Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

Magie noire

11 Commentaires

Cette modeste bouteille – du moins modeste par la taille – m’a été offerte il y a bien longtemps par le dénommé Hervé Bizeul. Quand ? À dire vrai, je ne sais plus. Si ce n’est que je crois bien que c’était peu avant son installation en Roussillon. Avec son ami Jérémy Gaïk, alors directeur du Mas Amiel, bien avant l’arrivée d’Olivier Decelle, l’actuel propriétaire de ce domaine légendaire, en bon ancien sommelier fan de vins doux naturels, Hervé s’était fendu d’une cuvée dédiée à la magie du chocolat. Je pense que le Salon du Chocolat à Paris fut, à l’époque, l’événement fondateur de cette cuvée aujourd’hui rangée dans les oubliettes de l’histoire du vin.  Le grenache noir et le schiste au service du chocolat, voilà ce qui, à mon humble avis, excite le plus l’esprit et les papilles du dégustateur forcément « averti » qui, comme chacun sait en vaut deux.

wp_20161103_010Ah, l’éternel imbroglio des mariages ! Pourquoi diable un Maury tiré d’une cuve parmi d’autres devient un super champion lorsqu’il affronte le chocolat, le vrai, le tannique et fort en gueule ? Est-ce le grenache, le schiste, le soleil, la maturité, l’âge des vignes ? Fichte, je n’en sais rien et d’ailleurs peu importe puisque les trois quarts du temps la rencontre entre les deux protagonistes procure éclats et merveilles de sensations. Pragmatique, mais aussi un tantinet rêveur, tout en étant un rien perfectionniste Hervé Bizeul avait-il imaginé ce vin en songeant peut-être au graal du mariage parfait ? Nul ne le sait. Pourtant, force est de constater que, comme à son habitude, le bougre avait raison. Et j’ai pu le remarquer par la suite, à l’époque, quand le vin était aussi jeune que noir, cette union franche et massive marchait formidablement bien.

L’expérimentation me paraissait novatrice, même si tout dégustateur bien informé savait déjà que Maury, Rivesaltes et Banyuls étaient de ces breuvages capables de prouesses sur le chocolat, y compris dans la rencontre avec des formules-uns fort cacaotées que l’on dénichait déjà chez Valrhona à Tain-L’Hermitage ou chez le sorcier en la matière, Robert Linxe à Paris, un homme depuis décédé. Bref, j’avais goûté et apprécié ce Maury dans le style vintage et j’en avais même fait écho dans je ne sais plus quelle revue. Par ailleurs, le flacon était tellement beau et moderne dans son étiquette remplie de mots évocateurs (tout le monde le fait aujourd’hui…) que je m’étais promis de le déguster de nouveau un jour. En attendant, il trônerait en bonne place dans un petit recoin du décor ma cave, pour le simple plaisir des yeux.

20161106_131634_resized

Jusqu’à ce soir où, pour accompagner un dessert surprise créé par mon épouse, Brigitte : des rondelles de banane, une crème fraîche légèrement fouettée, des canneberges en quantité, des brisures d’un chocolat fourré aux zestes d’orange confite et d’un autre très noir (85 % de cacao) tous deux signés Michel Cluizel à Paris, j’ai craqué. Aujourd’hui, toujours noir de robe, à peine tuilé, nez épicé, mon Maury a conservé la puissance nécessaire, un aspect brut de décoffrage proche d’une sensation de rusticité, ce qu’il faut de suavité et d’onctuosité, l’étonnante saveur cacao bien ancrée dans le palais, le fumé, les épices, le moka, le fruité confit (raisins secs, cerise) et les tannins qui frétillent d’impatience à l’idée d’affronter un tablette ou un gâteau le plus chocolaté possible. De plus, sans parler de la longueur, une agréable et légère amertume vient renforcer la sensation de fraîcheur en bouche. On lui donnerait des forêts de cacaotiers sans confession tant il est taillé pour le job. Bref, du grand, du beau, du pur qui suggère aussi la dégustation d’un beau havane.

20161106_131903_resized

Je l’ai déjà dit ici, l’AOP Maury – pour le moment excitée par sa production de rouges « secs », un peu comme à Rasteau d’ailleurs -, regorge de ces cuvées presque basiques dans leur conception, des « vintages » si peu en contact avec le bois qui trop souvent, faute de préparation et de réflexion, vient détruire tout le travail d’une belle vendange. Les prix de ces vins de méditation sont encore abordables et si l’on prend la peine de les attendre à l’abri de toute lumière, bouteille debout si possible afin d’éviter de désastreux goûts liégeux (il suffira tous les 3 ou 4 mois de retourner le flacon pour que le vin humecte le bouchon), on pourra s’attendre au bout de dix ans au moins à un long et dépaysant voyage oriental en dégustant quelque chose d’unique et de magique, un vin original que les vilains étrangers ne nous piqueront pas comme cela a pu se faire avec le Porto ou le Jerez. Mais gare aussi chocolat, capable à la fois de prouesses gustatives et de désastres ! À l’approche des fêtes, il convient de bien le choisir et de refuser tout achat de grandes marques à prix sacrifiés ou non.

