Quand Bourgueil tente de sortir du confinement: un résultat mitigé

J’ai été intrigué par un communiqué reçu il y a quelques semaines de la part de l’interprofession des vins de Bourgueil : celui-ci proposait aux consommateurs de leur envoyer, moyennement la somme de 59 euros plus frais de port, un carton de 6 bouteilles avec 6 vins de types différents afin de déguster un peu de la diversité de la production de cette appellation. Le mot appellation est, en l’occurrence, trop restrictif car deux des 6 vins ne portent pas l’appellation Bourgueil : il s’agit, pour l’un, d’un IGP Val de Loire, et pour l’autre, d’un Vin de France. Mais tous ces vins viennent de l’aire de l’appellation Bourgueil. Aussi, je salue cette ouverture d’esprit qui embrasse les expériences variées sans rester enfermé par une AOP.

J’ai donc demandé un échantillon de ce coffret afin de le tester pour vous.

Ce carton inclut, pour reprendre les termes du communiqué, les 6 vins suivants (j’ai modifié l’ordre de leur description pour rester dans l’ordre de ma dégustation) :

Une bulle rosé de cabernet franc, « idéale pour fêter un événement, une bonne nouvelle ou juste se faire plaisir! »

• Un vin blanc sec à partir du cépage chenin blanc, « clin d’œil aux vignerons travaillant actuellement à la création d’une appellation Bourgueil blanc. »

• Un vin rosé sec « pour fêter l’arrivée du printemps. »

• Un vin rouge des terroirs de graviers, « proposant légèreté, souplesse et toute la fraicheur du cabernet franc, autour d’arômes gourmands de fruits rouges. »

• Un vin rouge des terroirs de tuffeau, « au profil plus corsé, présentant des tanins plus prononcés, idéal sur une belle viande. »

• Un millésime à maturité « offrant une grande et belle complexité aromatique: sous-bois, champignons, petits fruits noirs, enrobés par des tanins soyeux. »

Les 6 vins, présentés dans l’ordre, de gauche à droite sur la photo

Mes commentaires de dégustation 

Petites Bulles, pétillant naturel, Vin de France, Stéphane Delattre (prix inconnu mais probablement autour de 10 euros)

Issu de cabernet franc (what else?). La robe est soutenue, comme pour un clairet. Le nez est réduit au départ, légèrement animal, puis avec un fond de fraise en confiture. La bouche est pleine de gourmandise, entre fraise fraîche et en confiture. Une très légère impression de douceur, bien discrète, apporte de l’agrément. C’est un joli vin de soif, très facile à boire et parfait à l’apéritif. Comme la photo l’indique, nous avons fini la bouteille (en deux séances) !

Chenin 2018, IGP Val de Loire, Domaine des Ouches (11,20 euros)

J’ignorais qu’on préparait une éventuelle appellation blanc à Bourgueil. En tout cas, j’ai dégusté de bon chenins dans le coin mais celui-ci, malheureusement, n’est pas une franche réussite ! Peu aromatique, à la fois dur et vif en bouche, manquant de charme, ce n’est clairement pas ma tasse de chenin. Il finira à la cuisine, je pense.

Bourgueil Rosé 2018, « Shadocks », Marchesseau (prix inconnu mais probablement autour de 7 euros)

En dehors d’une étiquette fun et un nom qui intrigue, ce vin ne me plaît pas non plus. Rosé pâle, légèrement orangé/ton pêche tendre. Nez végétal, à l’accent de foin. Manquant de fruit et un peu mou en bouche. Pas fameux.

Bourgueil rouge, Yannick Amirault, Le Grand Clos 2018 (20 euros)

Ce vin, censé être le plus accessible par son style, ne l’est guère par son prix car c’est le plus cher de tous ! Mais c’est un très bon vin, avec un fruité intense, pas mal de densité de matière (parce que les raisins étaient à bonne maturité surement), mais avec des tannins souples comme cela sied aux vins du secteur proche du fleuve. Un bon vin très agréable et d’un niveau clairement supérieur à la moyenne pour le type. Seul le prix pourrait constituer un frein pour certains consommateurs.

Bourgueil rouge, Nau Frères, Les Brunetières 2017 (9 euros)

Si la structure est effectivement ferme et « calcaire » par sa texture, comme l’indique le communiqué, le nez est aussi très discret. C’est net, mais encore austère, probablement à attendre encore mais cela manque de fruit. N’ayant pas très envie de le boire, je l’ai utilisé pour faire un dessert de poires au vin rouge : dessert bien réussi grâce à des poires fermes et un peu d’épices, mais aussi à ce vin !

