Au dessus de Naples, un grand rouge, le Taurasi

Aujourd’hui, je vous emmène en Irpinia, dans l’arrière-pays de Naples, à la découverte du Taurasi, grand vin d’Italie qui, à mon sens, mériterait plus d’attention.

L’Aglianico est sans doute le cépage le plus emblématique du Sud de l’Italie, son porte-drapeau. Il est présent dans de nombreuses appellations de la région. Il donne par exemple son nom à la DOC Aglianico del Vulture, en Basilicate. Mais c’est à Taurasi, en Campanie, qu’il a gagné ses lettres de noblesse – obtenant la première DOCG du Mezzogiorno, dès 1970. 

IMG_3039.jpeg

Sant’Angelo all’Esca (Photo (c) H. Lalau)

Comme souvent dans cette région au passé grec (les Grecs la nommaient la Grande Grèce, ou encore Oenotria, le pays du vin), les origines du cépage se réfèrent au pays de Périclès ou d’Homère. Le nom Aglianico viendrait lui-même d’elleniko (hellénique).
Et certains auteurs n’hésitent pas à en faire le cépage du fameux Falerne des Romains, en rouge.

Une chose est sûre: il est solidement implanté en Campanie. Sur la côte, on l’emploie le plus souvent en assemblage (avec le Piedirosso, notamment); vers l’intérieur, et notamment dans son berceau de l’Irpinia (la province d’Avellino), il est plus souvent vinifié seul. Même si, en IGT Campania, notamment, on n’hésite pas à lui associer des cépages internationaux comme le Merlot ou la Syrah, dans le but de lui donner un développement plus rapide.
Car ce cépage tannique, relativement acide et tardif, a besoin de temps pour s’assouplir.
Ce qui n’est pas sans poser quelques problèmes commerciaux, surtout à l’exportation; le goût pour les vins jeunes, la suprématie du fruité n’étant guère favorable aux ventes de Taurasi à oublier en cave 10 ou 15 ans…

IMG_3054.jpegLa bella Campania (Photo (c) H. Lalau)

Une double appellation

L’aire du Taurasi s’étend sur un peu plus de 1.000 ha en province d’Avellino (17 communes en tout). Elle doit son nom, non au sang du taureau ou à quelque autre légende, mais à un des villages de la région de production, Taurasi, dont la gare a longtemps été le point de regroupement des vins de la région en vue de leur expédition. Car la zone a connu son heure de gloire dans les années 1900-1930, le phylloxéra l’ayant longtemps épargnée; on y trouve d’ailleurs encore des pergolas pré-phylloxériques.
C’est une région pittoresque de collines assez élevées (entre 300 et 500 m), aux expositions diverses ; elle est relativement fraîche pour sa latitude (nous sommes plus au Sud que Barcelone, que Bari ou que Bonifacio) car bien arrosée.
Elle abrite la DOCG Taurasi (Rosso) et la DOCG Taurasi Riserva. La différence entre les deux: l’élevage. Le Taurasi Riserva doit subir 4 ans de vieillissement dont 18 mois en futs minimum, et 6 mois en bouteilles minimum.
La production s’est fortement accrue ces 20 dernières années (elle oscille actuellement entre 1,5 et 2 millions de bouteilles), de même que le nombre de vinificateurs, passé d’une quinzaine à plus de 60 aujourd’hui.
Taurasi est d’ailleurs une des rares appellations du Mezzogiorno dont les vins sont régulièrement proposés sur les cartes des grandes tables de Rome, de Milan, de Venise ou de Turin. N’était-il pas un des vins préférés des Bourbons, au temps du Royaume de Naples?

