De l’encre à boire… Judith Beck, Burgenland, Autriche

Mini semaine autrichienne sur notre blog… Et comme je n’ai pu assister à la présentation des vins à Paris, je me suis dit que je trouverais bien un bon autrichien à déguster à Millésime bio. J’avais souvenir d’un domaine sympa, celui de Judith Beck. Ne l’ayant jamais rencontrée, je me suis dit… voilà l’occasion.

Pas de chance, c’était son mec qui représentait ce petit domaine de 15 ha situé à Gols dans le Burgenland.

Mais à l’entendre, j’ai tout de suite compris que Judith se passionnait pour les rouges, l’une de ses cuvées s’appelle Beck Ink. Un vin sympathique…

 

Beck Ink cuvée 2016 Burgenland Judith Beck Austria

 D’un rouge violacé envoûtant, on y plonge les yeux avant d’y enfoncer le nez, là on le sent dangereux comme le céphalopode qui rode sur l’étiquette. Griotte, quelques épices, un zeste d’agrume, un accent floral, … c’est fichu, on ne résiste plus. La bouche se précipite. Croquant, frais, délicatement acidulé, ce Zweigelt majoritaire nous fait en une gorgée succomber. Les tanins, certes présents, n’offrent aucune retenue à l’épanchement de cette encre fruitée subtilement relevée de girofle et de quinquina. Le flux suave coule avec constance et offre un plaisir régulier qui ne disparaît qu’à vin avalé. Zut ! Y en a plus !

Vinification : au 80% de Zweigelt s’ajoutent 20 % de St. Laurent. Les vignes poussent dans des parcelles situées autour des villages de Gols et de Pamhagen aux extrémités nord et sud du Neusiedler See. La fermentation se fait spontanément en cuves inox, l’élevage en barriques usagées durant 9 mois.

Buvons-le avec

Friand et fruité, il peut se boire comme ça, à l’apéro ou tout simplement quand l’envie s’en pressent. Ou encore avec quelques grillades ou un carpaccio de bœuf. Les terrines d’été qui offrent autant de légumes que de viande. Pour faire raccord, le wiener schnitzel s’en trouve ravi.

 

Le domaine

                                          Les vignobles autour du Neusieldler See

Familial, il se vouait jadis pour l’essentiel aux blancs de Wagram. Puis, il s’est étendu en 2005 au proche Burgenland, histoire de se passionner pour les rouges issus des cépages traditionnels de l’appellation : Zweigelt, Blaufränkisch et St. Laurent. Sous l’influence de Judith, arrivée en 2000*, le vignoble a opté en 2007 pour la conduite en biodynamie. Un pari pas toujours évident pour cet endroit très chaud. Une chaleur générée par le lac Neusiedl peu profond (1,5m) mais dont l’immensité sert de miroir réfléchissant. La cave est située à Gols, au nord-est du lac (voir carte ci-dessus), au lieu-dit « In den Reben » (dans la vigne, tout un programme).

*Ses études de viticulture terminées au Collège de Klosterneuburg près de Vienne, Judith est partie loin de l’Autriche, histoire de compléter sa formation viti-vinicole. Du coup, elle s’est retrouvée au Château Cos d’Estournel à Saint Estèphe, chez Braida dans le Piémont et au domaine Errazuriz au Chili.

Retour à Millésime Bio

 

Pour vous parler brièvement de quelques autres rouges que j’ai particulièrement appréciés. Comme tout d’abord ce Zweigelt 2016 d’entrée de gamme qui offre avec générosité son fruit, il nous donne l’impression de croquer dans la chair charnue des griottes et d’en sucer le noyau par après. Il passe 8 mois en barriques.

Puis il y a le Blaufränkisch 2016 qui développe un fruité savoureux dont le jus épicé des fraise et framboise macule la soie veloutée des tanins. Un bouton de violette lui apporte de l’élégance. Il passe 10 mois en barriques.

D’habitude ou bien souvent, les Saint-Laurent sont extraits et bien boisés, Judith préfère l’expression du fruit et certes du sol pour nous présenter le Saint-Laurent 2016 des plus élégants. Qui ressemble un peu à son Pinot Noir 2016, certes plus aérien et encore plus raffiné avec son soupçon de cannelle qui souligne la cerise noire. Deux vins qui font tourner les regards vers l’Autriche dès la première gorgée. Élevage de 12 mois en barriques.

Mais la recherche de l’extase ne s’arrête pas là. La gamme comprend les Bambule, terme qui s’il veut dire plumet en allemand d’Allemagne prend la signification de rebelle en Autriche. Ici, la rebelle prend le parti d’allonger les macérations, d’en faire plus tout en gardant de la finesse, un fruité pur, une longueur intense, … du grand art.

 

Zweigelt Bambule 2015 macère en barriques ouvertes durant 2 semaines, ce qui en renforce la couleur et semble concentrer tous les arômes qui se montrent peu loquaces à la première gorgée. Mais, dans l’instant suivant, ils explosent ‘avec modération’ pour envahir avec grâce notre palais subjugué. Élevage de 8 mois en barriques, non filtré et sans soufre ajouté.

Blaufränkisch Bambule 2016 suit le même procédé mais s’offre tout de go et certes avec plus d’entrain que le Zweigelt. Il est tout en suavité, en croquant de fruit, poudré de cannelle et de cumin, souligné d’un grain de sel, épicé d’un soupçon de poivre. En fait, il débute à l’inverse du précédent, s’ouvrant sans retenue, pour après retrouver son quant-à-soi. Élevage de 8 mois en barriques, non filtré et sans soufre ajouté.

Finissons par un blanc d’un style de vin qu’affectionne Hervé, un Gemischter Satz issu d’une parcelle complantée de Sämling 88, Grüner Veltliner, Weissburgunder, Welschriesling, Zweigelt et encore quelques autres. Il s’appelle Koreaa 2016 (parce que la parcelle a toujours été appelée comme ça, ressemblance avec un coin de la Corée, no lo sé) et malgré sa transparence offre presque autant de fruits rouges que blancs, y ajoute quelques agrumes et fruits exotiques, l’ensemble baigné de fraîcheur et d’épices. C’est frais, c’est sympa et m’apparaît comme le pendant blanc du Beck Ink.

www.weingut-beck.at

Voilà pour quelques vins de Judith Beck, elle en élabore d’autres, des blancs dont je n’ai pas parlé. Et deux Pet’Nat’ écrit en français sur la bouteille, dont un de Muscat en version non sucrée des plus sympas.

 

Gruss Gott

 

Marco

4 réflexions sur “De l’encre à boire… Judith Beck, Burgenland, Autriche

  1. Gerard DEVOS

    Content de voir que c’est une des vigneronnes sur qui j’avais écrit lors de Vievinum et du groupe des femmes vigneronnes d’Autriche.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.