Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

SIMPLESMENTE VINHO 2017

4 Commentaires

sv_bcn_logosite

Je vous ai déjà parlé de ce Salon l’an dernier, Simplesmente vinho…

La seconde édition de ce Festival Méditerranéen des vins atlantiques a eu lieu, cette fin de semaine dernière. C’est la Nau Bostik qui a été choisie cette année pour abriter l’évènement; l’endroit, une ancienne usine abandonnée depuis 10 ans dans le quartier de La Sagrera, récupérée comme  centre d’activités culturelles et de loisirs, convenait parfaitement à ce style d’évènement. Il s’agit toujours d’un salon de niche, tous les domaines présents se considèrent comme vignerons indépendants, alternatifs. La Nau Bostik, s’est ainsi convertie en un lieu de rencontre des «aficionados» du vin et de la gastronomie. Malena Fabregat, l’organisatrice, avait demandé à ses 3 restaurants préférés de les  accompagner: Rasoterra qui proposait des recettes végétariennes,  La Cuina de l’Uribou apportait une touche orientale, et Rafa Peña et son «cochinillo a la brasa», du restaurant Gresca. Heureusement qu’il a fait assez beau, malgré le vent, le soleil était de la partie, car les cuisines et la musique étaient en plein air ! L’ambiance était à la fête, et on pouvait en partant acheter les vins qu’on avait aimés.

20170304_143211

Que regardent-ils avec autant d’intérêt?

20170304_142026

Michel  Smith et Jean-Louis  Tribouley sont entrain de gouter le vin d’un vigneron portugais destiné aux jeunes, à boire comme une bière, gourmand et très léger.

C’était la dégustation à ne pas manquer, à part les vignerons un peu fous, les vins étaient joyeux et réjouissants.Par rapport à l’an dernier, rien n’a changé ou presque: le salon n’était plus exclusivement portugais, il s’est ouvert à quelques domaines espagnols et roussillonnais.

20170304_151520_035

C’est Michel Smith qui vous parlera des vins portugais, je suis allée me promener du côté des catalans j’ai posé mon verre chez :

Ruben Parera, Finca Parera, un domaine du Penedes que je ne connaissais pas et qui a été créé en 1999. Ruben est un jeune vigneron très convaincant, qui a la tête sur les épaules, il travaille ses vignes en biodynamie, il ne clarifie pas ses vins, mais les filtre si besoin et ne s’interdit pas un sulfitage léger.

–      Clar 2015, un vin blanc très inattendu, un assemblage de Xarel.lo, chardonnay et gewurztraminer, que je n’avais pas vraiment envie de gouter. Mes expériences de gewurztraminer dans le Penedes étant assez négatives.  J’avais tort, ce vin-là est très réussi, frais, floral, franc et savoureux. A peine si on sentait la présence du gewurztraminer. Bon rapport qualité/prix :  7,50€

20170304_151452

–      Sassó 2014, un 100% Xarel.lo, un vin qui a fermenté en barriques d’acacias, comme cela se faisait autrefois, avant d’être mis en bouteilles la totalité des barriques (6) sont assemblées dans une cuve en ciment.   Son intensité est surprenante, il est droit, structuré, onctueux, et très floral. Et, surtout il reste frais. Son prix est des plus raisonnables :11€

–      Fins als Kullons 2015, Traduction littérale : « J’en ai plein le cul », en litre seulement. Pas de commentaire sur le nom du vin, il s’agit d’un acte subversif… je pencherai plutôt pour un acte commercial! L’assemblage est atypique: xarel.lo, grenache blanc et sumoll, ça donne un rouge très clair; en fait ça ressemble à un clairet, c’est un vin de soif, gourmand et facile à boire. Pour un acte de rébellion, il n’a rien d’agressif !

20170304_153036

–       Faust 1.2 2012 C’est le nom de son arrière-grand-père et donc, il a voulu pour lui rendre hommage un vin très classique: garnatxa tintorera, tempranillo, cabernet sauvignon et merlot assemblés donnent un vin  à la fois puissant et juteux.

Ce domaine est vraiment intéressant, Ruben fera parler de lui, je n’en doute pas, à condition qu’il reste droit dans ses bottes. A suivre….

Antonio Portela, Viños do Solpor, IGP Ribeiras do Morrazo,

736px-morrazo_county_in_pontevedra_province-es-svg

Antonio s’est battu pour faire reconnaitre une zone de Rias Baixas qui n’est pas rentrée dans l’appellation : O Morrazo, c’est un vignoble implanté sur du sable, dont les cépages principaux sont l’Albariño et le Caíño Blanco, suivis du godello, loureira, treixadura, branco lexitimo, torrontés pour les blancs et en ce qui concerne les rouges : brancellao, caiño tinto, pedral, espadeiro, loureiro tinto, mencia y sousón. Elle bénéficie depuis septembre 2016 de l’IGP Ribeiras do Morrazo.

