Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

Mon Vin Officiel du Bonheur

3 Commentaires

Pour l’ONU, hier, lundi 20 mars, était la Journée Mondiale du Bonheur.

Et qu’est-ce qu’on boit pour fêter ça? Quel serait votre Vin du Bonheur, à vous?

Pour moi, le hasard a voulu que je débouche hier l’excellent Viognier 2015 du Domaine Gayda (IGP Pays d’Oc), alors, pourquoi pas lui?

Avec lui, mon bonheur a été riche, parfumé, fruité; mais aussi, légèrement acide, dynamique, et très long en bouche.

C’est bien le moins, car pour moi, autant la joie est une sensation fugace, le Bonheur est censé durer plus d’une journée, même officielle, même mondiale.

Hervé Lalau

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

3 réflexions sur “Mon Vin Officiel du Bonheur

  1. Comme David, tu bois des vins « dynamiques ». Explication de txt, stp, ce vocable n’a pas encore atteint la France profonde du vignoble! Par ailleurs, Gayda = grand vignoble + restaurant + école du vin dirigée par un MW.

    J'aime

  2. Guitry, je crois, disait que le meilleur moment dans l’amour, c’était quand on monte l’escalier.
    Alors fidèle à cette philosophie, je te laisserai rêver aux sens possibles du mot dynamique (que j’espère, tu as mieux intégré dans l’expression « biodynamique »), plutôt que de te décevoir avec une explication oiseuse, ou des adjectifs tout aussi déficients comme « tendus », sans parler du mot qui fâche – minéral.

    PS. Définir le mot « bonheur », c’est ardu, aussi. Mais tu ne l’as pas relevé, curieusement.

    J'aime

  3. Je préfère en laisser la définition à Paul Fort, Hervé. Hélas, comme le dit le doux poète: « Cours-y vite, il va filer ». Au secondaire, nous avions des cours de « diction » (école publique!, tu ne niques pas ta mère), donné par un adorable prof. barbu qui était comédien amateur. Il nous laissait déclamer ou interpréter des scénettes/saynettes. Beaucoup de tableaux de Molière ont ainsi été massacrés par mes condisciples et moi. Nous étions 5 ou 6 à adorer cela. Ce texte du symboliste rémois faisait partie d’un recueil suggéré et il comportait une note de bas de page: « sur un refrain du Rouergue ». Je n’ai jamais su pourquoi. Peut-être pour rendre l’écrit plus … dynamique?
    Je n’ai pas connu les lupanars, à l’inverse de M. Guitry. Le risque des escaliers, outre le tour de reins, c’est que les mamans ne connaissent souvent pas le nom des papas, dans ces conditions! Elles ne voient pas nos visages.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s