Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

Ode aux vins grecs

5 Commentaires

Notre invité de ce samedi est Sébastien Durand-Viel (Connaître & Apprécier). Historien de formation, il remonte pour nous à une des grandes sources de la culture viticole européenne, la Grèce, sur la base d’une dégustation qui ne remonte pas aux calendes, mais au 14 mai dernier…

Deux dégustations avaient lieu le même jour à Paris : l’après-midi, celle des Barolos. Trop jeunes, trop chauds (des vins servis parfois à 25°…), trop tanniques, trop chers, trop tout pour un dégustateur essoufflé après un premier marathon matinal.

Notes laconiques et désinvoltes trahissant la grande fatigue du dégustateur. 14/05, 17h30

 

Parce que, à la décharge des Barolos (qui s’en remettront, je pense), mon quota d’enthousiasme et d’endurance du jour avait été absorbé par la formidable dégustation du matin. Celle-là avait lieu chez Mavromatis* dont le seul nom fait saliver l’amateur parisien de cuisine grecque. Imaginaire, caractère, sensation, émotion, voilà tous les voyages auxquels la poignée de vignerons grecs rassemblés pour l’occasion m’a convié. Et c’était formidable.

Notes frénétiques et illisibles témoignant de l’enthousiasme débridé du même dégustateur. 14/05, 10h.

Rouges vivants, blancs vibrants

Les vénérables Anciens ne nous ont pas légué qu’Homère, Hérodote ou Hésiode, ils nous ont aussi transmis l’amour du vin à une époque où nous autre celtes barbotions allègrement dans la cervoise. Les crus de Pramnios ou d’Ismaros qui égayent le périple d’Ulysse sont parmi les plus vieux crus répertoriés du monde. C’était il y quelques 2800 ans… Certes de l’eau a coulé sur les ponts et les Grecs se sont longtemps noyés, comme d‘autres, dans des flots de vins sans grâce mais dans ce pays que la crise rend encore plus attachant les grands vins de l’Antiquité sont de retour. Mavromaphné, Xynomavro, Assyrtico, Nemea, Céphalonia, Attica…rien que les consonances des cépages et des appellations nous ramènent vers un imaginaire chargé de récits, de mythes, d’histoires édifiantes. Mais si émotion il y a, c’est parce que les meilleurs vins grecs stimulent autant les papilles que l’esprit. Il y a quelque chose de vivant dans l’équilibre des meilleurs vins rouges grecs et de vibrant dans celui des blancs qui (avec un peu d’imagination) font parler, outre les temps homériques, la lumière, la pierre, la mer, le sel. La Grèce c’est un vignoble de 107 000 ha (OIV 2017) situé à des latitudes bien sudistes mais les vins locaux n’ont rien de solaire, de mou, de cuit, bien au contraire. Les blancs sont étonnants de vitalité et de fraîcheur aromatiques, les rouges sont souvent stimulants, bien structurés, entre tanins et acidité. La « faute » à la physiologie des cépages locaux (75% du vignoble), à l’omniprésence de la mer, des vents, de la montagne, de l’altitude qui modèrent les morsures du soleil, et au talent de ses meilleurs producteurs dont voici un aperçu. Tous les vins sont importés par Mavromatis, les tarifs sont ceux indiqués par l’importateur. Sauf exception, les prix sont décents au regard du plaisir qu’ils procurent, ou qu’ils m’ont procuré. Tout étant relatif.

Retsina

Si vous êtes fâché avec la Retsina, et il peut y avoir de bonnes raisons, faites un détour par le domaine Kechris (Macédoine) qui en a fait sa spécialité. Pour produire un vin « résiné », on laisse macérer dans le moût en fermentation des morceaux de résine de pin d’Alep qui apporte ses arômes très typés. C’est l’avatar moderne d’une technique antique consistant à étanchéifier les contenants (outres, amphores) avec de la résine qui donnait au passage aux vins un goût «poissé». Aujourd’hui on peut s’en servir pour masquer la médiocrité des vins de base, ou donner, comme ici, un supplément d’âme à des vins excellents. La Kechribari (10 e), issue du cépage roditis, est splendide à ce prix : à la fois tendre et frais, soyeux de texture, aux notes délicates de résine, d’estragon et de végétal frais. Les Larmes du Pin (22 e), issue de l’assyrtico, y ajoute une vinification en barrique, et c’est magnifique. En version rouge élevée en fût (Roza, xinomavro, 19 e), on frise l’extase : la résine vient juste en écho aux notes de fruit rouge, de cuir, de chêne, la bouche est délicatement charnue, finement tannique, fraîche, longue. Moment de grâce. Et s’il fallait se réconcilier avec les retsina de l’Attique, le bastion de la production, et son cépage vedette, le savatiano, on goutera à celle de Papagiannakos (10 e).

