Quelques cuvées de jeunes vignerons « de l’autre Rioja » (volet 2)

Oui, il se passe des choses en Rioja et ce, dans chaque zone, comme nous allons le voir aujourd’hui… Et, si le mouvement semble lent, il est imparable, c’est agaçant, dérangeant pour certains, excitant pour d’autres dont je fais partie.

Voici trois autres cuvées qui sont la démonstration de ce changement et qui révèlent que la Rioja, ça n’est pas que du Tempranillo !

Rioja « En Voz Baja » Costumbres Tinto 2016

En Voz Baja est un petit projet viticole visant à produire des vins de qualité, et ce, dans La Rioja Baja.  La Rioja Baja est la zone la plus inconnue du grand public, nous sommes dans une zone dure, dans les terres chaudes et plates et au sol alluvial de la rive de l’Èbre, une zone presque méprisée ou, du moins, peu appréciée même si Alvaro et Rafael Palacios avaient réussi à faire reconnaitre leurs vins d’Alfaro et à très bien les vendre ; on pouvait parler d’exception. Aujourd’hui des domaines nouveaux demandent à exister et tentent de construire l’identité de la Rioja Baja :

Qui sont Carlos Mazo et Isabel Ruiz ?

En Voz Baja(A Voix Basse), c’est dans cette petite zone silencieuse qu’est la Rioja Baja que  Carlos Mazo (biologiste et viticulteur) et sa partenaire Isabel Ruiz (graphiste et photographe) ont lancé ce petit projet. Sans faire de bruit, mais avec enthousiasme, ils se sont installés à Aldeanueva del Ebro, une ville proche d’Alfaro, le climat y est méditerranéen, chaud et sec. Ce climat a conduit depuis des années à la production de vins souvent rustiques, un style que  Carlos et Isabel sont parvenus à changer en élaborant des vins frais et profonds grâce à une viticulture exigeante.  Leur objectif a été de récupérer de vieux vignobles plantés par leurs grands-parents dans la Rioja Baja et montrer l’identité de cette sous-zone .C’est à leurs tous débuts que je les ai connus, en 2012/13 quand ils ont commencé à commercialiser leurs vins, je me rappelle de nos conversations téléphoniques avec Carlos, de son enthousiasme, de ses doutes et de ses craintes. Ils sont jeunes dans le monde du vin, très humbles mais passionnés, ils veulent retrouver la fierté de leurs ancêtres, aussi, ils écoutent beaucoup, regardent et, en plus de regarder, apprennent et progressent petit à petit. Ils cultivent de manière écologique 8 petites parcelles plantées avec les cépages locaux Garnacha, Viura et Pasera. Dans leur petite cave située dans le garage de leur maison, ils élaborent deux vins, un blanc de Viura et un peu de Pasera, et un rouge issu de vieilles vignes de grenache de leurs différentes petites parcelles de 40 à 110 ans situées à Aldeanueva, Calahorra, Alfaro et Rincón de Soto. Ils parlent de la Rioja d’une autre manière, à voix basse.

riojabaja5-1024x682
Vignobles à Alfaro

Le vin…

100% Garnacha provenant de vignobles d’Aldeanueva de Ebro, Alfaro, Calahorra et Autol. Il a été élaboré de manière simple de bout en bout : égrappage partiel, fermentation avec des levures indigènes, dans de vieux fûts ouverts, avec plusieurs pigeages par jour pendant deux semaines ; il a ensuite été élevé pendant 10 mois dans des fûts de chêne de plusieurs vins d’une capacité de 225 et 400 litres.

Au premier nez, on pense se trouver face à un vin austère, un peu fermé, de toute évidence ça n’est pas une explosion de fruits…mais peu à peu, on en perçoit la richesse et la profondeur. Cette sensation de fruits rouges murs, ces arômes de cerise fraiche, mais aussi de champignons, de fleurs séchées et d’épices me rappellent les vieux grenaches du Roussillon, la bouche est très expressive, le corps plein et charnu mais fluide, les fruits rouges se mêlent aux notes de sous-bois et à d’autres légèrement fumées. Une acidité vibrante lui apporte une jolie fraicheur accompagnée d’une légère astringence que certains pourraient qualifier de rusticité, sans doute due à la rafle. Les tanins sont pourtant souples, et, un léger boisé est présent mais, ne gâche pas le fruit. Plutôt que rustique, je qualifierai ce vin de sauvage, vrai, savoureux ; il revendique l’identité du grenache en Rioja Baja, et apporte un plaisir immédiat. Costumbres, le vin d’une Rioja Baja qui excite et qui émeut.

 

Prix: 14,90 €, excellent rapport qualité/prix

Rioja Artuke Tinto 2017

Qui sont Arturo et Kike de Miguel ?

