Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

Chantecôtes, à Sainte-Cécile-Les-Vignes

10 Commentaires

A Sainte-Cécile-Les-Vignes (Vaucluse), la Cave Chantecôtes vinifie les raisins issus de quelque 850ha, centrés sur les communes de Sainte-Cécile et de Lagarde.

80 hectares sont déjà classés en Côtes-du-Rhône-Villages Sainte-Cécile (dont la moitié en bio).

Dans leur magnifique caveau de dégustation, au centre du village, les coopérateurs proposent un assortiment assez complet de Côtes-du-Rhône (simples ou villages, et même un Cairanne), que j’ai pu déguster en compagnie de la direction. Celle-ci n’avait pas hésité à proposer des 2016 tirés sur cuve, notamment des Sainte-Cécile (puisque la nouvelle mention naîtra avec ce millésime). Une certaine dose de témérité, alors que les vins n’étaient pas tout à fait prêts, mais surtout une belle preuve de confiance dans le nouveau «Villages».

Voici ma sélection.

Chantecôtes Côtes du Rhône Villages (futur Sainte Cécile) 2016

Le grenache, dominant dans l’assemblage est cependant quelque peu éclipsé au nez par le carignan et la syrah, qui donnent à cette cuvée toute jeune un petit côté sauvage ; on les retrouve en début de bouche, avec de la réglisse et du fumé ; puis, sa majesté le grenache reprend ses droits ; tout en puissance, il en impose ; une agréable sensation de gras, confortable (sans doute du glycérol).

Chantecôtes Cuvée C Cairanne 2014

2014 a été un millésime idéal pour la syrah et Chantecôtes en a tiré le meilleur parti ; sans être monstrueux, ce Cairanne a pas mal de structure ; j’aime ses notes de cuir et sa finale un peu rugueuse. Il n’a pas vu le bois. 7,9 euros.

Côtes du Rhône Cuvée Les Deux Chapelles 2012

Beaucoup de syrah dans cette cuvée qui nous offre de la prune, de la mûre, de la figue et de belles épices : le bois est bien intégré (Chantecôtes a préféré un élevage demi-muids), c’est complexe, complet. 13,60 euros.

Côtes du Rhône Saint-Vincent 2012

Joli nez de prune, de fraise et de cerise ; en bouche, le bois et ses épices prennent le relais ; les tannins sont très lisses ; belle matière. Issu de grenache, syrah, carignan et mourvèdre, ce vin a passé 12 mois en fûts de chêne (neufs et usagés). Ne changez pas la recette ! 8,55 euros.

 

En résumé: une bonne adresse pour qui cherche des Côtes-du-Rhône loyaux et marchands, aux prix tout à fait honnêtes. Et même, pour certains, une petite touche de folie qui témoigne d’une certaine recherche, et qui plaira à l’oenophile. La coopération dans ce qu’elle a de plus authentique et de plus sincère.

 

Hervé Lalau

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

10 réflexions sur “Chantecôtes, à Sainte-Cécile-Les-Vignes

  1. Manifestement, Hervé, à Sainte-Cécile, on connaît la musique!
    Pourquoi mets-tu la minuscule (correcte) à grenache, mais affubles-tu d’une majuscule (sans raison) les autres cépages?
    Enfin, la DDE désherbe beaucoup moins le bas-côté de la route que l’entre-rang !
    Qu’est-ce qu’il est con, le Léon!

    Aimé par 1 personne

  2. Mais non, pas con le Léon !! Je me suis fait piéger l’année dernière par cette histoire de majuscule donnée aux noms de cépages, ayant effectué des corrections relatives à un texte qui devait passer sur le site d’Inter-Rhône. J’avais viré toutes les majuscules…Eh bien, l’usage adopté par l’inter-profession , m’a-ton dit, veut que l’on mette une majuscule aux noms de cépages.
    En consultant divers sites, on constate une assez grande variété de position. Wikipedia met une minuscule, la revue du vin de France également, le guide des cépages du Figaro aussi ; en revanche, majuscule sur le site Œnologie.fr ; curiosité sur un site nommé vin de France et cépages : majuscule et description à ranger dans la boîte à stupidités « Le Grenache de France est le cépage rouge ou rosé ensoleillé et optimiste. Charnel et jovial, il séduit par son style amical, rond et épicé. Le Grenache est le cépage des bons vivants et qui partagent facilement leur bonne humeur. Il est le vin typique des repas de famille en vacances, mais aussi de tous les citadins gourmands ». Vin ou cépage ??
    La minuscule est de rigueur. On n’écrit pas : l’Homme nourrit le Lapin de Luzerne, n’est-ce pas ?

    J'aime

    • On me dit souvent que « l’orthographe est la science des imbéciles ». J’accepte ce compliment avec d’autant plus de bonne grâce (est-ce francais, ça?) qu’il provient généralement de personnes qui n’en détiennent aucune autre.
      Pour le lapin de luzerne, je reviens à l’attaque avec l’autre partie de ma réflexion, il ne se nourrira pas facilement de l’herbe qui pousse entre les galets roulés de la photo!
      PS: tout bien réfléchi, « avec d’autant meilleure grâce » ne sonne pas bien. C’est le « test d’Amélie Nothomb ». Cette romancière de talent avait répondu à un président de jury pour le prix de l’Académie Française (majuscules de convenance) qu’elle n’urilisait pas, ou rarement, le subjonctif p-q-p car celui-ci ne sonnait pas bien.

      J'aime

  3. Plutôt que de gloser sur la cuniculture ou le débat entre capitales et bas de casse, je me serais contenté de mettre « épices » au féminin, comme il se doit….
    Confraternellement

    J'aime

  4. Dis donc, Hervé, tu n’en a pas marre que tes prétendus copains se mêlent de ton orthographe? Et encore, le Léon, on a compris que c’était pure taquinerie. Pour le Bradfer – très conflictuel me semble-t-il, comme son patronyme l’indique – c’est plutôt une remontrance envers un potache. Voilà UN espèce de malotru (hahaha).

    J'aime

    • Quand c’est faux, c’est faux, et si ça peut permettre de ne plus faire de faute…
      Les blogs, finalement, ce n’est pas seulement donner de l’info; mais aussi en recevoir.

      J'aime

  5. Info pour info, Hervé: mon canal médullaire (niveau cervical) subit un voisinage en trop forte promiscuité avec les disques et quelques ostéophytes. Cela ne va pas m’aider à vendanger ! Le repos est la base du traitement. En outre, il vaut mieux lever le pied sur la bibine, qui possède quand même une action pro-inflammatoire! Ne pas boire et ne rien foutre: comment veux-tu que je suive les recommandations! Heureusement, avaler de la cortisone, ça je sais le faire. Je serai prêt pour le prochain Tour de France!

    J'aime

  6. Fais quand même attention.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s