Milena Pepe (Cavalier Pepe) et son Opera Mia

Quatre sous-régions

A l’image du Piémont ou encore de la Bourgogne, les gens de Taurasi ont déterminé plusieurs sous zones, suivant leur orientation

  • Le Quadrant Nord (Riva Sinistra del Calore). Une zone principalement argileuse ou sableuse, aux pentes douces et orientées sud, et au climat relativement chaud. C’est la zone où l’on produit les Taurasi qui sont prêts le plus tôt (tout est relatif). Un peu moins de 200 hectares en production.
  • Le Versant Ouest (Terre del Fiano). On y trouve des vignobles de fortes pentes, souvent en terrasses, orientés Sud-Sud Est. La présence d’une barrière montagneuse explique un climat continental plus marqué. Un peu plus de 130 hectares en production. Ici, l’Aglianico partage souvent la vedette avec le Fiano.
  • La Valle Centrale (Riva Destra del Calore). C’est une zone de collines, au climat plutôt frais, où la vigne est assez éparpillée parmi les bois et les oliveraies ; les pentes sont parfois assez abruptes, les sols caillouteux, à dominante calcaire, recouverts par endroits de cendres volcaniques plus légères. La maturité de l’Aglianico y est assez tardive. Cette zone produit généralement des vins élégants, à l’acidité élevée mais aux tannins un peu moins marqués qu’ailleurs. 350 hectares.
  • Le Versant Sud (Alta Valle). Ici se trouvent les vignes les plus hautes de la DOCG,  jusqu’à 700 m, sur les contreforts des monts Piecentini. 370 hectares.

Taurasi.pngL’aire d’appellation du Taurasi au sein de la région Campanie (source: Vinepair)

Il n’est pas toujours aisé, cependant, de déterminer des différences marquées entre ces quatre sous-zones dans les cuvées; soit parce qu’il s’agit d’assemblages, soit parce que l’élevage contribue à les gommer. C’est encore plus difficile pour le consommateur, vu que ces sous-zones apparaissent rarement sur l’étiquette.

On se fiera plutôt au nom du producteur (les bons faisant la preuve de leur compétence dans tous les compartiments du jeu, vins jeunes ou vieux, et dans tous les millésimes) plutôt qu’aux noms de zones voire de cru.

Les Taurasi présentent généralement un joli nez de cerise griotte, une belle charpente acide et des tannins robustes. Les meilleurs producteurs parvenant à les domestiquer sans perdre trop leur fruit. Le problème essentiel est de parvenir à une bonne maturité phénolique – ce qui est d’autant moins évident que les maturités sont parfois très tardives dans cette zone de collines.

 Mastroberadino vous offre une belle gamme de Taurasi (Photo (c) H. Lalau)

Voici donc une sélection de bons producteurs, dont j’ai pu apprécier les vins sur plusieurs années:

Feudi San Gregorio

Antico Castello

Amarano

Di Marzo

Borgodangelo

Cavaliere Pepe

Vesevo

Terredora.com

La Molara

I Capitani.com

Il Cancelliere.it

Mastroberardino

Et l’Irpinia vous offre une belle gamme de verts (Photo (c) H. Lalau)

Outre Taurasi

Voici une sélection de vins également à base d’Aglianico (parfois complétés d’un peu de Merlot ou de Piedirosso…), récoltés hors de la DOCG. Généralement prêts plus jeunes, un peu moins extraits, un peu moins élevés, aussi, ils peuvent séduire car ils combinent la pureté d’un fruit très frais et la structure et la charpente acide de l’Aglianico, sans le côté étriqué de certaines cuvées de Taurasi un peu usées. Certains affirment quand même un joli potentiel de garde.

Mes préférés: Di Marzo Irpinia Linea Stemma, Cavaliere Pepe Terra del Varo Irpinia Aglianico, Feudi San Gregorio Irpinia Aglianico Ribrato, Villa Raiano Campania Aglianico, D’Antiche Terre Irpinia Aglianico, Borgodangelo Irpinia Campi Taurasini Borgodangelo, Vesevo Aglianico del Beneventano, Feudi San Gregorio Irpinia Aglianico Serpico et I Capitani Irpinia Rosso Emé.

Hervé Lalau

 

2 réflexions sur “Au dessus de Naples, un grand rouge, le Taurasi

  1. Superbe et très complet article : BRAVO !
    Si vous en avez l’occasion, et pour citer quelques autres références, je vous conseille également les Taurasi de Perillo (dans un style authentique et dont les mises sur le marché sont retardées), ainsi que Joaquin ou encore Quintodecimo (domaine de Luigi Moio, célèbre œnologue de Campania).

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.