« Dry January », qu’ils disaient!

Après les fêtes, sur les conseils de l’association britannique Alcohol Change et du Professeur Reynaud), le Figaro Santé nous conseille l’abstinence.

Et l’illustre bien sûr par une photo où l’on retrouve, non pas une bouteille de vodka, de gin ou de whisky, mais une bonne vieille bouteille de vin et son verre assorti, reconnaissables entre mille.

Notez aussi l’injonction. Pas de doute, pas de discussion, on s’y met tous!

par défaut 2019-01-02 à 20.53.04

Pourtant, je ne suivrai pas cet ordre. Je continuerai à boire du vin. D’une part, parce que je suis convaincu que ce n’est pas l’abstinence qu’il faut prôner, mais la modération, au risque, sinon, que les abstinents ne sachent plus apprivoiser l’alcool, et qu’ils « replongent »; ou au risque de donner aux jeunes le goût de l’interdit.

Et d’autre part, parce que je trouve tout à fait injuste de faire payer au vin les méfaits de l’alcool. Et surtout, non pertinent. Je m’en suis déjà expliqué ICI.

D’autre part, puisqu’on parle d’abstinence, je demande instamment à ce que le Figaro Santé lance une campagne du même type sur le cannabis. Un produit dont, curieusement, il nous dit qu’il peut avoir un but thérapeutique (voir ICI), et dont il discute même les effets néfastes pourtant avérés (maladies respiratoires, psychoses, décrochage scolaire, trouble de mémoire, troubles de l’attention, accidents de la route, cancers, etc…), en défendant l’idée de « preuves modérées » (un concept assez semblable à celui de « partiellement enceinte »).

On aimerait que le Figaro Santé évoque ainsi des preuves, même modérées, quand il s’agit des effets bénéfiques du vin. Il ne semble pas avoir un avis très net sur la question. En 2014, en effet, il publiait l’avis d’expert du cardiologue André Vacheron, qui rappelait les effets protecteurs d’une consommation modérée de vin contre les maladies cardio-vasculaires.

Las, quatre ans plus, tard, le même journal titrait, catégorique, que « non, boire un verre de vin n’est pas bon pour la santé ».

Un problème de mémoire à la rédaction, peut-être?

Dans le doute, mon January à moi sera d’un autre genre de dry.

 

DTDD7YjWsAAMSxZ

Source: Twitter

Quoi qu’il en soit, légales ou pas, la consommation des drogues, dont le cannabis, est en hausse constante, et pose de réels problèmes de santé. Il serait d’utilité publique que des grands journaux le rappellent, et sensibilisent leurs lecteurs. De même que Mme Buzyn ou le Professeur Reynaud et ses amis addictologues, s’ils veulent bien un jour changer de bouc émissaire.

Hervé Lalau

 

 

 

 

7 réflexions sur “« Dry January », qu’ils disaient!

  1. Ophélie Neiman

    J’ai laissé un commentaire qui n’a pas été publié.
    Je ne comprends pas pourquoi 😦
    N’a-t-on pas le droit de commenter ce blog si l’on est pas adoubé ?

    J'aime

    1. Non, Mme Neiman, nous acceptons tous les commentaires pour autant qu’ils soient signés. Aucune cooptation ni adoubement n’est nécessaire. Vous êtes donc la bienvenue. Pour votre info, nous n’avons pas trouvé trace d’un autre commentaire de votre part.Peut-être un problème de rupture de connexion?

      J'aime

    2. agnesgo

      Plus que d’accord ! La modération oui, la privation non. Et la modération passe par l’éducation au goût : apprendre a savourer plutôt que se gaver.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.