Retour à Cascastel

J’ai découvert la cave des Vignerons de Cascastel il y a quelques années, à la faveur d’un voyage de presse à Fitou. Si tous les vins ne m’avaient pas emballé, à l’époque, certaines cuvées me semblaient prometteuses (L’Ame Soeur, par exemple, que Marc avait commentée ici même).

Aussi, la perspective de déguster d’autres vins de cette cave, et dans de nouveaux millésimes, m’a-t-elle intéressé. Ainsi fut fait, avec la complicité de Vinconnexion, l’excellente agence parisienne qui gère ses relations publiques.

CascastelJuste au dessus de la cave de Cascastel (Photo (c) H. Lalau)

Bientôt 100 ans !

La Cave de Cascastel est née en 1921, des œuvres de 69 vignerons des Hautes Corbières. En bientôt 100 années, elle a connu bien des vicissitudes, et notamment en 1999, quand des inondations ont détruit la cave et une bonne partie du vignoble. Mais elle a survécu. De même qu’elle s’est efforcée de survivre au bradage qui a longtemps été la plaie des vins de la région.

Aujourd’hui, la cave compte 50 apporteurs répartis sur 4 villages – un écrin de nature préservé où les îlots de vigne sont encerclés par les bosquets et la garrigue. Cette nature qui passe parfois sans prévenir de l’aride au détrempé, recèle aussi une foule d’espèces végétales dont certaines senteurs se retrouvent dans les vins.

Carnet de dégustation

Voici les notes rédigées à propos de 4 vins reçus ces derniers jours.

Jardin d’Eden Muscat-de-Rivesaltes

Oui, on fait du Muscat de Rivesaltes dans les Corbières (l’Aude fournit même une grosse part des vins de cette appellation). Celui-ci, qui nous promet le Paradis, nous offre en tout cas un petit bonheur sucré. Son nez exubérant, à la fois fleuri (acacia, menthe, rose) et fruité (pêche, abricot, cédrat, raisin blanc bien mûr) est son atout majeur. En bouche, le sucre est assez bien équilibré par l’alcool – il s’agit d’un VDN, après tout, et dans VDN, il y a doux.

Prix indicatif (Colruyt): 7 euros.

Muscat.jpg

Héritage de Bonnafous Corbières blanc 2017

Encore un bel exemple des progrès accomplis en matière de blanc, dans le Midi – j’ai encore en mémoire un voyage de presse autour des Corbières blancs, dans les années 90, et le bataillon de vins alcooleux et/ou oxydés qu’il m’avait fallu me «farcir».

Rien de tout cela ici, mais, au contraire, un bel équilibre entre le gras, l’amertume et une certaine vivacité : le nez d’abord discret se dévoile à l’aération, sur des notes florales (sureau), beurrées et épicées ; la bouche est élégante, mais dense; le boisé bien fondu – pas de vanille à tout crin, plutôt de l’amande grillée. De la belle ouvrage, tout en subtilité.

Et tout cela, avec des cépage locaux, Grenache Blanc (70%) et Macabeu. Comme on s’en doute, il s’agit de vieilles vignes; des vignes de coteaux assez calcaires, sur Saint-Jean-de-Barrou et Villesèque-des-Corbières.

HERITAGE-DE-BONNAFOUS-BLANC-2013.jpg

Prix indicatif (caviste France): 8,5 euros

Timon Lepidus Corbières 2019

Timon Lepidus n’est pas un couturier, mais un lézard assez présent dans les Corbières– le plus grand d’Europe. Cette nouvelle cuvée, née en 2019, rend hommage à cette espèce méditerranéenne  – les  vignerons qui l’élaborent ont tous signés la charte qui la protège et enherbent leurs tournières pour lui laisser un biotope favorable.

Pas de «lézard» dans le nez de ce tout jeune vin, exubérant, (framboise, groseille) et diablement séduisant. Mais il a aussi du fond, des tannins fermes, de la structure. Assemblage de 60% de Grenache, 30% de Carignan et 10% de Syrah, vinifié sans soufre ajouté. La (le) nature comme je l’aime.

TimonLepidusCorbières2019SansSulfitesAjoutés

Héritage de Bonnafous Corbières rouge 2017

Assemblage de Carignan de coteaux (35%), de Syrah (35% également) et de Grenache (30%); ou comment combiner la puissance et la souplesse, avec en plus, un petit côté sauvage, animal et floral.

Cette cuvée a tout ce que l’on peut attendre d’un bon Corbières: du caractère, mais aussi une certaine finesse, due notamment à la qualité de l’élevage. J’ai aimé la richesse de sa palette aromatique, au nez et en bouche (prune, violette, réglisse, romarin), le soyeux de ses tannins, sa largeur en bouche, et même le petit côté rugueux de la finale qui réveille les papilles et appelle la seconde gorgée.

Et pour ceux qui se poseraient la question: Bonnafous est le nom de l’ancien château de Villesèque-des-Corbières.

Prix indicatif (caviste): 8,5 euros.

HERITAGE-DE-BONNAFOUS-ROUGE-2017-MED-ARGENT-PARS-2019-311-1004-PF.jpgEn résumé: de belles découvertes, des vins qui ont de la personnalité (plus que ce que j’avais dégusté lors de mon passage, pour ce que je m’en souviens), et ce qui ne gâte rien, à un tarif intéressant (à vérifier près de chez vous).

Hervé LalauIMG_8933.jpeg

 

Une réflexion sur “Retour à Cascastel

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.