Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

« Vins Singulars », un Salon très spécial pour découvrir des vins uniques.

4 Commentaires

Vinoexpresion

L’Espagne viticole « Nature » et l’Espagne viticole tout court sont en plein mouvement, j’en veux pour preuve la multiplication des Salons, on ne sait plus où donner de la tête ! C’est un phénomène nouveau, il y a à peine cinq/six ans tout au plus, à part Alimentaria et Fenavin, on n’avait pas grand-chose à se mettre sous la dent et pour cause, les petits domaines étaient encore très peu nombreux. Les choses ont beaucoup évolué, les petites bodegas ont vu le jour un peu partout dans le vignoble : des petites structures souvent de 5 à 10ha, crées par des vignerons qui sont sorties des coopératives, ou par des œnologues ou encore par des passionnés du vin. Beaucoup d’entre eux se présentent comme des « réactionnaires, des révolutionnaires », qui veulent rompre avec le modèle viticole traditionnel. Ils s’engagent dans des agricultures écologiques ou biodynamiques et des vinifications les plus naturelles possibles. Ils se regroupent entre eux pour se commercialiser et ça donne : « Roca Madre, Vins off the Record »…ou bien sont distribués par d’autres convaincus de ce style de vins et ça donne « La Festival, Vins Singulars, Cuvée 3000, Simplesmente Vihno, Luis Pablo avec Gourmets Hunters « et j’en oublie certainement. Toujours est-il que chacun organise son Salon, impossible de participer à tous et c’est très frustrant. Les 4 et 5 mars, se tenait Simplesmente Vinho dont je vous ai parlé. L’association des producteurs de vins naturels organisait le 12, VINS NUS auquel il m’a été impossible de me rendre, or quand je regarde la liste des participants, je m’aperçois que je n’en connais pas la moitié !

Vinoexpresión_Vins Nus 2017

Le 27, lundi dernier, le même jour, deux Salons étaient organisés par des distributeurs barcelonais. L’un « Human Tast » sous l’égide de La Festival (le distributeur) ne proposait que des domaines en Bio ou Biodynamie, en majorité catalans avec quelques domaines espagnols et même français. Là aussi, la liste des nouvelles bodegas était impressionnante, et très attirante ; l’autre « Vins Singulars » toujours dans le même style de bodegas « niches » offrait un éventail plus large. Ne pouvant être partout, j’ai choisi de me rendre au second, non parce qu’il se déroulait au « Camp Nou », mais tout simplement pour la diversité des domaines qui représentaient l’ensemble du vignoble espagnol. Un peu plus de 40 bodegas étaient au rendez-vous, évidemment je n’ai pas tout dégusté, je me suis arrêtée chez ceux que je ne connaissais pas encore, sans oublier de faire une halte rapide chez mes amis.

20170327_195605

Parallèlement à cette explosion de petites bodegas, on assiste à un autre phénomène qui est la création de projets impulsés par des vignerons connus d’une zone, qui se mettent à vinifier dans d’autres appellations, seuls ou en association avec d’autres vignerons amis, les exemples sont nombreux : Fredi Torres, Uvas Felices, Viñedos Singulares, Family Owned Wineries, Vins Inquiets, Vinos terribles…J’aurai d’autres occasions pour vous parler de tous ces vins qui méritent d’être connus. Tout ça pour vous montrer qu’on ne s’ennuie pas en Espagne. Pour en revenir au Salon de lundi dernier, les uns et les autres se côtoyaient, d’accord, il y manquait la présence de domaines traditionnels, mais ils ne sont pas la cible de Barcelona Vinos qui ne distribue que des Vins Singuliers.Voici quelques-uns des vins qui m’ont bien plu et qu’il faudra suivre.

Dans un style simple, fruité, frais :

Celler Jordi Miró, TERRA ALTA

Des vins imaginés par Jordi Miro en Terra Alta, où il a créé son domaine en 2009.

Ennak 2016 Negre, Terra Alta

Un assemblage de Mazuelo, Garnacha tinta, Tempranillo y Merlot qui peut paraitre atypique de Terra Alta, mais qui en réalité est le reflet de beaucoup de vignes de la D.O., même s’il est vrai qu’elle s’oriente maintenant davantage vers le grenache. Un rouge de macération carbonique sans prétention mais qui se laisse boire très facilement grâce à sa légèreté et à sa gourmandise. Très bon rapport qualité/prix/plaisir. PVP 5,75€

20170327_181517

Dans un style construit pour, un de ces projets…

VINS INQUIETS MONTSANT

La Guineu i el Raïm deux vins de la D.O Montsant sont nés dans les vignes de Joan Ignasi Domènech, l’une des figures du nouveau terroir de Montsant et propriétaire des Vinyes Domènech. Il a créé ces 2 cuvées pour Vins Inquiets, un nouveau projet conçu pour « satisfaire et émouvoir le marché avec des vins personnels et authentiques élaborés par des vignerons singuliers qui sont distribués par Barcelona Vinos.