Santorin

La plus belle île des Cyclades dit-on, en tous cas la plus connue de l’œnophile. Anonyme il y a 20 ans, le vignoble de Santorin est devenu un standard grec, grâce à son cépage vedette, l’assyrtico, capable de donner une large palette de vins qui ont comme fondamentaux une forte acidité et des saveurs franchement minérales, salines, bref complexes (mot-clé en dégustation qui masque l’imprécision ou le manque d’imagination de l’auteur). Le domaine Argyros en livre toute les nuances : l’assytico 2016 (23 e) est une expression directe du cépage : intense, vif, avec un corps qui distille (tournure imagée, faiblement chargée de sens mais qui fait son effet) un fruit subtil, salin, précis. Ktima 2016 (27 e) est plus enveloppé, charnu et moderne. En version vinsanto (vin doux issu de raisins passerillés) il faut gouter le 12 ans (68 e hélas), oxydatif et langoureux. Haridimos Hatzidakis, disparu en 2017, était le vigneron vedette de l’île. 2016 aura été son dernier millésime vinifié. La cuvée Skitali possède beaucoup de tout : d’acidité, de gras, d’alcool, un fond légèrement tannique et des arômes réducteurs, lumineux, salés. Impressionnant mais trop cher (46 e).

Céphalonie

C’est la plus grande des îles ioniennes et le fief du domaine Gentilini. L’île est volcanique, les sols rocailleux et le vignoble s’étage sur des coteaux qui tutoient les 800 m d’altitude. Le robola est une spécialité locale, déclinée en deux cuvées très réussies : Le Robola 2017 (17 e) est un blanc parfaitement rafraîchissant, vivace, parfumé (fruit vert, pomme verte), salin et vivifiant. Le Wild Paths 2016 (20 e) provient de vieilles vignes avec un élevage partiel en barriques : citron vert, tilleul, notes vanillées, de la rondeur et une finale cristalline et iodée.

Macédoine

Naoussa est une des appellations vedette du pays. Située dans la Macédoine Centrale, elle met à l’honneur, entre plaine et coteaux, le xinomavro (« acide et noir ») un cépage qui, planté en altitude, donne des rouges pas si noirs que ça mais tanniques, acides, de garde, parfois rustiques. Il faut savoir le dompter, ce que fait très bien le domaine Diamantakos : une robe pâle, un nez complexe (floral, cuir, épice, boisé), une bouche solide, fraîche, ferme, vibrante pour le Naoussa 2015 (23 e) qui vieillira bien (magnifique 2012).

Goumenissa est situé au nord-ouest de Naoussa. Au domaine Aidarinis, le xinomavro est épaulé par un cépage local, le negoska. Cela donne la cuvée Single Vineyard « Î » 2013 : profond, aromatique (cuir, laurier), tannique, au gout de rafle et à la finale mentholée (20 e).
Amyndeon, à deux pas de la frontière albanaise, a comme figure de proue le domaine Kir Yianni : le Kali Roza 2016 (17 e) est un xinomavro carré et fringuant. Le caractère du cépage ne se dilue par dans son rosé : l’Akakies 2017 (13 e) est un vrai rosé, coloré (48 h de macération), vineux, savoureux et suffisamment frais. On ne quitte pas Kir Yianni sans s’essayer à son blanc Paranga 2017 (12 e) : une base de roditis et 20% de malagousia, qui l’emporte en bouche avec ses arômes exubérants. Le cépage est une des nouvelles coqueluches grecques, bien au goût du jour : entre le muscat et le viognier par ses arômes, mais sans le gras et avec la fraîcheur en plus. A l’origine de son renouveau, il y a le domaine Gerovassiliou, dont le vignoble jouxte l’Egée au sud de Thessalonique. Son Malagousia (16 ou 17 ?) est parfait sauf le prix (20 e) : vif, croquant, parfumé, net, désaltérant. Son rouge Avaton (32 e), issu de cépages locaux, est une formidable illustration du tempérament grec : charnu, voluptueux et tannique à souhait.

Péloponnèse

Domaine Parparoussis : vénérable producteur dont la taille (en cm, pas en ha) est inversement proportionnel à sa réputation. J’avais gardé en mémoire son muscat de rio patras gouté il y a 16 ans et qui m’est revenu en pleine forme dans le millésime 2013 (25.50 e) : passerillé, naturellement doux, donc non muté, le nez embaume la marmelade d’orange et l’abricot sec. Les 120 gr de sucre sont digérés par ce qu’il faut d’acidité volatile. Onctueux, suave, long, parfumé, à laper à petites gorgées, tout seul, si possible face à l‘Egée au soleil couchant… Les rouges du Péloponnèse m’ont moins emballé, mais ça m’arrange, il faut bien finir le papier.

Sébastien Durand Viel 

Mavromatis : http://www.mavrommatis.com. Restaurants (Mavromatis et Délices d’Aphrodite) et caviste (49, rue Censier 75005 Paris)

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

5 réflexions sur “Ode aux vins grecs

  1. Excellent papier Seb. Tu nous fais vivre ces vins avec une touche juste de distance et de perspective aussi. Je n’ai pas pu aller à cette dégustation cette année, mais la version 2017 m’avait tellement emballé que j’ai placé une commande perso pour quelques vins.

    J'aime

  2. Mais heureusement que tu arrives à lire tes notes de dégustation, car hormis les étoiles, coeurs et points d’exclamations, le meilleur décodeur du pays aurait du mal !

    J'aime

  3. La fatigue intellectuelle du dégustateur est due à l’addition de savon d’Alep au retsina. Le tube digestif – notre plus grand médiateur d’immunité et absorbeur d’allergènes – est sans doute soumis a rude épreuve par ce détergent.

    J'aime

  4. Comment c’était, déjà, ce film, avec Anthony Quinn? Séba Le Grec?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.