Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

Retour sur les viticulteurs audois: à quoi jouent les groupements coopératifs?

8 Commentaires

Je reviens un instant sur la polémique abordée ici même ce samedi, la colère des viticulteurs audois contre les vins espagnols.

Je vous ai dit que je trouvais cette colère mal fondée – ou plutôt, mal ciblée.

Mais j’ai repensé à un élément plutôt curieux de cette affaire: le rôle joué par les groupements de coopératives.

Rappelez-vous, en juillet dernier, des membres du Comité Régional d’Action Viticole, le célèbre CRAV, saccageaient les locaux de Vinadeis (Ex Val d’Orbieu-UCCOAR), qu’ils accusaient de causer la perte des producteurs locaux en important des vins espagnols.

Cela m’a fait tiquer. Pourquoi des groupements de coopératives concurrencent-ils ainsi leurs propres affiliés, ceux qui sont leur raison d’être, et dont les élus siègent à leur conseil d’administration?  N’est-ce pas dévoyer le système coopératif? Certes, les dirigeants de ces groupements n’ont de comptes à rendre qu’aux représentants des coopératives membres, et non à la base vigneronne. C’est sans doute ce filtre qui explique qu’ils soient toujours en place. Aucun coopérateur sain d’esprit ne pourrait reconduire dans ses fonctions quelqu’un qui achète et revend le vin de la concurrence.

Si quelqu’un peut justifier cette attitude de Vinadeis et de son conseil d’administration, je suis tout ouïe. Car si des coopératives n’ont plus comme ligne d’horizon que la dernière ligne du bilan, sans se préoccuper des conséquences pour leurs membres, qu’ont-elles de fondamentalement différent par rapport à des négociants? D’une société à but lucratif, on n’a pas à s’étonner qu’elle cherche à maximiser son profit. Mais d’une entité dont le rôle est de mutualiser les moyens de producteurs pour écouler leur vin?

Ne suis-je pas un indécrottable naïf?

Hervé

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

8 réflexions sur “Retour sur les viticulteurs audois: à quoi jouent les groupements coopératifs?

  1. Je vais bloguer sur un sujet similaire, Hervé, mais l’anomalie ne vient pas tellement des coopératives en tant que telles. Il s’agit d’un mouvement syndical général (petites caves privées comprises, souvent) corporatiste, poujadiste, colbertiste, pas d’un grand mouvement social noble de la viticulture. On ne refait pas du tout 1906. Sans déflorer mon sujet, le fond de la question est de voir qui est « responsable » du malaise des viticulteurs (auquel je m’associe). Ce n’est certainement pas le pauvre collègue espagnol en lui-même. L’internationale sauvera-t-elle jamais le genre humain?

    J'aime

  2. Je ne sais pas s’il y a un rapport direct (mais si, je le subodore) mais cette semaine j’ai reçu un luxueux bouquin, de format carré et composé essentiellement de photos et dont le titre est VINADEIS : étonnant, non ?

    J'aime

  3. Entre les échantillons, les bouquins, les repas de presse (à domicile, style pizza-express ou « les grands buffets »), je plains vos facteurs/factrices. Et toi, David depuis le Brexit (même si tu n’en es pas un fanatique), je ne te parle PLUS. Par contre, mais j’ai payé le chèque, la distillerie Delord, de Lannepax, vient de m’envoyer un Bas-Armagnac 1987 pour les 30 ans de mon fils, par la poste. Le préposé tenait bizarement le guidon de son petit attelage motorisé …
    J’ai vu le nouveau costard d’Hervé Lalau: classe! Il s’agit d’un compromis entre une chasuble certifiée Vatican II, un abacost de l’époque Mobutu Seseseko et un Arnys François Fillon anno 2017. Moi, j’aurais opté pour un col Mao, mais je suis atrocement réac’ et convenu.

