Chez Moillard, à Nuits

La Maison Moillard, à Nuits-Saint-Georges, fait partie des vieilles dames du négoce bourguignon – elle a été fondée en 1850.

Propriété familiale pendant plus d’un siècle et demi, elle fait à présent partie de la galaxie François Martenot (le bras bourguignon du groupe Grands Chais de France), après un court passage au sein du groupe Béjot. Ce rachat s’est traduit par des investissements importants dans l’outil de production, et par la mise en place de nouvelles synergies au sein du groupe. Les oenologues affinent peu à peu leur expérience et tentent de trouver le juste équilibre entre grosses cuvées et mise en avant des crus, avec même, de-ci, de-là, quelques expérimentations que ne renieraient pas de « petits vignerons sympas ». Parce que les petits vignerons, c’est comme les routiers, ils sont toujours sympas. Cela ne rend pas le négoce infréquentable pour autant.

Bref, il était temps de faire une mise à jour. Ce que j’ai pu faire sur place, la semaine dernière, Voici donc ma sélection.

Les prix sont indicatifs, ils ne correspondent pas tous au millésime (les 2017 et 2018 ne sont pas encore tous au tarif).

IMG_8003.jpeg

Les bulles et les blancs

Moillard Brut Prestige Chardonnay 2016

Et oui, Moillard s’est mis aux bulles, le groupe ayant jugé le créneau porteur pour la marque. Cette cuvée haut de gamme – un blanc de blancs, est un joli coup d’essai : rhubarbe et acacia au nez, beaucoup de fraîcheur, c’est nerveux, avec une belle finale sur le miel.* PVC (sur place): 12,5 euros.

Moillard Bourgogne Aligoté Long du Bois 2018

Un vin qui fait aimer l’Aligoté ; une belle acidité citronnée, mais pas que… de la verveine, du thé vert, et une impression quasi-tannique en fin de bouche. Bravo.**

PVC (2016): 8,5 euros

Aligoté.jpeg

Moillard Bourgogne Le Duché Chardonnay 2018

Le plaisir simple d’un vin facile à boire, et cela ne devrait jamais être une critique, juste une indication quant au moment de le servir.* PVC (2016): 9,9 euros.

Moillard Vézelay Les Roses 2018

Un des clous de la dégustation. C’est la magie de ce métier: alors qu’on n’en attendait rien, un vin d’appellation modeste ou méconnue se hisse au niveau des plus grands. Ce Vézelay ravit par son fruit très pur (cédrat, clémentine), son bel équilibre en bouche entre gras, épices et vivacité (miel d’acacia et romarin), sans oublier sa jolie note saline en finale. Je n’ai pas trouvé de roses, mais en cherchant bien…*** PVC: NC.

Vézelay.jpeg

Moillard-Grivot Montagny Premier Cru les Bouchots 2017

Un Montagny bien dans son appellation : une minéralité qui évoque le Chablis, mais un côté un peu plus solaire (nous sommes en Côte Chalonnaise, 200 km plus au Sud). Sans être variétale, cette cuvée fait aussi honneur au Chardonnay, avec ses notes d’acacia, de camomille, d’aubépine ; bel emploi du bois, traité ici comme une épice.*** PVC: NC

Les rouges

Moillard Pinot Noir 2018 Le Duché

C’est souvent dans les cuvées de base qu’on peut juger de la qualité générale d’un producteur. Celle-ci augure bien du reste, avec son nez mutin de griotte, sa bouche équilibrée, avec une touche de guignolet. 1/3 de la cuvée est élèvé en fûts dont un tiers de neuf. ** PVC: 9,90 euros.

Moillard Vosne-Romanée Premier Cru Aux Brûlées 2016

Les vins de Vosne sont souvent décrits comme élégants, raffinés, voire aériens. Issu d’une parcelle sèche et caillouteuse (d’où son nom de Brûlées), qui voisine avec le Grand Cru Richebourg, celui-ci m’a paru dense et bien structuré, cependant. Ce qui n’enlève rien à son joli fruité (cerise noire), et ses notes florales (pivoine), ni à sa finale suave. PVC: NC.

Fixin Le Messal 2018

Très joli vin bien structuré; cassis à l’œil comme au nez, beaucoup de finesse en finale. Déjà prêt à boire – et pourquoi attendre?** PVC: 20 euros.

Fixin.jpeg

Moillard Volnay 2017

Une cuvée qui peut plaire par son côté animal, fumé, avec un début d’évolution.* PVC: NC.

Moillard Pommard Grands Epenots 2016

Beaucoup de prestance, de jeunesse, même, pour un vin de 3 ans. Du fruit frais, de la mûre, de la prunelle, des épaules ; un tout petit bémol, quand même, la finale m’a semblé un peu végétale.* PVC: NC.

Pommard2.jpeg

Egalement appréciés: Côtes-de-Nuits Villages Vieilles Vignes 2018, Bourgogne Pinot Noir 2017, Aloxe-Corton Premier Cru Les Maréchaudes 2017.

En résumé

En moyenne, les vins me semblent avoir plus de définition et de fruit que lors de mes derniers passages (en 2009 et 2015). L’impression de boisé parfois un peu envahissant que j’en avais s’estompe ; les vins sont plus mûrs, aussi.  Et bon nombre d’entre eux me paraissent prêts à boire plus tôt qu’avant.

Bref, la greffe GCF semble avoir redonné du peps à la vieille dame. On y trouve d’excellents rapports qualité-prix, comme le Vézelay, en blanc, ou le Pinot Noir, en rouge. Venez donc sur place vérifier par vous mêmes !

Hervé Lalau

Plus d’info : https://www.moillard.fr/

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.