20161105_172453

J’ai gouté un rouge, le seul qu’il présentait, Finca Femia 2015, un vin de caiño tinto, originaire du village de Bueu, surprenant ! C’est léger, fluide, très acide, avec une finale saline très marquée : un vin de taverne assez RADICAL ! Il titre 10º pas d’élevage barrique. C’est un vin très populaire, la totalité se vend sur place à la population et à la restauration, des vins sans étiquettes avec des bouchons qui n’en sont pas, à 8€ la bouteille quand même, départ cave ! C’est un bon commerce, les rendements sont élevés!

L’idée est d’en faire un vin gourmand, frais et suave.

Domaine Jean-Louis Tribouley, Côtes du Roussillon

Jean-Louis Tribouley s’est installé à Latour de France en 2002. Il a su s’imposer comme l’une des références du vin nature en Roussillon, avec des cuvées comme Marceau Le Blanc, dont la réputation n’est plus à faire … Ici, aucun intrant n’est utilisé à la vigne ou à la cave, on laisse au terroir sa pleine expression. Il est en Agriculture Biologique, n’utilise pas ou infiniment peu de SO2, des rendements de 16hl/ ha, des vignes de 35 et 60 ans, un terroir d’exception, et, un vigneron talentueux donnent des vins très identitaires. J’ai gouté les cuvées :

Marceau Le Blanc 2015, AOP Côtes du Roussillon blanc un 100% macabeu

Vinifié traditionnellement et sans levurage, le raisin est pressé après avoir été refroidi à 18°C, entonnage en fûts, fermentation de 5 mois environ, les fermentations malo-lactiques sont faites. Vient ensuite l’élevage, 8 mois en fûts puis 2 mois en cuve, pour un résultat étonnant : ce vin est joliment fruité et floral, sec, la bouche offre des notes d’agrumes, l’ensemble est d’une fraicheur surprenante pour un vin de cette région et un prix public de 14,80€

20170304_135050

Mani 2014 AOP Côtes du Roussillon Rouge.  70% Grenache et 30% syrah sur un sol granitique. Il rend hommage à son frère Mani au travers de ce vin qui sent bon le fruit (framboise, mûres, cassis) et qui respire la générosité. Son équilibre est complètement bluffant, il est fin, puissant, plein d’énergie ! 12,80€

-Elepolypossum 2015  IGP Côtes Catalanes 100%carignan. La bouche est ample, chaleureuse, pleine et avec de la fraîcheur, Les tanins sont veloutés, beaucoup de profondeur et de personnalité dans cette cuvée : elle est magnifique ! PVP : 14,70

Les 3 Lunes assemblage de 50% syrah, 30% Carignan, 20% grenache, élevage en fûts de 1 et 2 vins.  Equilibre et Finesse caractérisent cette cuvée, c’est un vin superbe, d’une qualité et d’une finesse envoûtante. 20,10€

20170304_160914

Jean-Louis Tribouley parlant de 3 Lunes à un jeune distibuteur « La Festival

José Carvalho- La Cave des Nomades, Banyuls

José Carvalho est portugais; avec sa compagne Paulina, qui elle est polonaise, ils se sont installés à Banyuls où ils cultivent 3 hectares de vignes, sur schistes. Je crois que leurs premières bouteilles ont vu le jour en 2014.  Du grenache blanc, gris et noir, du vermentino, du macabeu et du carignan donnent des vins très inattendus et réussis. Je n’ai gouté que des 2016, il n’a plus de 2015 à la vente.

Aucun pesticide et pas de produits chimiques dans les vignes. Soufre en poudre pour lutter contre les maladies, pas de cuivre, seulement préparations biodynamiques ; Désherbage des vignes à la main. Pas de mécanisation, pas de SO2 ajoutant, levures indigènes, pas de filtration, aucune clarification. Détail amusant, leurs étiquettes sont en liège

Les vins :

  • Le Vieux Saltimbanque 2016, un assemblage de chardonnay et vermentino, très pur et droit.

20170304_171935

  • Les Rhizomes des Sorcières 2016, leur blanc de grenache gris est à la fois envoutant et déroutant. Une fois l’acidité volatile laissée de côté, il est très aromatique. La fermentation se fait en barrique ce qui lui confère beaucoup de structure, de la rondeur et un bel équilibre.
  • Amphorisme 2016, un 100% vermentino vinifié en amphore, est le vin qui m’a le plus impressionnée : il est beau, tout simplement; d’une grande pureté. Il n’en produit que 400 bouteilles, le prix est de 50€.
  • L’Arlequin Errant 2016, un assemblage des 3 grenaches (blanc, gris et rouge) et de syrah, presque un rosé, très gourmand !
  • Le Pirate qui chante 2016, 100% grenache noir, fermentation en barrique, élevage pendant environ 8 mois. C’est un vin très fruité, gourmand.
  • Vagamonde2016 : mourvèdre, grenache et carignan tout en carbo séparément puis assemblé. La bouche est très fruitée, ronde et gourmande. Elevage :5 mois d’élevage en barrique. 850 bouteilles.

