Un Champagne de la Côte des Bar et rouge des Hautes-Côtes-de-Nuits !

Longtemps dans l’ombre, tant la Côte des Bar que les Hautes-Côtes-de-Nuits connaissent maintenant une véritable renaissance. Dans ces 2 zones, les vignerons ont su mener à bien une reconquête patiente et courageuse: leur travail porte ses fruits!  Ces appellations doivent leur succès à la qualité des vins proposés et à des prix plus accessibles que ceux des prestigieuses appellations voisines.

Il se trouve que j’ai eu l’occasion de découvrir tout dernièrement 2 cuvées issues de ces appellations et de confirmer ces bons rapports qualité/prix.

Champagne Chassenay d’Arce Rosé

La dégustation de ce champagne fut la confirmation que nos habitudes de consommation nous éloignent souvent de toute ouverture d’esprit. J’avoue avec regret qu’en ce qui concerne la Champagne, j’étais un peu «formatée»; il ne m’était jamais venu à l’idée ou alors, très rarement, de gouter des champagnes de coopérative. Les grandes marques et surtout les Champagnes de vignerons constituaient l’intégrité de mes dégustations et de ma gamme. Mais maintenant que je n’ai plus d’obligations professionnelles, je m’aperçois que j’ai bien moins d’a priori qu’avant et davantage de temps aussi, ce qui me permet de m’intéresser à un marché plus large.

C’est ainsi que j’ai découvert ce Chassenay d’Arche Rosé. Je n’en avais jamais entendu parler, cette coopérative a pourtant été créée en 1956 (par 62 vignerons) et regroupe aujourd’hui 130 familles vigneronnes!

Ces apporteurs représentent 325 ha de vignes dont l’âge moyen est de 20-25 ans, situées dans la vallée de l’Arce d’où son nom.

Chassenay d’Arce jouit maintenant d’une belle reconnaissance, grâce au travail de quelques vignerons qui ont présenté des cuvées remarquables qui ont permis de révéler ce terroir! Les Drappier, Vouette et Sorbée Fleury, Cédric Bouchard, Olivier Horiot, Valérie Frison et dernièrement les Ruppert-Leroy en ont fait un vignoble très tendance! L’époque où l’on regardait ce vignoble avec désintérêt a bien changé. Leur mise en avant du terroir a payé! Et, tout le monde en profite.

Mais revenons à notre cuvée:

20190317_131224

Une dominante de pinot noir 65% associé au chardonnay 35% déclinés sur plusieurs vendanges. La vinification est traditionnelle, avant la mise en bouteille 15% de vin rouge élaboré à partir de raisins provenant de leur vignoble, est incorporé à l’assemblage. La cuvée est ensuite élevée en cave pendant au moins 3 ans. Après dégorgement, elle bénéficie d’un dosage de 9g/l puis repose un minimum 3 mois en cave.

Ce Brut Rosé est un vin plaisir, sa robe est légèrement saumoné, les bulles sont aériennes,  le nez est franc, c’est une cuvée éminemment fruitée et florale. Sans doute le pourcentage élevé de Pinot noir (60%) lui confère-t-il ce fruit et laisse-t-il exalter les arômes de fraises et de cassis. La bouche est ronde, souple et pétulante, avec un équilibre très agréable qui laisse une sensation fruitée et légèrement épicée. Il ne manque pas de charme, ni de fraicheur, en trois mots un champagne qui affiche un style rond et fruité se montre séducteur.

Epatant à l’apéritif ou sur un dessert aux fruits rouges. Une bonne qualité à ce prix, aux alentours de 27€ !

Bourgogne Hautes Côtes de Nuits Manuel Olivier 2017

Le domaine en quelques mots :

Il se situe dans le hameau de Corboin, sur la commune de Nuits-Saint-Georges. Manuel a acheté les premières vignes en 1990. Il exploite aujourd’hui 11 hectares sur les terroirs des Hautes Côtes de Nuits tout en étant également présent en Côte de Nuits et de Beaune grâce à son activité de négoce.il fait ainsi partie de la génération “montante”.

La cuvée Hautes Côtes de Nuits 2017

Elle est issue de vignes de Pinot Noir de plus de 20 ans, situées sur une colline en pente douce, à 1 km du Clos de Vougeot. Avec une exposition est et sud-est, 350 mètres d’altitude. Les sols sont argilo-calcaires, très caillouteux et peu profonds, à peine 20 centimètres.Il travaille en lutte raisonnée, les sols sont labourés, sans produits chimiques, et engrais organique. Les raisins sont totalement égrappés. Macération à froid d’environ 1 semaine, levures indigènes. Cuvaison longue de 5 à 6 semaines à 30°, avec de fréquents pigeages, et une température plus chaude en finale.

Elevage: 15 mois d’élevage sur lies fines travaillées en fûts de chêne de moins de 3 ans.

IMG_3206

Un grand Bourgogne à petit prix, expressif et d’un bel équilibre ! Un vin plein de fruits rouges frais, un nez authentique, sans prétention, mais avec une jolie noblesse. En bouche on retrouve les fruits rouges, l’attaque est souple et pulpeuse, les tanins fondus, un bois qu’on ne remarque pas, une bonne acidité,  la finale offre quelques notes épicées.
Il a du corps, sans excès de zèle. C’est un jus charnu de belle maturité. L’équilibre est bien là, c’est un rouge convivial mais qui ne manque pas de complexité. La démonstration qu’en Bourgogne on peut très bien boire sans avoir à se ruiner. 15,95 €

IMG_3208

Hasta pronto,

MarieLouise Banyols

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.