C’est en 1991 que Miguel Blanco décide de quitter la coopérative pour élaborer ses vins à Baños de Ebro. Ses deux fils l’ont rejoint et c’est la contraction de leurs prénoms, Arturo et Kike qui a été choisie pour baptiser la nouvelle bodega. Le vignoble est composé de 22 hectares cultivés en biodynamie et répartis entre Baños de Ebro, Ábalos et San Vicente. Arturo et Kike sont convaincus que l’avenir est de revenir aux origines, ils croient au terroir, ils connaissent parfaitement leurs parcelles, leur modèle est clair, c’est la Bourgogne, ils appliquent à leur gamme, cette hiérarchie bourguignonne avec des vins de village et de parcelles! Des récupérations de vignobles en voie de disparition, des vinifications traditionnelles (macérations en grappes entières, pigeages au pied…) donnent des vins de terroir qui se distinguent beaucoup des classiques de la Rioja par leur fruit, leur personnalité marquée et leur originalité.

12

Le vin

Une majorité de Tempranillo compose ce vin, auquel on a rajouté un faible pourcentage de Viura, issus de parcelles argilo-calcaires situées dans un même village, plantées entre 1902 et 2005, à 450/480m d’altitude : Baños de Ebro qui connait un climat au caractère continental.  La Viura est là pour renforcer la légèreté du vin et sa fraicheur, alors que les fruits et le corps proviennent du Tempranillo. Fidèle à leur philosophie d’élaborer des vins suivant les coutumes de la zone, les deux frères ont  conçu Artuke en respectant la méthode de vinification traditionnelle de la Rioja Alavesa : « la macération carbonique ». La fermentation a lieu à une température contrôlée et au bout de 6 jours on l’arrête pour procéder au pressurage. L’un des secrets consiste en l’utilisation de grappes de forme, de taille et de couleur parfaites afin d’obtenir plus d’arômes typiques de fruits frais en réduisant du même coup les tanins. En règle générale, la macération carbonique m’ennuie, mais avec ce vin, le résultat est surprenant : sans artifices, seul le raisin s’exprime purement et simplement, et, en plus d’être gourmand, il est très frais et particulièrement fruité.   C’est juteux, digeste, ça glisse, d’accord, c’est un vin de soif, mais pas que, plein de fruits rouges, avec des tannins ronds croquants et épicés, une matière savoureuse et pleine de fraicheur, on ne s’en lasse pas. C’est à mon sens parmi les meilleurs de la rioja dans ce style, il est d’ailleurs plébiscité par toute la presse et en tête des meilleures ventes des vins.

ARTUKE 2013 2

CHEZ https://www.lacavedescontrebandiers.fr/fr/, 9,90€excellent rapport qualité/prix

Alors évidemment ça n’est pas le vin  qui exprimera le mieux son terroir ni son millésime, pour ça, il faut aller chercher les autres vins de leur gamme, comme Pies Negros 2016, un vin qui se veut l’expression d’un village, celui d’Ábalos, aux pieds  de la Sierra Cantabria (14,90€), ou encore leurs vins de parcelles comme le K4 (52€), ou Finca de los Locos(19,85€), en hommage à leur grand-père  qu’on traita de fou lorsqu’il acheta  un terrain non planté en 1950. Aujourd’hui, cette parcelle produit un vin incroyable. Et enfin, Finca la Condenada,  un vin d’une extraordinaire élégance et avec beaucoup de caractère, issu d’un Vignoble abandonné et condamné à disparaître (d’où son nom, La Condenada), que le domaine a acheté en 2012 et a commencé à récupérer 0,8 hectares plantés essentiellement de tempranillo, et dans une moindre mesure de Graciano, Garnacha, Palomino fino sur un sous-sol de grès rocheux où les racines rivalisent pour la survie.  Plus qu’un rafraîchissement agréable…  Se sont des rouges d’une dimension autrement plus intéressante, d’une certaine grandeur,  qui racontent leur histoire, qui étonnent et transportent. Ce domaine est devenu incontournable.

 

Rioja Horizonte de Exopto Blanco 2016

On a vu dans certains cas, un travail spécifique avec certaines variétés, une hiérarchie bourguignonne, des coupages inhabituels, une plus grande présence d’autres matériaux devant la barrique traditionnelle (ciment, foudres, etc.), et enfin, un regain d’intérêt pour les Blancs. Oui, la Rioja se mobilise pour produire des blancs, c’est pour ça que j’ai choisi chez Tom Puyaubert un de ses blancs. Exopto vient du mot latin « exopto » qui signifie, attendre avec beaucoup d’espoir, désirer vivement, sans doute Tom a-t-il voulu mettre en avant tout l’espoir qu’il mettait dans ce projet.

