Colchagua Singular (1) : Maturana Wines

Préparez vos ponchos: à partir d’aujourd’hui, et pendant quelques semaines, je vous emmène dans le Chili profond, celui des petits producteurs de Colchagua Singular, que j’ai eu la chance de visiter à la fin octobre. On démarre avec Maturana Wines, à San Fernando.

Première visite, et premiers coups de cœur. José Ignacio Maturana fait des vins qui lui ressemblent: francs, sérieux, mais enjoués. Des vins d’auteur, qu’ils soient blancs, rouges ou rosés.

C’est l’envie de vinifier des vins uniques qui l’a conduit à se lancer dans l’aventure, à une période charnière pour le Chili viticole, celle qui a suivi le tremblement de terre de 2010. En démarrant par son vin le plus ambitieux, le MW, dont nous reparlerons.

José Ignacio Maturana

Sorcier

Dès notre arrivée à la cave, José Ignacio nous a servi son Sémillon; puis, voyant qu’on s’y intéressait vraiment, il nous conduit vers son antre, pour déguster au fût, à la cuve, à l’oeuf béton ou à la jarre – car il expérimente tous azimuts. Des fois qu’un contenant, que l’ajout d’un cépage dans un assemblage, qu’un truc de vinif lui permettrait de faire mieux… Il y a du sorcier chez cet homme-là. Mais un sorcier qui n’aurait rien à cacher, tout à montrer.

Mais revenons à ce Sémillon. José Ignacio nous indique qu’il vient de Paredones, dans la zone côtière de la Colchagua. Et plus précisément, d’un vieux vignoble perdu entre les eucalyptus et les pins que nous aurons la chance de voir un peu plus tard. Les vignes datent de 1928. Mais la zone semble avoir été redécouverte il y a peu. C’est donc un de plus vieux jeunes vignobles du Chili. Je suis étonné par la richesse du vin, mais aussi par sa fraîcheur, sans oublier sa belle tension saline. 20% de la cuvée ont subi une macération pelliculaire de longue durée.

Le Sémillon de Paredones, une riche idée! 

De ce Sémillon, j’en retrouverai, quelques minutes plus tard, dans le Pa-Tel, une ébouriffante cuvée qui assemble País, Riesling, Sémillon et Moscatel Negra.

Deuxième coup de cœur avec le Lucas (une cuvée qui assemble 90% de Cabernet Sauvignon d’une parcelle plantée en 1945 près de San Fernando, et 10% de Petit Verdot de Marchigüe). Un vin qui comblera les amateurs d’épices (poivre, pabrika doux, tabac), mais aussi de vins structurés, même si les tannins ont été bien disciplinés par une dizaine de mois de barrique, sans pour autant que le boisé ne domine.

Premier contact avec le rosé chilien

On continue sur cette belle lancée avec les Rosado Syrah 2018, élu 2ème meilleur rosé du Chili par la revue Descorchados – et premier par moi dont c’est le baptême du rosé de ce pays.

Quand je parle de Syrah, précisons que la cuvée comprend 10% de Sémillon (pas sûr qu’il y ait beaucoup de vignerons en France qui pratiquent cet assemblage).

Cet attelage rhodano-bordelais a cependant trouvé en Colchagua un bon terrain de jeu. Et lui rend justice: le Chili est le pays des frutillas (les fraises, un fruit découvert ici au 16ème siècle), et sans hésiter, ce rosado nous en offre un plein panier – mais aussi des groseilles, des mûres et du cassis au nez; des petits fruits qui ne s’estompent pas en bouche, mais s’y ornent d’agrumes; une bouche où les tannins (adoucis par 4 mois de barrique), la gourmandise du fruit et la vivacité de l’acidité jouent à cache-cache; tantôt l’un, tantôt l’autre prend le dessus, le tout finissant dans une gerbe de violettes.

A noter aussi sa belle couleur qui en annonce bien les fruits.

Syrah et Sémillon, la recette d’un beau rosé de table

Master of Carménère

Mais le clou de la dégustation restera pour moi le MW Carménère 2016 : pour une fois qu’une cuvée annoncée comme haut de gamme est à la hauteur de la promesse ! Est-ce parce que le Carménère est un cépage tellement identitaire pour le Chili, et la Colchagua en particulier? Toujours est-il que celui ci a fait l’objet de soins tous particuliers: 13 mois d’élevage, en deux lots : 85% du vin est passé en barriques neuves de 500 litres et 15% en oeuf béton, A noter que la cuvée, qui totalise 15.000 bouteilles, compte 15% de Cabernet Sauvignon.