Bourgueil rouge, Lamé Delisle Boucard, cuvée Prestige 2009 (15 euros)

La robe est d’une jeunesse étonnante qui m’a fait penser immédiatement à une soirée mémorable avec mes collègues de ce blog (tous les cinq de l’époque, avec Michel Smith) dans les caves souterraines de ce producteur qui nous avait fait déguster des merveilles qui remontaient au début du 20ème siècle et même de la fin du 19ème ! Oui, les meilleurs Bourgueils vieillissent très bien. Le nez est complexe, plus terrien que fruité, mais pas très expressif. C’est davantage en bouche que ce vin s’exprime autour d’une bonne et belle structure qui s’entoure d’un fruité encore juteux. L’équilibre hésite entre fermeté et délicatesse. C’est long, franc de goût et très beau. Excellente affaire aussi pour un vin qui a plus de 10 ans et qui tiendra au moins 10 de plus.

En guise de conclusion

J’approuve cette idée de faire découvrir la diversité de types et de styles qui peuvent coexister dans la même aire géographique et avec, pour l’essentiel, le même cépage. Mais faire représenter une appellation (ou zone) par des vins dont la qualité est si variable me semble aussi contre-productif. A noter aussi que l’envoi s’accopagne des vidéos explicatifs sur chaque vin. Ils sont trop longs et un peu répétitifs à mon avis.

Je sais bien que le problème d’un organisme qui doit représenter un ensemble de producteurs est d’éviter toute discrimination à l’égard de ses membres, mais si le but de l’opération est de séduire un public, pourquoi ne pas mettre toutes les chances de son côté et faire un tri sévère par la qualité? Pour se dédouaner, l’organisme en question (l’ODG Bourgueil en l’occurrence) pourrait faire appel à des dégustateurs indépendants pour la sélection. Cela se fait dans de nombreux cas, comme pour la sélection annuelle des vins de Pays d’Oc ou des Bordeaux/Bordeaux Supérieur par exemple.

Dans le cas présent, proposer 3 bons vins sur un total de 6 n’est pas suffisant pour convaincre un public de la qualité de la production d’une appellation. Sortir du confinement, oui, mais faisons le bien !

David Cobbold

 

8 réflexions sur “Quand Bourgueil tente de sortir du confinement: un résultat mitigé

  1. Si un jury se compose un jour pour faire une sélection de Bourgueil, je suis partant!
    J’ai participé à des sélections comparables à Fitou, en Pays d’Oc et à La Livinière, et c’est toujours diablement intéressant.

    Aimé par 1 personne

  2. NOUS RAPPELONS A NOS LECTEURS QUE SEULS LES COMMENTAIRES SIGNES SERONT PUBLIES SUR CE SITE. NOUS PRENONS LA RESPONSABILITE DE NOS ARTICLES, NOUS EN DEMANDONS AUTANT A NOS COMMENTATEURS.

    J'aime

  3. guillaumelapaque

    Ils font des bulles et du blanc à Bourgueil ? Je ne savais pas…
    Sinon, « les 5 du vin », puisque vous vous êtes créés autour d’un Bourgueil rosé de PJ Druet, j’ai gardé pour vous plein de magnums de Druet à votre intention, à la Cave de la Dive Bouteille. Je serais ravi de vous en ouvrir un la prochaine fois que vous passez à Bourgueil !
    Et on passera voir les pieds de vigne que vous avez plantés à Benais ! 😉

    Aimé par 2 personnes

  4. bonjour,
    la subjectivité est la base de toute dégustation : vous avez gouté les vins ainsi ce jour la . en écrivant votre critique vous avez figé dans le temps cette rencontre.
    rien ne dit que si vous reconduisiez la même expérience demain ou dans un mois, vous éprouviez les mêmes sensations.

    il y a fort longtemps ( une génération ), un comité de dégustation « filtrait » les vins proposés à la vente à la maison des vins de bourgueil ainsi que les échantillons dégustés par les journalistes. ce fut un échec: les uns criaient à la discrimination , les autres a la censure.

    l’objectif de ce « panier » est de proposer les vins les plus divers et variés possibles afin, non pas de mettre en valeur tel ou tel, mais de présenter le bourgueillois dans sa plus belle parure : l’originalité d’une bonne centaines de vignerons travaillant à faire les vins qui les représentent.

    les vins qui sont ici sont issus de très beaux domaines, conduits par des vignerons sérieux désireux d’offrir le meilleur dans leurs flacon. gageons que la même dégustation refaite sous des cieux moins disgracieux se révélera bien moins systématiquement négative.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.