La Belle Alliance du Minervois (La Livinière)

Pour les historiens, La Belle Alliance est une ferme qui a donné son nom à un des épisodes les plus marquants de la Bataille de Waterloo. Mais foin de batailles, pour l’oenophile, Alliance est d’abord le prénom d’une cuvée de Minervois La Livinière primée par le jury des journalistes du Livinage 2018, pour son millésime 2012.

J’y vois au moins deux enseignements: d’une part, la confirmation que les vins de La Livinière vieillissent bien (j’avais pu déjà le constater lors de l’édition 2017 de la compétition); de l’autre, les coopératives figurent de plus en plus souvent au palmarès des concours de la région, ce qui n’est sans doute pas un hasard.

Parlons un peu de celle qui produit cette cuvée, Alliance Minervois, la bien nommée, puisqu’elle est issue de la fusion de 5 coopératives… du Minervois (Homps, La Livinière, Rieux Minervois, Villalier et Azillanet). Elle réunit aujourd’hui quelque 600 viticulteurs, qui exploitent 3.000 hectares de vignes sur 49 communes entre Narbonne et Carcassonne.

IMG_3305

Si l’Alliance Minervois assemble des caves, la cuvée Alliance 2012 elle, assemble des cépages. Deux, en l’occurrence: la Syrah (à 80%), et le Grenache (calculez vous-même).

La première est vinifiée avec macération carbonique, le second selon la vinification traditionnelle.

60% de l’assemblage environ passe 18 mois en fût neuf.

Ce luxe de soins, pour une production est de l’ordre de 3000 bouteilles (c’est une Grande Réserve), a porté ses fruits.

Fruits noirs (cassis, surtout, au nez), et rouges (groseille bien mûre). Il est intéressant de noter que le bois est très bien intégré, qu’il agit ici plus comme une épice (il y en a, d’ailleurs, des épices, du poivre à la sarriette en passant par le romarin) que comme un élément constitutif du vin; le fruité est toujours bien là, ce vin ne fait pas son âge.

En bouche, la puissance du vin est impressionnante, son velouté aussi. J’aime aussi la pointe de violette et de pivoine en finale.

Je vous conseille de le déguster légèrement rafraîchi, car c’est un « beau bébé » de 14° (officiels).

Vraiment, un beau vainqueur, surtout quand on sait que les deux autres vins sélectionnés par le jury de journalistes, cette année, sont le Domaine Borie de Maurel (Cuvée Maxime 2015) et l’incontournable Clos Centeilles (dans son millésime 2013).

Alors, bravo aux quatre jurés – cette année, il y avait mes confrères et néanmoins amis Marc-André Gagnon, Per Karlsson, Vladimir Kauffmann et Fabien Lainé.

Et pour être complets, voici les 6 autres vins sélectionnés par les deux autres jurys (vignerons et sommeliers): Château Pepusque Les Cailloux Blancs 2016, Château de Gourgazaud Réserve 2016 et Château La Rouviole 2015 (pour les vignerons), Domaine Rouanet-Montcélèbre Boréalis 2016, Château de Cesseras 2014 et Château Maris 2015 (pour les sommeliers).

Une dernière petite remarque avant de me replonger dans la coupe de l’Alliance (nouvelle et éternelle?): sommeliers et producteurs ont choisi des vins plus jeunes que les journalistes.

Sommes-nous plus vieux d’esprit?

Hervé Lalau

2 réflexions sur “La Belle Alliance du Minervois (La Livinière)

  1. Que de chiffres, Hervé. je m’en vais raccorder un lave-vaisselle et un lave-linge, pour nos premiers arrivants à la bergerie. Avant cela, je te confirme que c’est bien 27,5 % de grenache, car les alliances dépassent toujours les attentes.
    Ensuite, pour d’autres historiens, c’est surtout la Auld Alliance dont on se souvient.
    Puis, on dit UNE épice (si si).
    Quant au Minervois, qui se limitait à Gourgazaud et à Piccinini quand je commençais à m’intéresser aux vins du piémont du Massif Central (dont les Cévennes et la Montagne Noire constituent la partie méridionale), il faut être anosmique pour ne pas constater à quel point il y a de bons vins à présent. Attention toutefois à ne pas trop « unifier » ce territoire, qui s’étend de la plaine autour du canal du Midi, jusqu’à de la semi-montagne, et couvre des types de sol très variés. Idem pour le climat. Rien à voir entre les sols blanchâtres (presque andaloux) où Barroubio fait pousser ses muscats et les glaises profondes et inondables des berges de l’ouvrage de Riquet. Le cagnard d’un côté, les bruines de l’autre.
    A propos, Homps est une importante base de départ pour les croisières sur le canal (en location). mais on va me dire que les journalistes n’ont pas de quoi louer une barge (oh le salaud!). C’est vrai, mais ils peuvent se faire inviter …..

    J'aime

  2. Ping : Revue de presse 2017 et 2018 sur La Livinière

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.