Chez Maldant-Pauvelot, à Chorey-les-Beaune

Le Domaine Maldant-Pauvelot, dont la cave se trouve à Chorey-les-Beaune, exploite une vingtaine d’hectares de vigne en Côte-de-Beaune. Jean-Luc Maldant, qui gère l’entreprise familiale avec son épouse, est un vigneron attachant, très ancré dans sa terre bourguignonne, mais aussi très ouvert et plein de sagacité.

Jean-Luc Maldant

Le plus remarquable, chez lui, c’est le soin du détail qu’il apporte à chaque vin, quel que soit son prix ou sa notoriété: Bourgogne Aligoté ou Aloxe-Corton 1er Cru, chez Maldant-Pauvelot, c’est toujours le même engagement, la volonté de tirer le meilleur parti de la parcelle. A la vigne, d’abord, en réintroduisant des espèces végétales pour favoriser la faune auxiliaire, en pratiquant deux labours par an pour vivifier les sols et en apportant un soin particulier au choix des porte-greffes; au chai, ensuite, avec des vinifications et des élevages à la carte, pour laisser à chaque cuvée exprimer maximum de sa personnalité. Jean-Luc élève ses vins comme un parent élèverait ses enfants, il les bichonne parce qu’il aime chacun avec leurs différences et leurs potentialités.

Ainsi, à la cave, lors de mon passage, j’ai pu déguster plusieurs vins en bouteilles, mais aussi plusieurs vins sur fûts. Et notamment une cuvée élevée dans des barriques du même bois, mais de trois chauffes différentes ; un exercice passionnant, qui nous fait participer aux réflexions du vigneron quant à la direction qu’il veut donner à son vin. Pas évident, car évidemment, il n’y a pas vraiment de bon ou de mauvaise chauffe, c’est une question de choix et de style.

Voici donc une petite sélection de sa gamme (scindée en deux lignes, classique et collection, cette dernière regroupant les premiers et les grands crus, ainsi que quelques cuvées de vieilles vignes et/ou sélections parcellaires).

En blanc

Maldant-Pauvelot Classique Aligoté 2018

Jean-Luc nous présente cette bouteille avec ces mots «L’Aligoté, c’est un peu la première marche du domaine». Et pas question pour lui (ni pour nous) de rater la marche! Alors, nous nous préparons, non pas au pire, mais à cette acidité parfois mordante que l’on associe souvent à ce cépage (frère du Chardonnay, rappelons-le). Mais là, s’il y a bel est bien de l’acidité, elle est tellement bien intégrée dans la texture du vin, qu’il semble gras ; c’est cette belle matière qui séduit, tout autant que les jolis arômes de pomme, de réglisse et de menthe.  Comme le souligne Jean-Luc: «L’aligoté est plein d’arômes précurseurs, le défi, c’est de les conserver  en évitant l’oxidation, mais aussi la verdeur».

Maldant-Pauvelot Classique Bourgogne Chardonnay 2017

Toujours dans la gamme classique, un Bourgogne Chardonnay comme on les aime: riche, sans être mou, généreux sans être envahissant, droit, ferme et long en bouche. Et mes arômes ne sont pas en reste: granny smith, melon, aubépine, camomille, genêt, en veux-tu, en voila!

Maldant-Pauvelot Collection Savigny-lès-Beaune 1er Cru Aux Gravains 2017

Un vin de la série Collection, issu d’une vigne apportée en dot par la grand-mère de Jean-Luc. Comme son nom l’indique, les vignes poussent dans un sol comportant pas mal de graviers et de sable.

A nouveau cette générosité ; et puis pas mal d’épices, qui viennent équilibrer le gras ; le nez évoque la brioche, le chèvrefeuille, l’aubépine, tous arômes qui se prolongent en bouche. Celle-ci est charnue, puissante, presque tannique. Beau travail d’élevage, le boisé discret laissant toute sa place au raisin.

En rouge

Maldant-Pauvelot Classique Chorey-les-Beaune 2017

Chorey-Les-Beaune, au Sud d’Aloxe-Corton, est un village principalement axé sur le rouge. Il n’a peut-être pas la notoriété des appellations voisines, car ses vins ont longtemps été vendus sous le nom de ses voisines (l’accession de Chorey en AOC village ne date que de 1970), mais il mérite qu’on s’y intéresse car les meilleurs vins du lieu (qui ne possède pas de premiers ni a fortiori de grands crus) nous proposent un bon rapport qualité-plaisir-prix.

C’est bien le cas de ce vin-ci, qui nous régale de ses arômes de fraise écrasée, tandis que sa bouche, à la fois juteuse et très tendue, nous chante le temps des cerises. Sa structure est élégante, déliée, mais pas fluette. Un beau 2017. Avec toujours – c’est une constante chez Maldant-Pauvelot, un boisé très délicat, comme un filigrane qui soutient le vin sans trop se montrer.

Maldant-Pauvelot Classique Ladoix 2015

Ce vin charme d’emblée par ses notes de prunelle et de fraise écrasée au nez, et par son acidité bien fondue; puis se dévoile une complexité inattendue, en milieu de bouche – des arômes de pin, d’airelle et de poivre, des tannins lisses et délicatement intégrés. J’ai adoré ce vin qui me ramène des décennies en arrière, quand je découvrais la Bourgogne au travers des belles bouteilles de mon père. Ma madeleine de Proust est liquide, elle s’appelle pinot noir.

Maldant-Pauvelot Collection Aloxe-Corton 1er Cru Les Valozières 2011

Un vin un peu plus âgé pour terminer. Mais il ne fait pas ses 8 ans. Le fruit rouge, très pur, éclate comme un sourire. Les épices douces et la rose complètent le nez, la bouche embraye sur le poivre et les notes fumées, grillées. Les tannins sont bien enrobés dans la texture du vin. Les Valozières sont un premier cru situé sous les Corton Bressandes, avec une exposition Sud-Sud-Est. La parcelle de Maldant-Pauvelot est plantée de vieilles vignes, sur argiles.

Hervé Lalau

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.