Voici un vin qui ne mégote pas en matières d’arômes, aussi bien en bouche qu’au nez: vous aimez la mûre? Il y en a. La groseille, les airelles, la réglisse? Aussi. En bouche, les tannins se fondent dans un jus harmonieux qui, aux fruits rouges et noirs, ajoute des notes de cèdre et d’eucalyptus. A noter que l’alcool (14,5°) ne se sent pas du tout.

MW, comme Maturana Wines (méfiez-vous des imitations…)

Pour José Ignacio, qui a démarré Maturana Wines avec cette cuvée, il s’agissait de ne pas se louper, d’offrir le meilleur du Carménère mûr, et non les caricatures de vins poivronnés, en sous maturité, qui déconsidèrent ce cépage. Mission accomplie (d’autres producteurs de Colchagua nous offriront d’ailleurs d’autres beaux Carménères, généralement issus d’élevage en cuve).

Et comme ici, tout est bon, possible de clore ces commentaires sans saluer les cuvées Vox (pour Viognier oxydatif, un régal de senteurs fumées et de fruits secs, plus oxydatif que viognier, mais tellement plaisant), Pa-Tel (vive la complantation quand elle vous donne des vins aussi complexes!), Najanjo (une Torrontel au goût de miel de lavande) et Negra (issue d’un cépage rare, le San Francisco, et d’une remarquable souplesse).

Grisé

De cette visite, on ressort grisé, non par l’alcool (j’ai craché, rassurez-vous), mais par le foisonnement d’idées, de concepts différents. Et la qualité des résultats. Imaginez un domaine bordelais qui, non seulement, outre le Merlot, le Sauvignon et les Cabernets, vinifierait des cépages rhodaniens, ligériens ou alsaciens, mais en ferait de grands vins. Bref, c’était l’introduction idéale pour une immersion de quelques jours au Chili, un pays où tout, ou presque, semble possible.

Les vignes du Pa-Tel, à Paredones

Colchagua Singular

Maturana Wines appartient au groupement Colchagua Singular, qui regroupe une douzaine de caves familiales de cette vallée au Sud de Santiago – celle qui abrite le plus de grands groupes viticoles chiliens, mais qui se découvre un nouvel avenir au travers de petites structures.

Suite de mes pérégrinations chiliennes la semaine prochaine…

Hervé Lalau

7 réflexions sur “Colchagua Singular (1) : Maturana Wines

  1. Merci Hervé pour ce carnet de voyage et de dégustation enthousiaste en terres lointaines! Une lecture bien dépaysante et bienvenue en ces jours de pluie et de grisaille novembresques sur Lille et Bruxelles… Ça donne furieusement envie de découvrir ce Monsieur et ses vignes exceptionnelles! Profitez-en un peu pour moi 🙂 Florence

    J'aime

  2. Merci. J’espère que les prochains articles de la série vous plairont également. J’ai été séduit par ces valeureux petits producteurs et productrices qui donnent une dimension plus humaine à ce pays. Un pays qui mériterait d’être dans l’actualité pour autre chose que des tremblements de terre ou des émeutes (mal présentées sur nos écrans, je peux en témoigner). Rendez-vous mercredi prochain…

    J'aime

  3. David Cobbold

    Ces vins ont l’air effectivement intéressants, mais je sens poindre chez toi le redoutable et bien trop répandu syndrome du « small is beautiful ». S’en méfier comme de la peste, comme de toutes les idées reçues (mais je sais que tu as de la résilience) !
    Et enfin un carmenère qui ne sent pas le poivron vert ?

    J'aime

  4. Il ne faut jamais généraliser, c’est sûr. Mais j’ai assez défendu les grandes coopératives et les négociants pour pouvoir me permettre de donner un coup de chapeau à des petits, qui, au Chili, ont bien du mérite à subsister; et surtout, à faire de bons vins quand jusqu’à présent, l’industrie viticole de ce pays a plutôt été calibrée pour le volume, pour l’exportation.
    Et puis, j’ai pu comparer avec quelques produits de grandes structures vendus en Belgique (plus difficile à trouver en France), il n’y a pas photo, notamment pour le carménère et le merlot.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.