Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

Evasion pascale – un voyage immobile par vins interposés

1 commentaire

Il y a plusieurs façons de voyager, de s’évader, la mienne consiste parfois à ouvrir des flacons d’ailleurs qui me transportent dans des lieux que j’ai déjà visités et appréciés. C’est ainsi qu’à l’occasion des fêtes de Pâques, j’ai débouché un vin du Piémont et un vin du Palatinat.

1. CONTERNO FANTINO BAROLO “MOSCONI” DOCG 2012

Quelques mots sur le domaine :

Créé en 1982 par Claudio Conterno et Guido Fantino, le domaine produit sur son vignoble de 27ha environ 140.000 bouteilles par an ; Nebbiolo, Barbera et Dolcetto dominent l’encépagement.

Le développement durable, la préservation de la biodiversité et le respect de la terre sont des éléments-clés de leur philosophie, il n’est donc pas surprenant que le domaine soit certifié biologique depuis 2012. La nouvelle génération a pris le relai tout en gardant la même ligne. Reconnu pour la qualité de ses Nebbiolo, son usage prudent du bois pour le vieillissement, son utilisation minime de sulfites jusqu’à la mise en bouteille, ont fait de Conterno Fantino un des chefs de file de l’école moderne du Barolo, tout en étant respectueux de l’héritage viticole de la région.

Le Vin

Comme nous l’avons aimé, ce « Barolo Mosconi » !

Pour son élégance et sa fraîcheur d’ensemble, pour son nez qui affiche d’emblée une belle complexité avec ses parfums de cerise mure, de prune, de moka, de chocolat, qui se fondent et s’entremêlent. La bouche est impressionnante, corsée : des notes de fleurs, d’épices, d’eucalyptus se détachent d’une texture aromatique riche, et veloutée. Il affiche des tanins juteux et bien intégrés, dotés d’une superbe énergie. Equilibre parfait, dans un style moderne, très pur, terminant sur une touche minérale qui l’allonge. Un style qui n’empêche pas que cette bouteille puisse être gardée encore quelques années.

C’est un rouge assez corsé qu’il faut associer à des plats de caractère, nous l’avons bu sur un gigot d’agneau aux gousses d’ail ; c’était parfait.

20170415_141545

2.OLIVER ZETER PFALZ GOLDSHATZ

Un vin riche, intense, exceptionnel !

Quelques mots sur le domaine :

L’aventure des frères Christian et Oliver Zeter commence officiellement en 2007 avec la mise en bouteille de leur première cuvée. Depuis, la maison Zeter cultive plusieurs hectares de vignes plantés dans les plus belles zones du Palatinat. Fort de multiples expériences professionnelles aux quatre coins du monde et notamment en Afrique du Sud, en 2011, Oliver a pris le parti de faire du  sauvignon le fer de lance de sa production. En voyant son vin élu « meilleur sauvignon blanc d’Allemagne », il s’est taillé ces dernières années une place importante dans le monde viticole mondial.

hero-1

Quelques mots sur le comment et le pourquoi de ce vin :

Oliver Zeter avait un rêve de petit garçon : déterrer un trésor de pirate oublié sur une île déserte. Ce rêve est devenu réalité, il a trouvé ce trésor chez lui : des bonbonnes de Sauvignon de 2007 Trockenbeerenauslese dont la fermentation avait duré plus de 2 ans, tombées dans l’oubli. Réapparues en 2011, à l’occasion d’un déménagement, il les a trouvées sublimes ; entre temps il avait découvert chez des amis vignerons, d’autres trésors de ce genre des vins des millésimes 1993, 1994, 1998 et 199 issus des cépages Ortega, Huxelrebe et Rieslaner. Sur cette base, il a créé un assemblage de Trockenbeerenauslese : la « GOLDSCHATZ » (trésor). C’est le bijou spécial de sa collection.

C’est la première fois que je dégustais ce vin, et je dois dire qu’il m’a impressionnée, si je devais le résumer: un véritable nectar, peu alcoolisé et très parfumé. De très grande garde.Ce trésor doré brille de sa splendide couleur jaune vieil or. Le bouquet immensément riche est un véritable feu d’artifice aromatique, allant de l’abricot à l’agrume en passant par les fruits exotiques, soutenu par une remarquable fraicheur. Viennent s’ajouter des notes épicées, de noisette, vanille, nougat, café, noix de pécan et toutes sortes de chocolats fins. En bouche, le vin est fascinant : riche, onctueux, fruité, avec un excellent équilibre entre la douceur et l’acidité parfaite. Très long et persistant, c’est un vin passionnant, irrésistible et unique. Nous l’avons dégusté un peu frais sur une tarte aux pommes sans crème et l’accord était idéal.

20170415_141705

Cépages : Sauvignon Blanc, Ortega, Huxelrebe, Rieslaner, pour ceux qui ne connaitraient pas ces derniers cépages : le huxelrebe donne des blancs élégants, légèrement musqués, et, une bonne acidité. En vendange tardive, leur qualité est élevée. Le Rieslaner issu de Sylvaner et de Riesling produit un blanc acide et aromatique comme le Riesling. L’Ortega, issu d’un croisement de muller-thurgau et de siegerrebe donne des vins pleins, moelleux et fruités, aux arômes parfumés semblables au gewürztraminer. Les trois assemblés au sauvignon, s’harmonisent parfaitement et donnent au vin une grande complexité aromatiqueSucre : 199 g /l. Acidité totale : 8,8 g /l

Voilà deux vins qui nous ont permis de nous évader, d’échanger, de partager de bons moments de convivialité, de nous régaler : c’est tout ce que je demande à un vin.

Hasta pronto,

MarieLouise Banyols

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

Une réflexion sur “Evasion pascale – un voyage immobile par vins interposés

  1. J’ai dégusté récemment quelques vins d’Olivier Zeter à Paris, grâce à Lionel Osmon qui les importe en France. Très bons et très intéressants

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s