Qui est Tom Puyaubert?

Tom est arrivé parmi les premiers de cette nouvelle génération de vignerons. C’est au début des années 2000 qu’il a débarqué en Espagne, en provenance de Bordeaux, son pays natal, en tant que représentant d’une célèbre tonnellerie française. Très rapidement, il s’est senti attiré par la Rioja et à force de côtoyer des vignerons, il a eu très envie de se lancer´et il le fait en 2003. Il s’installe à Laguardia,  il va choisir des parcelles entre 30 et 90 ans de tempranillo situées dans la ville d’Abalos (Rioja Alta), mais aussi des vignobles de Garnacha et de Graciano principalement situés sur les pentes du Monte Yerga dans la Rioja Baja car il veut élaborer des vins d’assemblage avec les trois principaux cépages de la Rioja. Il a crée sa cave en sachant quel type de vins il veut élaborer, celui traditionnel de la Rioja, ne l’attire pas, il veut se différencier et produire des vins plus colorés et plus frais, une meilleure expression du fruit. Pour ça, il est conscient qu’il lui faut adapter l’élevage, il est bien placé pour les barriques en tant qu’ancien représentant. Il utilise exclusivement des fûts de chêne français, mais en jouant avec différents profils de fûts: grains fins pour favoriser l’oxygénation du vin, grains moyens pour préserver le fruit.
Selon le type de vin, il utilisera le grenache pour ses fruits, le graciano pour sa fraîcheur ou le tempranillo pour sa structure. Son rouge de base est Bozeto, frais, jeune, c’est un assemblage des trois cépages (Tempranillo, Garnacha et Graciano, environ 7 euros). Horizon d’Exopto existe aussi en rouge et apporte de la complexité ; enfin Exopto, le top de la gamme, avec une plus grande contribution de graciano (environ 32 euros). Tom a une préférence pour ce cépage à cuse de sa grande complexité, de sa finesse aromatique et de sa fraîcheur. J’ai adhéré à ses vins dès ses débuts, mais je dois reconnaitre que comme ceux d’Olivier Rivière, nous avions du mal à les vendre…les Madrilènes sont conservateurs, ils sont attachés à leurs marques et ne font pas confiance à un français qui vinifie en Rioja, un nouveau venu qui plus est. En outre, ni les étiquettes, ni le style quand nous les faisions gouter ne séduisaient. Heureusement pour lui ça a bien changé, il a su s’intégrer dans le paysage Riojano et faire oublier qu’il en était étranger !

exop_fic_1

Le vin

C’est un assemblage de Viura (85%), Malvasía (5%) et Garnacha Blanca 10% qui ont été plantés entre les ceps de raisins rouges  et issus de vignes âgées de 50 à 80 ans sur sols argilo-calcaires. Tom Puyaubert entretient dans ses vignobles cette coutume ancienne de La Rioja. Il partage avec le reste des vins de la cave la même philosophie d’assemblage qui cherche à produire un blanc harmonieux  aux nuances complexes. La récolte  manuelle est suivie d’une macération à froid de 6 heures, d’une fermentation en fûts de chêne français de 225 litres et d’une macération sur ses lies. Les 3 cépages sont vinifiés ensemble. Horizonte Exopto Blanco  a été élevé 12 mois sur lies.

J’aime ce blanc pour son bouquet intense de fruits jaunes murs, ses notes de fenouil, de fleurs blanches ; cette jolie complexité du nez annonce une bouche elle aussi intense,  aromatique, à la texture fine, savoureuse, fraîche et dotée d’une belle acidité. Le tout se parfume de notes salines et herbacées sur un fond boisé qui, bien que présent, ne s’impose pas.

vino-horizonte-exopto-blanco

Prix: 13,90 €

 

 Il en manque deux à l’appel, j’aurais dû vous parler de  Sandra Bravo (Sierra de Toloño) et d’Alegre y Valgañón (La Calleja), mais je ne connais pas les vins de Sandra, quant au nouveau projet d’Oscar Alegre et Eva Valgañon, je n’ai pas encore gouté ses vins, donc se sera pour une prochaine fois.

Rioja-n-roll-grupo-jovenes-bodegueros-rioja (1)

12509010_1208749255819014_3589624573976913687_n

Nous voyons quand même avec ce petit tour de nouveaux vignobles que le vin de terroir gagne en force parmi ces jeunes vignerons; chez eux la vigne prime sur l’élevage et les fûts américains sont abandonnés. Ça donne des vins aux caractères différents qui ne rentrent pas dans les formats classiques du règlement de la Rioja.

Vive la Rioja & Roll, Viva la Rioja classique, Vive la Rioja!

Hasta Pronto,

Marie-Louise Banyols

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.