Dans la famille des Pouilly, Pouilly-sur-Loire

Cette appellation qui partage ses terres avec le bien plus célèbre Pouilly-fumé n’a rien à envier aux Chasselas fait ailleurs. Parce que oui ! Pour qui ne le sait pas, le raisin exclusif de Pouilly-sur-Loire, c’est le Chasselas. L’un des derniers coins de France qui en fait du vin avec la Haute-Savoie et l’Alsace.

Pouilly-sur-Loire

Quoique sur les rives de la Loire, nous voilà en Bourgogne – où plutôt dans le Nivernais. Le Chasselas y pousse comme le Sauvignon dans des sols souvent calcaires ou marneux ou encore sablo-argileux, ce qui nuance fort… subtilement les développements aromatiques et tactiles des vins. L’appellation s’étend sur quarantaine d’hectares et est AOC depuis 1937. Sachons toutefois que l’implantation du vignoble remonte à l’époque gallo-romaine (qui l’eut cru), vers le 5ème siècle après JC. Que les moines Bénédictins l’ont développé depuis le moyen-âge. Et qu’il faillit disparaître aux alentours de 1890 à cause du phylloxera. Et enfin, que ce vin de Chasselas était fort réputé pour sa fraîcheur et son caractère amène. Mais voilà, il n’y en a presque plus.

Le Chasselas

 Chasselas de 110 ans du Domaine Roger Pabiot

Le pauvre ! Jusqu’au ravage du puceron américain, le cépage était majoritairement planté dans la région, bien plus que le Sauvignon qui, comme le Merlot ailleurs, n’est apparu que tardivement. Du Chasselas à Pouilly et ailleurs on en buvait bien plus de décis qu’en Vaud ou en Valais. Mais, les goûts changent et l’engouement pour le Chasselas ne se fait plus guère ressentir qu’à Moissac. Quoique… il semblerait que quelques vignerons et vigneronnes aient très envie d’en replanter.

Des Chasselas, on en a dégusté 5, ce n’est pas beaucoup, mais 4 sur 5 nous ont plu. Vous l’aurez deviné, quand je dit ‘on’, c’était avec Hervé qui nous a régalé de Coteaux du Giennois ce mercredi. Le Chasselas, on aime ça. Et pour moi déguster du vin de Chasselas, c’est faire l’apprentissage de la subtilité.

Les quatre

Une première petite série dégustée à l’aveugle pour retenir

Pouilly-sur-Loire 2017 Domaine Roger Pabiot

Robe blanc vert, le respire un subtil parfum de verveine et de vétiver qui embaume pommes et poires de délicates fragrances. La bouche qu’on attend florale et fruitée s’avère minérale et saline. Du moins durant les deux premières gorgées. Un tout petit rien de carbonique renforce l’impression tannique qui appose son relief sur la langue. Enfin, jaillissent les fruits, pomme golden dont la douceur contraste avec le grain de sel, puis angélique confite et un rien de guimauve, histoire d’équilibrer les débuts quelque peu austères.

Pauline Pabiot au sein de ses Chasselas

http://www.domaine-roger-pabiot.com

Pouilly-sur-Loire 2017 Domaine Tinel-Blondelet

 

Robe vert blanc, le nez confit qui nous rappelle la pomme d’amour et la poire tatin déclinées en notes raffinées, s’y ajoute le bigarreau et un ananas qu’on n’attendait pas. La bouche ample offre une belle fraîcheur qui met en exergue les arômes fruités, légèrement boostés par un rien de carbonique, un soutient minéral et une fine ligne amère au goût de gentiane. Longueur poivrée. http://www.tinel-blondelet.com

La Centenaire 2017 Pouilly-sur-Loire Domaine Serge Dagueneau & Filles

La robe jaune clair aux reflets verts, un nez amusant de banane verte et d’ananas pour un début exotique, suivi des plus courants pomme acidulée et poire croquante teintées de poivre blanc. La bouche offre une agréable texture veloutée ponctuée de quelques grains de sel. La sensation de fraîcheur se conjugue à l’expression juteuse, ce qui donne l’impression d’avoir en bouche un vin à la fois gourmand et élégant.

http://www.s-dagueneau-filles.fr

De chez Kerbiquet 2015 Pouilly-sur-Loire Domaine du Bouchot

Robe blanc jaune, un nez peu intense certes, mais qui distille des notes graciles de pêche blanche et de poire fondante couplées à des fragrances de foin au regain et de tisane de tilleul et de camomille. La bouche mélange fraîcheur, gras et minéral, un trio qui d’emblée séduit les papilles par cette rondeur pointue colorée de groseille blanche et de marmelade de rhubarbe, de poivre et de pomme acidulé soulignée d’un rien de cannelle. http://www.domaine-du-bouchot.com

                     Pascal Kerbiquet dans ses vignes

Aucun des quatre vins ne fait la fermentation malolactique, ce qui perturbe toujours les palais suisses plus accoutumés aux Chasselas malo faite. Les deux styles ont leur place. Le plus amusant, c’est qu’autour du Léman, le Vaud fait la malo et en face, le Chablais français ne la fait pas.

Voilà pour toute notre grande expérience au fin fond du Centre Loire, expérience des plus agréables, tant en dégustations qu’en rencontres.

Ciao

 

Marco

2 réflexions sur “Dans la famille des Pouilly, Pouilly-sur-Loire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.