    J'aime

  4. Ce qui me gêne c’est le côté « généralisation » implicitement sous tendu par « à quoi jouent les viticulteurs audois » ? Je crois que les vignerons coopérateurs ne jouent pas, ils subissent et ils sont pour beaucoup désespérés….. quoi, pourquoi ou par quoi? Rien n’est nouveau sous le Beau Soleil du Midi….Je suis issu du Monde coopératif, mon grand père a été un des acteurs de ce monde après guerre, il a été président de cave sur Florensac: Emile RIGAL dit « Pibouli »….De tout temps, le négoce languedocien a joué avec le feu, cherchant les opportunités et globalement pas un réel partenariat avec les acteurs du monde coopératif: pas de contrat de fidélisation avec un prix négocié sur 5 ans, pas de réels échanges avec la profession sur ce qu’ ils attendaient du marché comme produit et les préconisations pour permettre aux vignerons d’anticiper et s’ adapter. Les pouvoirs publics à jouer au chat et à la souris, n’ont pas aidé non plus: donner des aides à l’ arrachage définit plutôt qu’ à la reconversion d’une partie du vignoble de plaine et des coteaux, a peu pour conséquence de créer des jachères quand ce ne sont pas des vignes à l’ abandon, source de contamination et maladies qui ont fait perdre au vignoble languedocien, un tiers de ses surfaces plantées en un peu plus de 20 ans;
    Alors, oui les vignerons se trompent peut-être de cible, mais rien n’ a été anticipé, que ce soit par les pouvoirs publics, les inter professions « frileuses » et le négoce régional.
    Je n’ élude pas le questionnement sur les leaders de ces groupements et les « directoires » de certaines caves coopératives où à force de se tenir par la barbichette et ne pas avoir su eux aussi anticiper sur les attentes du marché, on fait de mauvais choix de gestion, de partenariat commerciaux ….
    Alors la faim, le désespoir font faire des choses inexcusables mais je pense que les grands responsables historiques de cette spirale négative sont les inter professions , les chambres d’agriculture et les représentants régionaux de l’ état pour la filière qui n’ ont pas su créer l’environnement de dialogue et d’ échanges nécessaires accompagné d’ aides ciblées pour donner aux vignerons français, les chances de s’ adapter au marché , notamment au vrac dont on besoin le HARD DISCOUNT, vrac qu’ ils ne trouvent pas en France et vont chercher en Espagne, alors qu’ on a largement les surfaces et les hommes pour répondre à cette demande.

    J'aime

  5. Je fais mon mea culpa: les titres généralisent toujours trop, il faudrait toujours faire la part des choses.

    J'aime

  6. La question d’Herve sur la gouvernance des groupements cooperatifs me semble pertinente. Je me posais recemment la meme question pour le domaine laitier. Par quelle mecanique ces groupements sont-ils devenus ce qui semble etre le pire du liberalisme?
    Si Jacques Berthomeau est sur ces lignes, il doit pouvoir nous eclairer…

    J'aime

  7. Ce que dit Bardou au sujet du négoce est totalement pertinent. Même Léon qui, vous vous en doutez, n’aime guère les courtiers et les négociants, accepte la réalité qui veut qu’un négoce bien portant et conséquent est un atout pour une région. Ce qui est vrai en Languedoc l’est aussi dans le Roussillon et même à plus forte raison, car les rendements ridiculement bas de cette enclave, même dans la plaine, renforcent encore la difficulté à vivre. Une comparaison: rosé de bandol en vrac: 300 à 400 €/hl (pour la qualité), AOC rouge Côtes du Roussillon Villages: 120 €/hl, même pour du très bon!
    Mais les pauvres Espagnols n’y sont pour rien.
    Arrêtez d’acheter votre vin dans la GD. Et arrêtez d’acheter du bib de qualité quelconque. C’est la meilleure manière de soutenir la filière, que ce soit les coop. ou la propriété.

    J'aime

  8. Ok pour afficher plus clairement l’origine . Mais personne n’ose évoquer la buvabilité ! Reste t’il en Languedoc des producteurs de rosé 11° ou de rouge 12° ? Nos amis de « tras los montes » sont bien plus efficaces que nous sur ce créneau . Et on oubliera le prix bien sûr car ils sont moins chers .
    Vous serez tous d’accord qu’il est devenu très difficile de trouver un moins de 13°5 chez un caviste.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s