Epernay vote contre le « Janvier Sec » – moi aussi!

C’est un peu passé inaperçu (comme tout ce qui va à l’encontre de la doxa à la mode dans les cercles bien pensants?), mais le 16 décembre dernier, suivant l’avis de son maire Franck Leroy, le conseil municipal d’Epernay a adopté en séance un texte marquant clairement son opposition au «Défi de janvier», alias « Dry January ». 

Le maire de la capitale du Champagne y explique « qu’il partage « la nécessaire obligation, tout au long de l’année, d’une consommation responsable du vin. Mais nous refusons l’idée d’un sevrage absolu durant un mois, pouvant laisser de fait la porte ouverte à des excès pour les onze mois restants ».

Experte en alcoologie, Madame  Figaro n’a aucun doute: Dry January is good for you (mais la rédaction s’est bornée à interviewer un « spécialiste » – anti-alcool, bien sûr) 

Et face à nos confrères de France 3, plutôt réservés, sur ce coup, il enfonce le clou:  « Boire un verre de vin ce n’est pas de l’alcoolisme. Boire un verre de vin ou de champagne c’est un art de vivre. Cela fait partie des traditions et de ce qu’est la France, notre culture, notre patrimoine. Je m’étonne qu’on puisse prendre ce genre d’initiative. On ne doit pas s’attaquer comme cela aux vins français! Pourquoi ne pas s’attaquer aux sodas et autres boissons sucrées à l’origine du diabète et de l’obésité ? Pourquoi ne pas s’attaquer aux hamburgers bons marchés que l’on retrouve dans certains établissements que je ne citerai pas? Ils sont à l’origine de maladies qui n’ont rien à voir avec le vin. Je suis inquiet que certains puissent faire l’amalgame. Encore une fois, boire un verre de vin ce n’est pas l’alcoolisme ! »

Cela fait des années que je le dis. Mais je suis content de l’entendre de la bouche d’un élu.

Je lèverai donc mon premier verre de l’année à la santé de Franck Leroy et de tous les buveurs de bonne volonté, en toute modération et en toute responsabilité.

Et je dis non à l’infantilisation!

Hervé Lalau

10 réflexions sur “Epernay vote contre le « Janvier Sec » – moi aussi!

  1. georgestruc

    La contamination soigneusement distillée par les hygiénistes (la seule qu’ils soient capables d’élaborer dans les grands alambic du pouvoir) gagne du terrain et nous allons avoir de plus en plus de mal à défendre notre patrimoine culturel viti-vinicole. Merci à M. Leroy d’avoir fait cette déclaration, qui devrait servir de modèle à tous nos élus, dans toutes les strates de leurs mandats respectifs.

    J'aime

  2. Nombre de nos gouvernants manquent cruellement de culture. Confondre l’alcoolisme qui relève du domaine des maladies, où toujours quelque chose d’un mal vivre, d’une souffrance, est en cause, et qu’il convient de soigner en y consacrant des budgets pour la recherche, et la consommation d’un verre de vin qui célèbre la santé (« A votre santé ! »), l’amitié, la convivialité, l’art de vivre, le plaisir d’être ensemble, la célébration de la vie, le plaisir d’être…, est affligeant.
    Que 2020 accouche de responsables politiques heureux de vivre, qui célèbrent la vie un verre de vin en main, qu’il soit rouge, blanc ou rosé, sec, liquoreux ou effervescent ! Ce merveilleux breuvage qui nous raconte l’histoire de nos régions, de nos terroirs, notre histoire, qui célèbre notre rapport au monde et aux autres, qui nous nourrit, nous émeut en activant le plaisir d’être comme la lucidité. Bonne année, bonne santé à tous les amoureux de la vie !

    J'aime

    1. georgestruc

      Hélas, Jacky, accoucher de responsables politiques capables de se dresser contre la bêtise de leurs confrères va nécessiter une césarienne dont les résultats seront incertains…à moins que l’embryon n’ait été génétiquement modifié, dans le bon sens qui nous occupe.

