Col d’Orcia, le retour

J’ai déjà eu l’occasion de vous parler de ce prestigieux domaine toscan au travers d’une de ses cuvées phares, le Poggio al Vento. Cette fois-ci, j’ai envie de vous faire découvrir d’autres vins de la maison, dont je viens de recevoir un petit assortiment.

Ce qui implique sans doute une déclaration d’intérêt de ma part. Alors voila. J’ai un intérêt particulier pour cette maison que je suis depuis plus de 15 ans. Et puis, les malheurs qui se sont accumulés sur l’Italie ces derniers temps m’incitent à parler des vins italiens – pourquoi pas, d’ailleurs, l’Italie est une des grandes nations du vin.

Alors, quitte en en parler, autant choisir des producteurs dont a déjà pu apprécier les productions. Je n’ai donc fait ni une ni deux, j’ai demandé à Paola Tealdi, la directrice export du domaine, de m’envoyer une petite sélection de ses nouveaux vins. Elle l’a fait. Je n’avais plus qu’à me mettre au boulot.

On m’objectera que ce n’était pas une dégustation à l’aveugle – même si les cuvées reçues, pour trois d’entre elle, m’étaient inconnues. Que j’avais un a priori favorable vis-à-vis du producteur. C’est vrai (notez que ça marche dans les deux sens, si j’avais été déçu, je l’aurais été encore plus). Et puis zut, j’avais envie de goûter ces vins, je l’ai fait.

Un mot sur le domaine, tout d’abord.

IMG_2796

Quand je pense à Col d’Orcia, c’est le mot «classe» qui me vient à la bouche ; classe, non comme dans lutte des classes, mais comme dans «la grande classe», ou dans classique, aussi.

Pourtant, il y a aussi du pionnier chez Francesco Marone Cinzano, aux commandes depuis 1973, date du rachat du domaine par la famille Cinzano. Avec lui, Col d’Orcia a connu une véritable mue, passant d’une dizaine d’hectares à plus de 140 aujourd’hui. Mais ce fut aussi un des premiers, à Montalcino, à se préoccuper de l’environnement. Et à passer en bio.

Par ailleurs, les différentes cuvées du domaine sont autant d’illustrations du souhait de mettre en évidence les meilleures parcelles du Val d’Orcia, tout au Sud de l’aire du Montalcino – si réglementairement, on ne peut parler de crus à Montalcino, Col d’Orcia, lui, en produit pourtant bel et bien. Les sols, ici, sont à dominante de calcaire, mais il y a plus que des nuances entre les parcelles, parfois assez dispersées, sans oublier l’importance de l’orientation au soleil et au vent.

Il y a sans doute des Brunello plus à la mode, d’autres plus vieux jeu; ceux de Col d’Orcia me semblent hors du temps. Indépendamment du millésime, qui joue son rôle, bien sûr, ils me surprennent et me rassurent à la fois, à chaque fois que j’ai la chance d’en déguster. Que dis-je, d’en boire….

Col d’Orcia Brunello 2015

Mais illustrons le propos avec le Brunello di Montalcino 2015 de Col d’Orcia. C’est le petit nouveau de la maison, pour cette appellation s’entend. Parce que, allez savoir pourquoi, à Montalcino, même lors des Primeurs (qu’on appelle ici les Anteprime), on préfère faire déguster le vin quand il est sorti de la petite enfance. Ce vin a donc passé 3 ans en grands tonneaux (Slavonie et Allier), puis un an en bouteille, avant d’être mis en marché.

Ne cherchez donc pas la marque du bois, ici, au moins aromatiquement – il accompagne la gestation du vin, il lui permet de s’homogénéiser par un apport d’oxygène ménagé, il ne le marque pas aromatiquement. D’ailleurs, les fruits rouges du nez (mûre, groseille, framboise) sont étonnamment expressifs, et mûrs. Ils se poursuivent en bouche, soutenue par des jolis tannins suaves et eux aussi très mûrs.

Mais plus que tout cela, sans doute, ce qui me séduit dans ce vin, c’est la sensation d’harmonie qui s’en dégage. tout est bien ensemble. Tout est en équilibre. Rien ne dépasse, rien ne pollue. Ce n’est peut-être pas un vin « qui déménage » ou « qui décoiffe » (je peux aimer aussi ce genre de vins, soit dit en passant), mais c’est un vin qui vous fait fondre. Enfin, qui me fait fondre.

IMG_2827

Nearco

Je profite de l’occasion pour vous parler d’une autre cuvée de la maison, dans l’appellation Sant’Antimo – Nearco.

Pour ceux qui ne le sauraient pas, Sant’Antimo (le saint patron de Montalcino) est le non d’une D.O., qui, recouvrant la même aire que celles du Rosso et du Brunello di Montalcino, permet aux producteurs de s’écarter des cépages traditionnels de ces deux appellations. Ce qui est le cas avec ce Nearco (du nom d’un célèbre cheval pur sang italien des années 50), qui assemble Cabernet Sauvignon, merlot et Syrah. Avec ce millésime 2016, cela nous offre un vin plus « carré » que le Brunello, aux tannins un peu plus anguleux, si vous me passez l’expression, et pourtant très intéressant. J’ai adoré ses notes de cerise et d’orange sanguine au nez, sa belle présence en bouche; le vin, à 4 ans, commence à se fondre, les notes d’élevage sont encore là, mais s’intègrent bien au vin. Surtout, il y a une fraîcheur épicée (romarin) qui  nous parle beaucoup plus de la Toscane que du Bordelais ou même du Nord du Rhône. J’aime cette alliance du frais et du solaire.

Je ne suis pas spécialement fan des Supertoscans de Bolgheri, également à base de cépages français, pour la plupart; je trouve que bon nombre d’entre eux recherchent trop l’extraction et boisent trop leurs vins, dans l’espoir d’en faire des Grands Crus (même non classés) de garde. Au risque qu’ils ne s’ouvrent jamais. Avec ce Nearco, Col d’Orcia a superbement évité cet écueil (pourtant également courant à Montalcino, hélas).

Et pour vous récompenser d’avoir lu jusqu’au bout, CECI.

Hervé Lalau

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.