Deux Fitou du Domaine de Rochelierre

Jean-Marie Fabre est le président des Vignerons Indépendants de l’Aude.

Mais surtout, c’est un vigneron de Fitou, qui a repris voici bientôt 20 ans l’exploitation familiale, le Domaine de la Rochelierre. 15 ha exploités sans pesticides depuis bientôt 40 ans.

Dans son caveau flambant neuf, aux abord du village de Fitou, il vinifie des Fitou qui, sans renier l’accent local (rocailleux, forcément!), portent sa marque: une puissance contenue, un certain raffinement, un travail soigné.

En voici deux exemples :

Rochelierre Fitou 2016

Carignan, grenache, syrah et mourvèdre sont mis à contribution pour offrir ce vin plein de sève. Le nez évoque la prune, les airelles, le laurier; la bouche prend des accents sauvages, mais surprend par sa fraîcheur, surtout pour un millésime aussi chaud. La finale est suave. Franchise et distinction.

 

Rochelierre Fitou Cuvée Noblesse du Temps 2014

Ni le temps, ni l’élevage n’ont rien enlevé à la fraîcheur du fruité noir de cette cuvée qui évoque aussi le Zan. En bouche, cependant, quelques belles notes de café torréfié signalent le bois, mais les tannins restent très juteux ; en finale, on revient sur la fraîcheur ; pas tant celle de l’acidité que celle de la menthe.

Au risque de contredire l’ami Georges (Brassens, pas Truc, pour cette fois!), « le temps peut faire à l’affaire »; et sa noblesse, c’est celle des tannins fondus, qui nous font oublier (sans regret!) l’impression d’austérité alcooleuse de certains Fitou d’antan, de ceux dont on retardait toujours l’ouverture en espérant qu’ils sont moins durs demain…

Hervé Lalau 

 

2 réflexions sur “Deux Fitou du Domaine de Rochelierre

  1. Hervé, je ne comprends pas la remarque, souvent entendue, qui s’étonne de la fraîcheur d’un vin rouge « surtout dans une année aussi chaude ». Normalement, les vins rouges font la FML. La « fraîcheur » dont tu parles est surtout affaire d’acidité, il faut appeler les choses par leur nom. A Fitou, comme dans le reste des Cortbières ou la Clape, et comme dans l’Agly, le vent conduit à une évaporation qui, encore favorisée par à la chaleur, va bien sûr concentrer tout ce qu’il y a dans le jus de raisin. On aura donc des moûts riches en acide tartrique et, une fois la malo faite, des acidités totales très correctes néanmoins et un pH suffisamment bas.

    J'aime

  2. Quand je repense à 2003, ou même à 2005 et 2009, j’ai rarement retrouvé l’acidité dont tu parles, au moins apparente. Je ne dis pas qu’elle n’était pas là, mais l’alcool la masquait le plus souvent. Ce n’était pas le cas dans ce Fitou.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.