Bataille d’analyses sur le glyphosate

Le débat sur l’impact du glyphosate sur la santé humaine, et notamment sur le taux de présence de la molécule dans l’urine, rebondit avec les résultats de nouveaux tests.

Pour la première fois, ces tests ont été réalisés sur les mêmes prélèvements par deux laboratoires distincts.

Le premier, BioCheck, est le laboratoire allemand qui a mis en évidence la présence importante de glyphosate dans les urines de tous les échantillons qu’il a eu à traiter, qu’elles émanent d’agriculteurs ou de consommateurs lambda, ces derniers mois. Ces résultats ont abouti au dépôt de plusieurs plaintes en justice, dans le cadre de la Campagne Glyphosate, qui conclue qu’« on pisse tous du glyphosate », et que « 100% des analyses ont été positives. »

Copie d’écran du site Campagne Glyphosate le 5/11/2019

Le second labo – celui du Centre Hospitalier Universitaire de Limoges, infirme cependant ces déclarations.

Ainsi, dans le cas précis des deux mêmes échantillons tests, BioCheck mis en évidence des taux de glyphosate de 0,90 ng/ml et 2,48 ng/ml, tandis que le laboratoire de Limoges, lui, a fait état de résultats négatifs: moins de 0,05 ng/ml, son seuil de détection.

Les deux laboratoires n’utilisent pas la même méthode d’analyse. Certains agriculteurs mettent en cause celle de BioCheck, dont ils pointent du doigt un manque d’impartialité.

Un magazine breton, le Mensuel du Morbihan, parle même de farce.

Le Mensuel du Morbihan en a fait sa couverture de novembre

Tandis que les partisans de la Campagne Glyphosate, eux, mettent en doute la méthodologie des agriculteurs ayant apporté leurs urines, et évoquent la « complaisance » du laboratoire de Limoges.

Voila qui éclaire d’un jour très incertain les décisions politiques quant aux zones de non traitement.

Qui pourra apporter un peu d’objectivité scientifique dans un débat tellement… pollué?

Hervé Lalau

4 réflexions sur “Bataille d’analyses sur le glyphosate

  1. Thierry Bonnot

    C’est marrant de voir toutes ces personnes tirer sur le glyphosate mais combien d’entre elles mettent des gants pour faire le plein de carburant de leurs voitures … beaucoup plus dangereux et la personne ne se plaint, surtout pas nos gouvernants… ne pas perdre de taxe bien sur

    J'aime

  2. PaulB

    Si faire ces analyses dans plusieurs laboratoires fait partie des bonnes pratiques, la discordance totale entre les 2 ensembles de résultats fait vraiment désordre!
    Il faut qu’ils travaillent selon une méthode normalisée, ou une méthode accréditée, dans un labo accrédité ISO 17025. Pour une méthode normalisée, il faut qu’elle ait été testée dans un bon nombre de laboratoires avec les mêmes échantillons, et donne des résultats cohérents et vrais, pour qu’elle devienne une norme EN ou ISO.
    Cela dit, je préfère l’absence de résidus de tout …..icide dans le vin, mais je suis rassuré de voir qu’on élimine le glyphosate, au moins en partie, par les urines, et qu’on n’en stocke pas la totalité par accumulation.

    J'aime

  3. Philippe Pouchin

    Bonjour
    « Quand le sage montre la lune, l’imbécile regarde le doigt »
    Postulat n°1 – Nous ne sommes pas fabriqués pour que notre sang contienne du glyphosate, surtout qu’il ne contient pas QUE du glyphosate, mais aussi les surfactants qui vont avec et les autres produits que nous respirons tous peu ou prou, et nous savons peu de choses de l’effet cocktail …
    Postulat n°2 – Nous regardons où on nous demande de regarder (analyses) sans évoquer le fait que l’utilisation du glyphosate+surfactant est le marqueur d’un modèle agricole qui détruit la biodiversité.
    La grande farce en cours est de nous vendre l’utilisation du glyphosate+surfactant comme marqueur d’une agriculture respectueuse des sols, mais c’est là aussi un leurre, et les alternatives existent. Bien à vous, pphilippe

    J'aime

  4. georgestruc

    Cette discordance est inadmissible et « inexplicable ». Le labo de Limoges, dont l’outil analytique est capable de détecter des valeurs > 0,05 ng/ml, aurait du mettre en évidence du glyphosate, puisque les valeurs affichées par le labo allemand sont très supérieures à ce chiffre. C’est une évidence. Les pb d’analyses sont malheureusement constants : source, mode de prélèvement, mode de conservation, de transport, de préparation ; tous ces paramètres, s’ils ne sont pas rigoureusement identiques, peuvent être à l’origine de résultats dépourvus de signification, dans un cas comme dans l’autre.
    Ceci étant, nous avons avalé et respiré, depuis des décennies, des quantités importantes de molécules de synthèse appartenant à la famille des pesticides, celles liées à des aliments transformés, à des emballages en polymères…etc. Beaucoup de nos maladies en sont la conséquence inévitable.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.