Quant au vin, à défaut de l’acheter au Mas Amiel, un endroit hors du temps à 30 minutes de Perpignan où l’on trouve un délicieux Vintage Réserve 2015 (autour de 20 €) ainsi qu’une collection de vins doux « oxydatifs » qui ont aussi leurs mots à dire sur des desserts cacaotés, je vous soumets ce petit calcul d’épicier : sachant qu’un flacon de Maury « Grenat » 2015 s’achète 8 € à la cave coopérative fondée en 1910, que l’on ajoute à une tablette de Valrhona « Abinao«  (85% cacao) à 3,95 €, on débourse 11,95 € pour une dégustation à quatre personnes ! Bien sûr, pour corser la chose on pourrait dépenser plus en ajoutant par exemple quelques chocolats de crus de Valrhona. Force de reconnaître que se farcir une belle dégustation pour moins de 12 € c’est plutôt rare ! Et c’est plus utile pour le goût que se coltiner une primaire électorale lors d’un beau dimanche automnal.

Michel Smith

Hervé Bizeul, pour ceux qui l’auraient oublié, est le fondateur et l’animateur du mythique Clos des Fées dans le Roussillon.

-Pour les nostalgiques : Black Magic Woman de Carlos Santana. Ça marche bien aussi sur un Maury

maury

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

11 réflexions sur “Magie noire

  1. Magnifique mariage en effet, merci Michel de nous le rappeler. Je me souviens avec nostalgie des accords que nous faisions aux Feuillants grâce aux belles bouteilles de nos amis vignerons et aux plats si séduisants de Didier Banyols. Michel, tu as failli me faire pleurer. Bravo à Brigitte et reconnaissons que nous avons bien de la chance qu’Hervé soit venu atterrir dans notre cher Roussillon!

    J'aime

  2. Viai, Marie-Louise ! En ouvrant ce petit flacon, tous les souvenirs de Céret me montaient à la tête.

    J'aime

  3. L’illustration de fin d’article rappelle l’ouvrage d’un certain Michel Smith concernant cette « Vallée des merveilles », cosigné par un « estranger » mais néanmoins expert : Jacques Paloc, Héraultais du piémont cévenol. Vous apprendrez à y modérer la vision d’un désert de schiste noirâtre et seccissime. L’aire d’appellation renferme aussi des zones un peu moins arides (voire argilo-calcaires), notamment à ses confins tautavellois ou rasiguérois, ou aux sols moins acides (le piémont des Corbières est constitué d’éboulis calcaires), ou même des coins profitant d’un apport d’eau de source, notamment au niveau des travertins, qui sont fréquents dans ce synclinal de Saint-Paul qui constitue le coeur de l’appellation. Celui de Maury, justement, remontant au Pléistocène, pourrait être un des plus anciens (40.000 ans environ). Aux confins de l’appellation, sur Lesquerde d’un côté, Vingrau, Tautavel et Opoul au-delà, on découvre une diversité pédologique impressionnante (carbonate de calcium presque pur, formations gréseuses et marneuses, granit, gneiss … you name it !). L’équation consistant à montrer Maury comme un désert implacable poussant le grenache noir dans ses derniers retranchements, bien qu’assez exacte cette année-ci, ne représente pas fidèlement la réalité. Toutefois, on ne confondra que rarement un Banyuls et un Maury, sauf quand ils atteignent un âge qui tend à ramener tous les vins mutés vers le col du même entonnoir gustatif, là où l’oxydation, les tannins de la futaille et le poids des années gomment les différences : Madère, Sicile, Andalousie, Cima Corgo, embouchure du Tage, Fenouillèdes ou Albères, tous unis dans un même but, le plaisir de l’amateur.
    Tiens, MLB, pourquoi dis-tu que M. Bizeul est venu aterrer notre cher Roussillon ? Ah, j’ai mal lu (confusion à cause du redoublement des consonnes). Qu’est-ce que je peux être con, alors.

    J'aime

  4. Mea culpa, il va vraiment falloir que je relise ma prose avant d’envoyer mon commentaire… atterrir, bien sûr, pardon à tous les lecteurs et merci à Luc.

    J'aime

    • Et ce serait encore mieux si tu signais tes commentaires… 😉

      J'aime

    • Je ne joue pas à Bernard Pivot (pour qui j’ai de l’estime par ailleurs), mais ceci m’a permis une petite méchanceté en douce envers un collègue qui n’est jamais en reste lui-même. Et toute une partie de vie passée à relire des textes (ceux des autres) m’a déformé au point de louper parfois le contenu pour avoir fait trop attention à la forme. Il m’arrive d’envoyer des remarques aux maisons d’édition dont je lis des romans, quand celles-ci laissent trop de coquilles. Flammarion est très réactif sur ce point. J’ai déjà eu droit à des livres gratuits suite à cela. En même temps, ce n’est pas charitable de ma part et on me dit souvent que « l’orthographe est la science des imbéciles ». Je ne partage pas ce point de vue mais il est courant, force m’est de le constater.

      J'aime

  5. OUPS, TU AS RAISON
    MLB

    J'aime

  6. Michel, tu parles de soirée électorale – que penses-tu du Château Fillon?
    http://www.chateau-fillon.fr/

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s