 La Guineu i el Raïm Blanc 2015 Montsant

C’est un blanc 100% grenache blanc, mais dont la production ne dépasse pas 600 bouteilles ! Pour un vin de niche, il a su rester très simple, pas de bois, que de la cuve et un prix très raisonnable. Sur un fond de fruits blancs, d’agrumes et d’arômes anisés sa bouche se révèle ample et gourmande avec beaucoup de fraicheur et un bel équilibre aromatique. Un joli vin terroir, une bonne surprise. PVP 13,50 €

La Guineu i el Raïm 2015 Montsant

Un rouge issu de grenache/carignan expressif et attachant. Un rouge identifié à son terroir : fruité, savoureux et intense. Il ne souffre pas de son passage en barriques, les tannins sont présents mais veloutés et fins, la finale reste fraiche et gourmande. PVP: 12,70 €

20170327_183139

Dans un style très Terroir et recherche…

Deux bodegas m’ont impressionnée, deux hommes anxieux de redécouvrir l’un un terroir, celui de jerez et l’autre des cépages en voie de disparition. Je vous livre ce que j’en ai retenu, mais il est clair que ça mérite d’être beaucoup plus approfondi.

cota 45 ramiro ibañez

Cota 45 c’est le domaine qu’a créé récemment le prestigieux œnologue « Sanluqueño » Ramiro Ibáñez à Bajo de Guía, la plage magique de Sanlucar de Barrameda Il avait une obsession qui était la récupération des sols Albariza qui dans le passé,  avec de nombreuses variétés indigènes de Jerez et la non « fortification » des vins signaient l’identité des « generosos » du Sud de l’Espagne. Albariza, ce sol blanc et crayeux est le point de départ de Ramiro et l’épine dorsale de ses vins, dans lesquels, il recherche la présence et la personnalité du terroir face aux notes biologiques habituelles de Jerez .A la recherche du Jerez perdu !Ramiro veut que ses vins parlent de la terre et du climat où sont nés les raisins plutôt que ce qu’ils expriment après l’élevage, à partir de là il est devenu un enfant terrible de la région, car il est farouchement opposé aux pratiques habituelles demandées par l’appellation d’origine pour l’élaboration des vins fortifiés. Il veut des vins jeunes avec moins d’élevage, il ne veut plus se prosterner devant le voile comme l’impose les canons ! Il n’a pu faire autrement que d’abandonner la D.O., et se lancer dans la création de vins bien à lui, sans tenir compte des pratiques du passé. Voilà comment, il en est venu à créer dans sa cave, ce qu’il appelle « l’albarizatorio », son laboratoire œnologique dans lequel il fait des expériences avec les différents sols d’Albariza à la recherche de ce qu’ils peuvent transmettre dans les vins.Dans sa quête constante dans le passé viticole de la région où il est né afin de récupérer tout ce qui a été perdu avec l’implantation quasi industrielle du Palomino Fino, il fait partie du Manifeste 119, dans lequel se retrouvent un groupe d’œnologues et vignerons de Sanlucar de Barrameda, Jerez de la Frontera, El Puerto de Santa María et Chiclana qui cherchent à travers le passé à conquérir l’avenir des vins de Cadix.

Evidemment, il s’agit de productions très limitées.  Je n’ai pas vu Ramiro,  c’est un autre vigneron de Jerez qui faisait déguster ses vins. Il ne présentait que 3 vins, ceux distribués par Barcelona Vinos, mais J’avoue que ce que j’ai gouté a été une expérience des plus surprenantes et ça m’a donné très envie de faire un tour à San Lucar :

Vino de mesa Precede Miraflores blanc 2013

100% Palomino Fino, issu du Pago Miraflores, à Jerez de la Frontera, vol 13,5%

Un vin blanc créé en collaboration avec la célèbre Taberna Der Guerrita fermentée dans une bota de Jerez au cœur du célèbre Barrio Bajo de Sanlúcar de Barrameda, pendant 36 mois sans la présence du voile, comme on faisait il y a plus d’un siècle. Il a été mis en bouteille en Octobre 2016. Il faisait assez chaud dans cette salle et pourtant, ce vin rien qu’au nez a dégagé une telle impression de fraicheur, une telle complexité que j’en ai oublié ma fatigue. Je me suis sentie très privilégiée de pouvoir gouter une des 700 bouteilles produites. En plus des notes de foin frais, de fruits murs et d’agrumes, je pouvais percevoir l’humidité de la terre et sentir les effluves salines. En bouche, j’ai ressenti une grande fraicheur marquée par des arômes citriques accompagnée d’un joli volume et des notes d’amandes grillées, très intense avec un petit air d’0loroso. C’est assez unique, je n’hésite pas à parler de « petite merveille ». PVP: 14,50€

precede-miraflores-2013-

Vino de Mesa Encrucijado Palo Cortado Mágnum 2014

Vol 15,5%. C’est un vin expérimental élaboré à partir de 6 cépages autochtones, palomino Fino et autres(mantúo de pilas, mantúo castellano, perruno, cañocazo y beba), des variétés qui ont pratiquement disparu avec l’invasion du palomino, mais qu’il était habituel de trouver dans le Palo Cortado.