      J'aime

  3. Camille

    J’adore le vin et c’est bien pour cela que je lis régulièrement votre blog que j’apprécie beaucoup. Toutefois, je ne comprends pas ces prises de position sur la question de la dépendance à l’alcool. Je dois avouer que c’est en partie parce que je suis moi-même touché par les dégâts qui en découlent avec la perte de ma grand-mère après plusieurs jours/semaine de delirium tremens suite à un long alcoolisme (au vin et pastis) et parce que j’ai eu récemment un épisode de consommation (très) excessive d’alcool suite à des turbulences. Surtout, l’absence complète d’argument et de proposition alternative rend le propos répétitif, assez inaudible et l’empêche de prêcher autre chose que des convaincus. Les arguments du type « moi-je » et « moi je connais quelqu’un qui », même enjolivés par une vague montée en généralité ne masque pas ce vide. Bref, je ne vais pas boire pendant un mois et je me demande toujours pourquoi vous avez besoin de faire la morale et d’expliquer que vous ça va très bien, que vous n’avez pas de problème avec l’alcool à des gens qui en ont. J’apprécie beaucoup vos articles (du blog et les votre M. Lalau) quand vous parlez de vin et non de moraline. Laissez donc chacun décidé s’il boira ou non en janvier ou proposez une alternative.

    J'aime

  4. M. Camille,

    D’abord merci pour votre intérêt et pour avoir partagé votre expérience avec nous.

    Je respecte tout à fait votre décision de ne pas boire ce mois-ci.

    Ce contre quoi je m’élève, c’est contre l’amalgame qui est fait entre tous les alcools, qui met le vin au même rang que la vodka ou le pastis, et la campagne univoque qui est faite dans la presse en faveur de cette opération Dry January, sans aucune distinction de degré ni ne dangerosité, alors que des études existent sur la question:

    https://les5duvin.wordpress.com/2018/02/07/non-la-culture-du-vin-ne-favorise-pas-lalcoolisation/

    Et sans possibilité pour ceux qui ne seraient pas d’accord de prendre la parole, autrement que dans des tribunes libres qui ne sont que des façons pour les rédacteurs de se laver les mains de toute responsabilité.
    Je trouve que certains de mes confrères de la grande presse ne font pas leur travail de vérification des sources, de recoupement, ni de recherche du pluralisme dans cette matière. Et cela ne date pas d’hier.
    Raison pour laquelle je continuerai à lutter contre cette forme de désinformation, au risque de vous déplaire. Je n’appelle pas ça faire la morale, j’appelle ça donner un autre avis que celui que vous pouvez lire partout ou presque. Et je vous laisse libre d’en faire ce que vous voulez, je ne suis pas totalitaire.

    Par contre, jamais vous ne lirez de ma plume une incitation à boire plus. Je prône la responsabilité et la modération. Mieux que ça: je me l’applique. Dans le vin, je ne cherche pas l’ébriété ni la désinhibition, je cherche le goût et la culture.

    Par ailleurs, puisque vous me demandez une alternative, je vous invite à lire cet article qui prouve que non seulement le vin n’est pas le premier responsable de l’alcoolisation abusive, mais qu’il peut même aider les alcooliques profonds à sortir de l’alcoolisme. Au Canada, on l’a expérimenté avec succès.

    https://les5duvin.wordpress.com/2016/07/13/et-si-lon-traitait-lalcoolisme-par-le-vin/

    J'aime

  5. Un nouvel # pour contrer le dryjanuary:

    #winejanuary

    N’hésitez pas à l’utiliser pour accompagner vos choix de vins ce mois-ci, plus nous serons nombreux, et plus nous montrerons notre détermination à défendre le vin, produit de culture, contre la prohibition de ces campagnes artificielles et faussement hygiéniques.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.