La plupart sont des micros cuvés de 400 à 600 bouteilles et donc sont à des prix qui forcément ne sont pas doux.

Domaine Danjou-Banessy, les Frères Danjou accompagnés de Jean Lhéritier, étaient là pour représenter l’association BE RANCI des Rancios secs du Roussillon, le savoir-faire catalan.  Avec Jean Lhéritier, Benoit est un des meilleurs représentants et défenseur de ce vin de légende : « el vi de l’avi » (le vin du grand-père) comme il l’appelle. Il en parle mieux que personne et il avait amené avec lui de quoi nous convaincre. On a commencé pour se mettre en bouche par un Muscat d’Alexandrie, Supernova 2015. Il est vinifié en macération de vendanges entières cueillies entre 9 et 9,5º, selon Benoit, c’est un vin qui se situe entre le thé, le saké ou une bière…un vin très floral pas du tout végétal, facile à boire et gourmand.

Mais, venons-en aux Rancios Secs, ils  sont la dimension la plus étonnante des vins du Roussillon et pourtant, dans les années 1990, de moins en moins consommés et sans protection commerciale, on se préparait à le voir dis paraitre. On a commencé à croire au renouveau en 2011 avec l’obtention d’une Indication Géographique Protégée (IGP) avec mention rancio (IGP Côtes Catalanes avec mention rancio et IGP Côte Vermeille mention rancio). Mais surtout le Rancio doit sa survie à ceux qui, passionnés, ont su faire de la résistance,( amateurs, vignerons, restaurateurs et journalistes). Grace à eux et à l’association Be Ranci, on assiste à une Renaissance du Rancio, un de leurs objectifs : promouvoir le Rancio à travers différentes manifestations, MISSION accomplie, la palette qu’on pouvait gouter était exceptionnelle.

  • Vi Ranci 2002,encore en cours d’élevage de chez Danjou Banessy
  • Ranci Est!, de Gilles Trouillier

20170304_164813

  • Rancio Sec Domaine des Schistes, tout est dit sur létiquette….

20170304_165056

  • Rancio Al Padri 2004, Cave Coopérative L’Etoile

20170304_165700

  • Vi Ranci Au Fil du Temps Domaine Jolly Ferriol,

20170304_165148

  • Vi Ranci 1990 Danjou Banessy
  • Vi Ranci 1965 Danjou Banessy
  • Le gout du Rancio sec est ancré dans la mémoire collective, caractérisé par ses notes puissantes de noix ; en réalité, il ne se résume pas qu’à ça, selon l’encépagement et l’âge, les Rancios Secs présentent une belle diversité de robes et d’arômes, et des saveurs d’une grande complexité : des nez raffinés, complexes et évolutifs qui s’ouvrent sur des notes de raisin de Corinthe, de figue, de noix, d’amandes, auxquelles se mêlent des notes de torréfaction et de cacao…, la bouche dévoile souvent des notes d’orange, d’amande ou de noix de coco, elle est très charnue possède un grain velouté tout en gardant un équilibre sur la vivacité, la trame tannique est fine mais bien présente et la finale très longue : des notes de raisin confit et de noix, de café parfois, de la noisette, du cacao, réglisse ou pruneau… mais toujours de la finesse, et beaucoup de fraicheur. En réalité chaque rancio est unique !

Après ça, il est impossible de continuer la dégustation, le palais est saturé de cette merveilleuse potion magique qu’est le Rancio.

Mais, plus que jamais je demeure convaincue que le Rancio a un FUTUR des plus prometteurs.

 

Hasta Pronto,

 

Marie-Louise Banyols

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

4 réflexions sur “SIMPLESMENTE VINHO 2017

  1. On souligne: « Michel Smith regarde avec intensité un vin pour les djeuns, qui se boit comme une bière ». On m’a dit qu’il est délicieux quand on lui ajoute du sirop d’érable. Cela s’appelle un « TabernaKir ».
    Plus sérieusement, MLB: le rancio sec est bien entendu la version roussillonnaise du vin jaune, du Jerez et des vins de voile. Il en possède toutes les qualités, et ses spécificités aussi. J’en suis aussi friand que vous, d’autant que j’ai assisté en spectateur à ses débuts chez J-H et Brigitte Verdaguer. Mais … le public n’accroche pas forcément aux éthanal, sotolon et autres. C’est un goût appris, d’éducation du goût, très largement. Et l’éducation ne fait pas partie des priorités du XXIème siècle, c’est le moins qu’on puisse dire.

    J'aime

  2. Domage que l’article sur les vignerons portugais n’est jamais aparu…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s