d’années dans ce milieu, je ne suis pas blasée du tout, j’éprouve toujours autant de curiosité, de plaisir à gouter les vins et à partager ces moments rares en bonne compagnie. Le jour où je m’ennuierai n’est pas prêt d’arriver.

Merci à Quim pour sa générosité,

Hasta Pronto,

MarieLouise Banyols  

 

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

7 réflexions sur “Quelques flacons qui valaient le détour !

  1. Toujours pareil : ces jolis papiers arrivent vers 00 h 15…Comment voulez-vous dormir après avoir lu d’aussi beaux commentaires sur cette longue série de vins ? Impossible, on gamberge ! Bravo Marie-Louise.

    Demain je vais déguster une série de Gigondas 2007. Cela devrait être tout à fait passionnant.

    J'aime

  2. Désolée Georges, mon propos n’était pas de vous empêcher de dormir! Bonne dégustation.

    J'aime

  3. Je retiens surtout la première conclusion : c’est vraiment dommage de présenter autant de vins ! Une telle débauche de beaux noms peut effectivement avoir de cruelles répercussions sur tel ou tel. C’est là un défaut que l’on constate trop souvent dans des dégustations dites de prestige où l’accumulation (pour faire riche ou quoi ?) est absolument nuisible à de justes appréciations. Exemple évident avec Ausone.

    Mais bon : quand on a le palais que possède Marie-Louise, – et le commentaire le prouve – on sait raison garder dans ses opinions.

    bravo pour ce moment à caser dans un top de top !

    J'aime

    • Je ne crois pas que se soit pour faire riche, un trop grand désir de bien faire et de faire plaisir, et surtout beaucoup de participants sont arrivés avec une bouteille, je vous rassure, je suis loin d’avoir tout gouté.

      J'aime

  4. Eh ben ! Chapeau Marie-Louise. Je ne crois pas être capable de rendre compte avec justesse d’autant de vins si différents lors d’une soirée. Mais, comme tu le dis, trop, c’est souvent trop !

    J'aime

  5. Dégusté récemment 2 superbes vins de Cornelissen, nets, de beau caractère :
    Munjebel 2015
    Munjebel Porcaria (PA) 2014

    Je goûte Magma 2014 bientôt.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s