Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

En Sardaigne : Grenache = Cannonau

Poster un commentaire

Si vous êtes passés hier sur les 5, vous avez dû m’apercevoir, d’abord en petit, puis en plus grand, parmi les photos tirées par Marilou. Il y avait en effet 2 des 5 en Sardaigne au concours des Grenache du Monde édition 2017. Un concours sympa qui garde son côté spontané et donne l’occasion de déguster des Grenaches venus presque du monde entier. Et le Grenache, en blanc, en rouge, en doux, j’aime ça, pardi !

Cannonau

 cannonau

Curieusement le Grenache, la Garnacha ou Garnaxa ou tcha, se dit Cannonau en Sardaigne, ne me demandez pas pourquoi, personne n’en a parlé.

Quant à son origine, même le professeur Angelo Costacurta, de l’Académie Italienne de la vigne et du vin, s’est montré assez vague lors de sa conférence tenue à Alghero, l’après-midi du concours.

Ma théorie, certes romantique, mais pas infondée, c’est que ce sont les Phéniciens qui ont apporté le cépage tout d’abord en Sardaigne lors de leur occupation de l’île aux environs de 700 avant JC et qu’il est probable qu’ils l’aient ensuite planté dans l’un de leurs comptoirs de la côte espagnole, voire à Marseille où ils sont arrivés bien avant les Grecs à qui on attribue systématiquement la diffusion de la vigne et de l’olivier. Quand on aura une vraie machine à remonter le temps, on saura !

Donc, le Cannonau serait un Grenache de la première heure qui a muté comme aime le faire la vigne et qui s’est croisé, comme elle aime le faire aussi, avec divers cépages autochtones. Résultat, le Cannonau ressemble au Grenache comme le québécois au français. J’en avais un souvenir des plus agréables pour deux raisons, un voyage sur l’île il y a quelques années qui m’a fait découvrir ce cépage. Ensuite, la rencontre avec Mariano Muru, l’œnologue du Domaine Argiolas www.argiolas.it qui fait des Cannonau de toute beauté, à l’exemple de la cuvée Turriga.

turriga_658x768

Mais déception, la première soirée bien arrosée de Cannonau n’a pas montré le cépage au meilleur de sa forme. Il a fallu attendre notre expédition du lendemain, à la suite de la bruyante visite du musée ethnographique de Nuoro

1

– les Sardes adorent faire sonner les cloches qu’ils ont dans le dos, c’est une sorte de rite ancestral, pour chasser les esprits, ou l’hiver, ou les touristes; en plus ces types restent impunis, dissimulés derrière leur masque – pour enfin déguster quelques cuvées intéressantes. Tel l’Urùlu, mon préféré.

img_4440

Urùlu 2015 Cannonau di Sardegna Cantine di Orgosolo

D’un rubis moyen, il hume les fruits noirs et les herbes aromatiques avec un trait d’olive noir et un soupçon de poivre. En bouche, c’est la fraîcheur qui interpelle d’entrée. Elle met en évidence les notes respirées, y ajoute des impressions aériennes, comme si le fruit se dispersait dans tout l’espace buccal pour en faire profiter la moindre de nos cellules. Mais tout cela avec densité et droiture, voire une certaine austérité due aux tanins bien présents, certes mûrs, mais malicieusement hérissés.

Ce Cannonau pousse à 700 mètres d’altitude dans des éboulis calcaires. Il passe 9 mois en barriques suivi de 3 mois en bouteille avant sa mise en marché. La vendange s’y fait un peu plus tard, de fin septembre à début octobre. Rappelons que les environs de Nuoro se situe à la même latitude que Tarente (Puglia).Il assemble 95% de Cannonau et 2% de Carignan, de Bovale et 1% de différents cépages.  www.cantinediorgosolo.it

L’autre, Naniha

img_4545

Nahina 2015 Cannonau di Sardegna Tenuta Perdarubia

Léger en couleur, il ne manque pas de présence en bouche et avoue illico sa densité fruitée, des baies rouges avant tout, groseille, framboise et fraise des bois, parcours aromatique qui rappelle quelque Grenache continentaux comme ceux de Chaume Arnaud à Vinsobres ou ceux de Mèntrida sur les hauts de Madrid. L’élégance y est, sans élevage en bois pour mettre mieux le fruit en évidence, des tanins soyeux juste présents et une finale épicée qui colore la fluidité. Bref, un vin de jolie soif.

Les vignes de Cannonau, âgées de 25 ans, sont de pieds francs et poussent en mode biologique.

Terminons avec un autre style élaboré par Sella & Mosca à Alghero

img_4465

Anghelu Ruju 2005 Vino Liquoroso  Sella & Mosca

Il oscille entre un rimage mise tardive et un LBV, c à d des pâtes de fruits avec un accent d’olive noie poivrée, un rien de cannelle, du thym et l’amer de la réglisse qui vient équilibrer la douceur. Il offre toutefois à l’image des VDN roussillonnais, une superbe acidité qui le rend agréable à boire autant à l’apéro avec amuse-bouche sarde ou autres qu’au fromage.

Il s’agit de grappes de Cannonau séchée au soleil dont le jus pressé fermente en cuve inox jusqu’à la transformation en alcool de 2/3 du sucre. La fermentation est stoppée par le froid. Il contient alors environ 90 g/L de sucre et titre 13°. Puis il est fortifié pour atteindre 19° et logé en foudre pendant 6 ans.

img_4502

Voilà trois exemples, auxquels il faut ajouter Argiolas, qui illustrent le Cannonau, un vin de Grenache méconnu. Et que le concours des Grenache du Monde nous a permis de mieux connaître. Les concours, cela sert à cela aussi, découvrir d’autres vins, d’autres cultures, d’autres paysages, … faire des rencontres, parler d’autres langues que la nôtre, bref, se culturer un max !

 

Ciao

 img_4431

Marco

 

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s