Mme Buzyn, quand on ne sait pas….

Les prises de position péremptoires de Mme Buzyn à propos du vin («Un verre de vin, c’est déjà trop», disait-elle sur France 2 en février 2018, avec l’aplomb de l’experte… qu’elle n’est pas), m’ont régulièrement fait sortir de mes gonds.

Mais quand on lit ses déclarations à propos du Coronavirus, ses revirements, ses contradictions, on se dit que l’on peut toujours espérer un jour la voir changer d’avis sur le vin aussi.

Voici un florilège de ses déclarations depuis la fin janvier:

23 janvier: «Les risques de propagation du virus dans la population sont très faibles».

Et le même jour: «Il n’y a, pour l’instant, pas de cas douteux dans l’Hexagone».

24 janvier: «En termes de risque pour la France, des analyses de risque d’importation sont modélisées régulièrement par les équipes de recherche. Le risque d’importation de cas depuis Wuhan est modéré, il est maintenant pratiquement nul puisque la ville est isolée». 

Et puis, le même jour, dans la foulée: «Le premier cas a été détecté à Bordeaux et un deuxième à Paris».

26 janvier: «Le coronavirus est très contagieux mais moins grave que ce que nous pensions».

9 février: «Il n’y a aucun risque quand on croise les gens dans la rue, ce n’est pas cela être en contact avec une personne contaminée. Il faut un contact en face de la personne, un contact charnel. Aujourd’hui, les risques sont très faibles pour l’ensemble de la population».

14 février: «Il est très probable que nous ayons de nouveaux cas».

En conclusion, je me dis que même quand on est ministre, on ne peut pas tout savoir; qu’on a le droit de se tromper; mais que quand on ne sait pas, quand on n’est pas sûr, surtout quand on est ministre, on ferait mieux de ne rien dire.

Hervé Lalau

8 réflexions sur “Mme Buzyn, quand on ne sait pas….

  1. Je réfléchis à ne plus suivre votre blog si vous continuez avec ce ton péremptoire.
    Autant j’ai tout à apprendre par vous sur le vin, autant je trouve votre avis impertinent sur la gestion d’une crise sanitaire qui évolue de jour en jour.
    La qualité d’un vin se prédit-il suivant la météo du jour où il pleut ou du lendemain où il fait beau ?
    C’est le résultat final qui compte.
    Humilité…
    Cordialement, PW

    J'aime

    1. L’humilité? Trouvez-vous que Mme Buzyn en fasse preuve quand elle attaque le vin à longueur de colonnes et d’interviews, sans savoir de quoi elle parle, en confondant alcoolisation et consommation culturelle?
      Et si vous m’avez lu, je suis loin de lui reprocher de ne pas tout savoir dans la crise du coronavirus, je déplore juste qu’elle parle quand elle devrait attendre.
      Péremptoire, moi? Je cite des faits, ses déclarations, et ma seule conclusion est justement qu’il ne faut pas être péremptoire!
      Quoi qu’il en soit, je n’oblige personne à lire mes articles, il y a plein de bons sites de vin.
      Merci de m’avoir suivi jusqu’ici. Et n’oubliez pas que ceci est une coopérative d’écriture, il n’y a pas que moi qui y écris.

      J'aime

  2. J’attends avec impatience de connaître le nom de la personne qui la remplacera au Ministère de la Santé, puisqu’on vient d’annoncer que Mme Buzyn se lance dans la campagne municipale de Paris.
    Et j’espère aussi que ce ou cette remplaçante changera de conseillers en matière de communication sur le vin (notamment).

    J'aime

  3. Le successeur de Mme Buzyn au Ministère de la Santé est donc Olivier Véran, député de l’isère.
    Son curriculum, hélas, ne laisse pas espérer une inflexion fondamentale dans le domaine de la vinophobie, puisque M. Véran a été assistant de la ministre de la Santé Marisol Touraine.
    Et on notera de sa part quelques déclarations assez nébuleuses, datant de 2015, et relevées par le journal La Croix: « alors député socialiste, Olivier Véran avait souhaité diversifier les messages sanitaires sur les bouteilles. Au lieu du seul « L’abus d’alcool est dangereux pour la santé », il avait proposé deux messages : « Réduire sa consommation, c’est réduire les risques pour sa santé » ou « Pour être aidé ou s’informer, appelez Alcool info service ». Deux messages au final rejetés. «On a inventé une nouvelle pratique à l’Assemblée : “l’œno-législatisme”, qui consiste pour un député à citer le maximum de vignobles de sa circonscription tout en faisant leur promotion…», avait alors soupiré Olivier Véran ».
    Mais on notera aussi qu’il a défendu le cannabis thérapeutique et la taxe sur les sodas.

    J'aime

  4. Selon le Premier Ministre, il semble que j’avais tout faux: « Philippe encourage Buzyn, «remarquable ministre» qui sera une «exceptionnelle maire de Paris ». Ca m’apprendra à me mêler de politique… quoique la politique de santé, ça ne devrait pas être qu’une affaire de politiciens

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.