Un mois sans alcool – et rebelote!

Même comédie que l’an dernier. Mêmes bons sentiments. Même fausse bonne idée.

Non, je ne participe pas – je réprouve!

Rien à rajouter à mon article de l’an dernier.

Pour ceux que ça intéresse; c’est ICI

Hervé Lalau

3 réflexions sur “Un mois sans alcool – et rebelote!

  1. georgestruc

    On remarquera que l’image de la personne choisie pour figurer sur l’annonce est celle d’une personne « âgée » ; quelle volonté se cache derrière ce choix ? L’instillation d’une peur panique chez les seniors ?

    J'aime

  2. quitouwines

    En accord avec votre point de vue. Posté sur mon profil FB il ya 2 jours:

    « Bon, apparemment, la pression devenant croissante sur ceux qui ne rejoignent pas la #Tournéeminérale, voici en rappel mon point de vue de l’an dernier, qui n’a pas bougé d’un verre.

    N’y voyez ni malice ni jugement de notre part vis-à-vis de ceux qui participent, pour de louables motifs sans doute, à la campagne « Tournée Minérale ».
    Nous, quand nous buvons de l’eau, au-delà des bienfaits pour notre santé, c’est avant tout quand nous avons soif. Elle fait partie de notre quotidien mais n’est pas la seule.

    Quand nous buvons du vin, c’est avant tout pour le plaisir. Un plaisir partagé, culturel, accompagné de rires, d’accolades, de trinquettes, de vœux, de rencontres et de découvertes avec les vignerons et cavistes que nous souhaitons soutenir et surtout, d’histoires à raconter et à partager autour du vin.

    Nous parlons donc d’un plaisir gourmand et hédoniste, dont la modération et l’absence d’addiction nous permettent la maîtrise. Certes, quand nous ne buvons pas de vin, ces plaisirs nous manquent et admettons-le, la vie nous semble moins aimable, même si le rire est toujours accessible. Vous ne verrez pas pour autant nos mains trembler et ne décèlerez aucune perle de sueur sur nos tempes. Nous n’avons nul besoin de nous arrêter un mois pour réaliser que le vin n’est pas indispensable à notre survie. Mais nous jouissons des plaisirs sensoriels qu’il nous procure. Et ne comptons certainement pas nous en priver.

    Bref, nous revendiquons haut et fort le statut de consommateurs raisonnables, estimons qu’il y a des moyens moins culpabilisants de soutenir la lutte contre le Cancer, envisageons sérieusement de ne pas nous laisser entraîner dans les excès récurrents des tendances hygiénistes radicales, par ailleurs fortement clivantes et enfin, marquons clairement notre soutien à l’ensemble de la filière vin, trop souvent stigmatisée et qui a déjà suffisamment souffert ces derniers temps des aléas climatiques et fiscaux pour ne citer qu’eux.

    Santé à tous, avec ou sans crachoir!

    Là-dessus, je vais retrouver quelques Graves blancs dont la dégustation toute proche me procure déjà un plaisir qu’aucune eau ne pourrait égaler. Et oui, je pourrais attendre demain pour m’atteler à la tâche mais bon… »

    J'aime

  3. Tiens, Eric Boschman aussi (morceau non choisi d’une interview dans la Libre Belgique):

    Un peu à la bourre « comme d’hab’ », Eric Boschman nous accueille dans son intérieur ucclois, plus chaleureux que bling-bling. Flacons et bouquins garnissent les pans de murs. Voilà qui résume bien l’univers du personnage, aussi spirituel que spiritueux.

    La Libre: Visiblement, vous ne participez pas à l’opération « Tournée minérale ».

    Eric Boschman: L’opération « Tournée minérale » est une connerie. Pour des raisons personnelles, je suis concerné par la lutte contre le cancer et je fais tout ce que je peux pour soutenir la cause. L’engagement moyen de chaque participant est de 7 jours. Sept jours sans boire, c’est déjà mieux que rien, ok. Mais pour quoi faire ? Recommencer à la fin du mois après avoir fait une énorme biture ? C’est cette hypocrisie qui me gave. Arrêtons de dire aux gens comment ils doivent se conduire en tout temps et en toutes circonstances. On fait semblant de nous prendre en charge pour mieux nous laisser tomber. Vivons comme nous l’entendons mais assumons les conséquences de nos actes.

    Et pour la bonne bouche:

    La Libre: Le vin vegan, c’est quoi ?

    Eric Boschman: C’est du marketing de la pire espèce.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.