Osez Osar, vieux cépage italien!

La péninsule italienne est fertile en cépages anciens abandonnés au profit des sempiternels internationaux. Aujourd’hui ressuscités, de-ci, de-là , ils offrent leur originalité aromatique et font le pied-de-nez aux stars galvaudées. J’en ai retrouvé un dans le fouillis organisé de ma cave, une bouteille d’Osar.

L’Oseleta  

Le cépage, d’abord. Il s’appelle Oseleta. Sa trop faible productivité, à peine 40 quintaux/ha, une misère, surtout au sortir de la deuxième guerre, l’ont vu presque totalement délaissé. Dans les années 1980, Masi la redécouvre, s’y intéresse et décide d’en replanter quelques arpents, histoire d’apporter du punch à son Rosso del Veronese, le Toar. En 15 ans, l’Oseleta arrive à s’imposer aux yeux du vinificateur et passe de second à premier rôle. Depuis, l’Oseleta côtoie ses pairs au sein de la gamme de la maison véronaise. Avec écrit en grand Osar Rosso del Veronese sur son étiquette, jeu de mot sur le verbe osare, c’est osé !

Osar 2009 Rosso del Veronese

La robe est d’un cramoisi profond. La petite note animale, histoire de se montrer un rien rustique, s’évapore rapidement et fait place au cacao vanillé rafraîchi de menthe et de basilic. Le fruit, c’est en bouche qu’on le trouve. Un jus imposant l’emplit, mélange charnu et croquant, étonnamment jeune pour son âge. Mûre, cassis et framboise mouillent de leur coulis les plus sèches, figues et dattes. La masse fruitée glisse sur le minéral recouvert des tanins taillés dans une soie rustique. Rusticité encouragée par la nervosité qui se traduit sur la fin par de la cerise mâtiné de chocolat noir.

Le vin : cépage rustique et résistant, il garde ses grappes jusqu’à maturité poussée, voire léger passerillage sur souche pour une récolte de début novembre. La vendange égrappée macère une trentaine de jours. Le vin est élevé pendant 24 mois en barriques neuves de chêne français et reste encore 6 mois en bouteille avant la mise en marché.

L’ampélographe nous dit

                                              Osoleta nella mano

Oseleta viendrait du terme italien ucelli oiseaux qui affectionnent particulièrement les baies du cépage. Il serait autochtone et dériverait d’une variété sauvage régionale. Plante vigoureuse et résistante aux maladies, elle porte des grappes petites et serrées aux baies menues et sphériques de couleur violet bleuté. Cépage tardif autant pour le débourrement que pour la maturité, il donne des vins structurés et très colorés aux arômes fruités et sauvages.

Masi

Le nom de l’entreprise provient d’un lieu-dit de la Valpolicella dénommé Vaio dei Masi. C’est à la fin du 18es que la famille Boscaini, toujours propriétaire, en a fait l’acquisition. Aujourd’hui, si elle étend son domaine jusqu’en Argentine, la firme reste le chantre de l’Amarone, ce Valpolicella suave et particulier. www.masi.it

Ciao

 

Marco

Une réflexion sur “Osez Osar, vieux cépage italien!

  1. georgestruc

    Et comme par hasard un vieux cépage oublié, qui se révèle très qualitatif…notre époque va voir ressurgir la plupart de ces cépages car ils ont été mis aux oubliettes pour des rasions qui ne sont plus fondées aujourd’hui.
    Merci Marco, voilà un vin que l’on a vraiment envie de déguster.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.