Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

Le vignoble du Nord de l’Espagne dévasté par le gel.

Poster un commentaire

Les gelées ne sont pas restées qu’en France, elles ont également dévasté le vignoble espagnol où le bilan est à peu près similaire à celui de la France : certains n’auront rien à mettre en bouteilles en 2018. Les récentes gelées des nuits du 26, 27 et 28 avril marqueront fortement la récolte 2017 dans le Nord de l’Espagne. Toutes les régions vinicoles de Castilla La Mancha, de Castilla et Leon : la Ribera del Duero, Toro, et, spécialement, le Bierzo sont concernées ainsi que la Rioja et la Galice.

–        En Ribera del Duero, dans cette région les gelées printanières sont assez classiques, mais pas à ce point : à l’exception de certaines zones de Soria et de Valladolid, l’impact a été assez généralisé, avec des pics de -4ºC et -5ºC la nuit du 27 au 28. La longueur du gel qui a dépassé les cinq heures a fini d’aggraver la situation. A la Aguilera (Burgos), le thermomètre est descendu jusqu’à -10ºC : une véritable catastrophe. Tous espèrent que finalement la vigne n’était pas si en avance qu’ils le croyaient, et que peut-être certains bourgeons qui n’ont pas encore germé auront supporté le froid. Ici, on compare cette gelée à celle de 1995, il faudra attendre encore quelques jours pour voir comment la vigne se développe.

248_0_Helada_Valladolid

–        Dans La Rioja, Julio César López de Heredia de Vina Tondonia décrit un vignoble dévasté ! La zone la plus touchée est celle qui va de Baños de Ebro, Elciego, Navaridas, Villabuena, Leza et Samaniego à Labastida. Il n’avait jamais vu un tel accident climatologique. Il faut remonter au gel de 1926 qui leur avait laissé une récolte de seulement 58 000 kilos, soit, 15% de la récolte normale. Juan Luis Cañas (Bodegas Luis Cañas) a confirmé qu’environ 75% de ses vignes situées dans les communes de Villabuena, Navaridas, Leza et Baños de Ebro avaient directement souffert du gel : Il pense ne pas pouvoir élaborer les cuvées haut de gamme dans ce millésime. Luis Valentìn de la Bodega Valenciso, témoigne : « C’est la pire gelée des 50 dernières années, je n’avais jamais rien vu de pareil, 15000 hectares ont été affectés en Rioja Alta sur les 27000 ha existants. La moitié de la superficie de la Rioja Alavesa; toutes les conditions étaient réunies pour une catastrophe parfaite : une gelée printanière très tardive, un vignoble anormalement en avance suite à la bonne température des semaines antérieures, des gelées qui ont duré. Et, ce qui a aggravé la situation, le soleil a succédé aux très basses températures, on a atteint les 18º, dans la matinée ce qui a fini de brûler les feuilles ». Beaucoup de vignerons estiment comme lui, qu’il s’agit de la gelée la plus destructrice des 50 dernières années. La Rioja Baja elle,  a été moins touchée.

Ce Gel a rappelé aux viticulteurs d’autres dates similaires comme celle de 1999. Une baisse de la production finale et aussi une augmentation du travail des vignerons sont attendus. Le gel aurait endommagé les vignes et, entre 80 et 90% de la production est impactée, il semblerait qu’il soit impossible de récupérer quoi que ce soit.

– Dans le Bierzo, selon les premières estimations, 80% du vignoble est affecté. Les gelées de la matinée du 28 avril, furent spécialement dévastatrices, étant donné l’avancement du cycle : entre 2 et 3 semaines, suite à un mois de mars anormalement tempéré. Dans certains cas, la récolte de l’an prochain sera perdue aussi, car il sera impossible de procéder à une taille. Les dernières gelées remontent ici à 1995-

HeladasBierzo.jpg

– En Galice, l’appellation la plus touchée a été Monterrei, José Luis Mateo de Quinta da Muradella, dit n’avoir jamais connu rien de pareil. Toutes les vignes ont été sinistrées. A Valdeorras, on estime que 70% des vignes ont été affectées. Les zones les plus touchées ont été, O Bolo, A Rúa, Villamartín de Valdeorras, Petín et Larouco, surtout celles plus proches du fleuve. Du point de vue de Rafael Palacios le principal problème a été la virulence et la persistance des basses températures atteignant -5 ° C . Palacios, qui a passé la nuit du mercredi 26 au jeudi 27 dans le vignoble, n’a pu que constater que les brûleurs au propane utilisés dans trois de ses vignobles les plus froids, et destinés à As Sortes, son grand vin, étaient insuffisants pour lutter contre le froid. La Ribeira Sacra a été plus épargnée, seule 20% de la surface du vignoble a été concernée. C’est le Val de la Quiroga qui a fait les frais du gel, les viticulteurs ont tout perdu.

thumb GALICIA

On s’attend donc à une forte baisse de la production dans toutes les zones affectées, c’est un grand contraste quand on pense à l’excès de rendement du millésime 2016 dans beaucoup de régions espagnoles.

Ce sera une année très hétérogène, il faut attendre pour voir quelles seront les capacités de réaction des plantes.

A FENAVIN, où j’étais la semaine dernière, beaucoup de vignerons faisaient grise mine, tous cherchent des solutions pour surmonter ce désastre.  Evidemment, la plupart ne sont pas assurés! Nous sommes impuissants devant ces phénomènes météréologiques, l’entre-aide entre vignerons existe, mais elle a ses limites.

Débouchons beaucoup de bouteilles pour les aider tant en France comme en Espagne à passer ce cap.

Hasta Pronto,

Marie-Louise Banyols

 

 

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s