A la santé d’Augustin Florent

C’est un grand bonhomme de la viticulture française. Cela fait plus de trente ans qu’il produit des vins dans la plupart des grands terroirs français.

Pourtant, au contraire des Jeanjean, des Lurton, des Cathiard, des de Boüard ou des Perrin, on ne le voit jamais.

On ne sait pas à quoi il ressemble, ni même d’où il est: de Sancerre, de Beaune, de Libourne, de Vallet, de Beaucaire, de Béziers, de Savoie ou de Bourgueil?

Lui, c’est Augustin Florent, bien sûr.

Mais Augustin Florent n’existe pas. C’est juste une marque. De Carrefour, en l’occurrence.

L’enseigne peut se flatter d’avoir réussi à faire croire à pas mal de consommateurs que ce nom qui fleure bon la ruralité profonde, les bottes dans la glaise… est autre chose qu’une invention de marketteur. Un peu comme le Camembert de Campagne de Lactalis.

Le pire, c’est qu’il y a sans doute quelques belles cuvées sous cette « signature » d’Augustin Florent. Mais je n’aime pas qu’on essaie de me duper. Alors, je préfère boire des vins vinifiés par des vrais gens, sous leur vrai nom, ou des vraies coopératives, ou des vrais négociants qui ne se cachent pas derrière un blaze de fantaisie.

Et maintenant, juste une petite suggestion aux Pouvoirs publics, entre deux projets de taxe:

-attendu que l’on ne peut pas utiliser le mot château sur une étiquette, si le vin n’est pas produit au château.

-attendu qu’on ne peut pas non plus écrire château, même si l’on produit au château, si l’on n’est pas en AOC.

– attendu qu’on ne peut pas écrire 12,8° sur une étiquette, mais 12,5 ou 13°. Même si le vin titre effectivement 12,8°.

-attendu que l’encépagement de certaines AOC est plus réglementé que le nucléaire et mieux surveillé que les fichés S…

-attendu qu’on exige de mentionner l’ajout de sulfites dans un vin, mais pas celui de betterave ni de moût concentré…

– attendu, en bref, que l’étiquetage des vins foisonne de règles idiotes dont il faudra me démontrer qu’elles protègent effectivement le consommateur…

quand exigerez-vous, Mesdames et Messieurs les Responsables, qu’une étiquette qui porte un prénom et un nom de personne, faisant ainsi légitiment penser au consommateur qu’il a affaire à un vin produit par la personne qui le porte, ou au moins ses héritiers, soit effectivement produit par une structure familiale?

Et que font les associations de consommateurs pour faire supprimer ces «marques de complaisance»?

Hervé Lalau

9 réflexions sur “A la santé d’Augustin Florent

      1. georgestruc

        Jambon d’Aoste et Jambon Aoste. Le groupe charcutier industriel de la commune d’Aoste dans l’Isère utilisait la confusion avec l’Italie en utilisant « jambon d’Aoste » ; les italiens via la commission européenne le leur a interdit et, depuis cette date, ils écrivent « Jambon Aoste » ; le « d' » a sauté et cela a été jugé suffisant. Quel monde de compromission !!!

        J'aime

  1. Honoré Lavigne est une des marques de négoce du groupe Boisset, qui l’utilise essentiellement pour des Côtes du Rhône, des Beaujolais et des Bourgogne, à destination de la GD.

    J'aime

  2. georgestruc

    Le but de tromper étant manifeste, les pouvoirs publics, INAO en tête, devraient depuis longtemps faire la chasse à ces patronymes bidons ; leur liste doit être bp plus longue que l’on imagine. Pas loin de chez moi, Camille Cayran est une marque de la coop de Cairanne ; tout le monde imagine que le père fondateur de cette coop s’appelait ainsi, mais il n’en est rien…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.