Cette Encrucijado fermente spontanément dans la bota, où il a passé 10 mois en élevage biologique et 10 en élevage oxydatif. Il a été mis en bouteille avec 15,5% sans être fortifié, juste au moment où se qualifie pour être un palo cortado, d’où son nom : Encrucijado, c’est un Palo Cortado jeune.C’est puissant et doux à la fois, au nez comme en bouche. Une grande concentration et crémosité, enveloppée par des notes de caramel au beurre, de chocolat, de café, de terre, de plantes. C’est moins sec qu’un manzanilla ou un fino, c’est savoureux, très long et c’est unique.

PVP : 56,50 €

20170327_184547

Je n’ai pas voulu gouter le Pedro Ximenez Pandorga, pensant revenir à la fin, mais trop tard.

Le second vin que vous voyez sur la photo:

Fino La Barajuela 2013

est un Jerez des Bodegas Luis Perez, en réalité on pourrait le définir comme un vin blanc élevé en barriques avec la présence d’un très léger voile. C’est encore un Jerez original, différent, que je n’hésiterai pas à classer dans les grands blancs tellement il est séduisant. Très intense, il offre des notes florales et d’épices douces, les fruits secs ne manquent pas, mais aussi les notes de pommes, d’agrumes, de fruits jaunes : une belle complexité aromatique. Sa chair est grasse et savoureuse, très fraiche avec une finale saline et épicée très persistante.P.v.p aprox: 29€

20170327_184302

Il faut dire que c’était un Salon très interessant, avec des bodegas qui demandaient qu’on s’arrête sans se presser, notamment celle de Juan Carlos Sancha en Rioja, il est entrain de récupérer des variétés en voie d’extinction ou minoritaires, il faut absolument que je vous raconte, ou encore les vins de Fredi Torres en Ribeira Sacra, ou ceux de Rafa Bernabé à Alicante, je vous en parlerai la semaine prochaine.

Je remarque que tous ces vins sont distribués par des Barcelonais, l’inquiétude et la curiosité pour les nouveaux projets et domaines semble se concentrer à Barcelone. La capitale préfère rester très traditionnelle.

L’Espagne viticole se bouge, elle devient riche en petites bodegas, les prix restent la plupart du temps sages, les productions sont très limitées, ça me semble être un handicap, mais les vins proposés sont plein de caractère, on sent une grande inquiétude chez les vignerons , ils sont tous à la recherche d’une identité, d’une vraie personnalité pour leurs vins. L’autre Espagne viticole celles des grands Groupes continue d’exister, mais les créneaux de vente sont différents et les deux puvent répondre à des demandes internationales variées: il y en a pour tous les gouts.

Hasta pronto,

Marie-Louise Banyols

 

 

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

4 réflexions sur “« Vins Singulars », un Salon très spécial pour découvrir des vins uniques.

  1. Vers quelles belles découvertes nous avez-vous conduits !! Merci infiniment. Envie d’aller voir sur place, cela va sans dire. Jolies affiches en catalan…

    J'aime

  2. Et si on revenait aussi à des « vins pour boire », en supprimant le nombrilisme des vignerons? Ce qui ne veut pas dire que ces vins « nus », « réac » ou au contraire « rebelles » ne peuvent pas être très bons. Il est TRES difficile de vendre du vin pour le moment (croyez-moi) et on fait n’importe quoi pour se différencier.

    J'aime

  3. Je suis bien d’accord et je vous rappelle l’affiche des VINS NUS pour le Slon de Montpellier! t, toutes ces productions limitées me laissent un peu perplexes et sur ma faim. Je ne fais que traduire ce bouleversement auquel j’assiste dans le vignoble espagnol. Faire n’importe quoi pour se diverdifier, c’est souvent vrai, mais il y a aussi des vignerons qui y croient réellement, et dont le discours me touche…Et alors moi aussi j’y crois. D’accord le résultat n’est pas toujours au rendez-vous, mais c’est à leurs risques et périls.
    MLB

    J'aime

  4. Effectuer des tentatives pour obtenir et proposer des vins singuliers, susceptibles de bousculer certaines images un peu figées, ce n’est pas « faire n’importe quoi pour se différencier ». Ce serait une façon de stigmatiser une démarche parfaitement recevable. Il est vrai que tout n’est pas réussi, mais on ne peut réclamer qu’il en soit ainsi avant d’avoir tenté de le faire, non ? La plupart des vignerons qui se lancent dans ce genre d’aventure possèdent une grande volonté, une solide foi dans leur travail, ainsi qu’un amour très sincère du vin, de leur pays, de leurs terroirs. Alors, comme MLB, dégustons, découvrons…et louons les réussites !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s