En duo mais séparés, COVID-19 oblige, une dégustation de 3 Champagnes Chassenay d’Arce

Comme vous l’a expliqué Hervé ce mercredi, nous avons dégusté chacun de notre côté les 3 mêmes cuvées du Champagne Chassenay d’Arce. Voilà donc, comme annoncé, nos commentaires ce vendredi rassemblés.

Chassenay d’Arce

L’idée n’est pas d’évaluer le style (à chacun le sien), mais plutôt de montrer qu’à partir des mêmes flacons, sans se concerter, on peut trouver des angles différents de commentaires.

Hervé et moi nous sommes bien sûr parlés, ensuite, histoire de voir quelles étaient nos appréciations. Comme cela se corroborait, pas de clash entre nous, ni pour ces agréables champagnes. En fait, nous avons dit à peu près la même chose, mais pas avec les mêmes mots.

 Cuvée Première

L’avis d’Hervé

Pinot Noir et Chardonnay sont assemblés pour cette Cuvée Première, qui donne un nouveau sens au mot «entrée de gamme»…

Ce qui séduit dès l’entrée, ce sont les fruits bien mûrs (pêche abricot, reine-claude) et les fleurs blanches. La bouche confirme, et à ce tableau champêtre viennent s’ajouter des notes de tilleul, de verveine, de miel d’acacia et de fleur d’oranger. L’acidité est bien intégrée, elle donne sa charpente et son dynamisme à ce vin. La finale offre une amertume très sapide… et l’envie de la deuxième gorgée.

L’avis de Marc

Jaune pâle aux reflets nacrés, les bulles se diffusent avec gaieté pour apporter au nez des effluves de pommes douces, de noisettes et de rhubarbe confite. La bouche acidulée parle le même langage que le nez, y ajoute quelques saveurs fruitées de pêche blanche et de mirabelle. Puis, quelques fragrances de gelée de coing et des groseilles à maquereau installent une texture rugueuse sur la langue, relief perceptible qui booste la longueur rafraîchissante.

La cuvée associe Chardonnay et Pinot Noir. 3 ans de vieillissement en bouteilles sur lies et dosage de 9 g/l

Pinot Blanc Extra Brut

L’avis d’Hervé

Non, le Champagne, ce n’est est pas que du Chardonnay, du Pinot Noir ou du Meunier. Le Pinot Blanc est bel et bien autorisé, même s’il est devenu rare – et encore plus rare en 100%, comme dans cette cuvée millésimée, qui n’est élaborée que dans les grandes années. Une initiative remarquable, puisque chez Chassenay d’Arce, ce cépage représente 1% de l’encépagement.

Le jeu en valait-il la chandelle ? Oui, trois fois oui.

Oui pour le nez, qui nous régale avec ses notes de pomme, de mirabelle et de pierre à fusil. Oui pour sa bouche très franche, vive et très discrètement dosée, qui évoque le raisin frais (un arôme curieusement assez rare dans le vin, produit fermenté). Oui enfin pour sa finale saline. Un vin rare, mais aussi, un vin de grande classe.

L’avis de Marc

Une multitude de perles nacrées s’étire en cordon dense jusqu’à la surface où elles éclatent en mille senteurs. Parfums de pomme verte, de groseille à maquereau, de noix sèche, de pâte d’amande, de racine de réglisse, de chicorée torréfiée, …La bouche, à la fois douce et fraîche, frise sur la langue. Impression coquine du citron frais, du soupçon de bergamote, de la branche de rhubarbe confite, de l’écorce d’orange amère, mélange d’acidités et d’amertumes racées. Puis les papilles s’aperçoivent du gras qui enrobe le minéral un rien salé, des épices maîtrisées par le blanc fruité. Un Champagne qui ne laisse pas indifférent.

100% Pinot blanc, 6 ans de vieillissement en bouteilles sur lies et dosage de 3g/l

 

Rosé Brut

L’avis d’Hervé

Quelle belle robe ! Le saumon éclate à l’œil. Le premier nez est plus discret, mais attendez quelques secondes et avec le fin cordon de bulles monte un joli panier de fruits rouges (cerise, groseille, framboise) ; ils sont rejoints en bouche par des arômes un peu plus exotiques (agrumes, pâte d’amandes) ; c’est élégant, délicat, le dosage est très bien fondu dans la texture du vin. Ce Champagne réconciliera néophytes et connaisseurs. Mais aussi, les apéros, les viandes blanches et les poissons.

L’avis de Marc

La robe saumon propose quelques touches rose violacé, le nez démarre sur le safran et donne d’emblée le caractère épicé du nez. Le fruité vient après, avec ses senteurs d’agrumes confits et de fruits rouges, la fraîcheur aérienne que la bouche a hâte de découvrir.

Celle-ci apprécie le tranchant de la saveur citronnée, du citron vert et jaune avec un peu de kumquat. Vient après la framboise et la groseille rafraîchies encore par de la rhubarbe qui se fondent dans de la vanille comme pour faire un clafouti savoureux. La bulle pendant tout ce temps éclate sans cesse, livrant à chaque éclat des traits de bonbons acidulés.

Assemblage de 60% de Pinot Noir, 33% de Chardonnay, 5% de Pinot Meunier et 2% de Pinot Blanc, 13 % de vins de réserve. Incorporation de 13% de vin rouge élaboré à partir des raisins du vignoble de la Maison avant mise en bouteille. 4 ans de vieillissement en bouteilles sur lies, dosage de 10 g/l

Un mot sur le nouvel habillage

Cette Maison de vignerons créée en 1956, ça ne nous rajeunit pas, a souhaité rajeunir son look. D’autant plus qu’elle propose depuis peu une première cuvée millésimée (2013, en bio). Attirer les regards grâce à un habillage plus actuel est une bonne façon de faire. Surtout quand la qualité suit, comme vous avez pu vous en rendre compte grâce à nos commentaires.

 

Je la trouve sympa cette nouvelle étiquette déclinée sur toute la gamme. Certes plus contemporaine, quoique la précédente ligne ne frôlait pas encre le désuet, elle propose un message plus clair, plus immédiat. Et suscitera, sans aucun doute autant d’engouement que de rejet. On ne plaît jamais à tous le monde.

 

 

 

 

 

 

 

 

L’explication marketing

Le logo symbolise le lien qui unit tous les membres de la Maison. À la fois concentrique, pour exprimer le partage et la solidarité, et excentrique, pour traduire l’ouverture vers le futur. Sa forme végétale et circulaire veut aussi évoquer le cycle de vie de la vigne et le renouvellement des générations de vignerons au sein de Chassenay d’Arce.

L’habillage est riche de couleurs fortes et chaleureuses, évocatrices du style de chaque cuvée. À la fois simples et différenciatrices, les étiquettes rendent les cuvées aisément mémorisables sur les rayons des cavistes. Tout est clair et structuré.

 

 

 

 

www.chassenay.com

Une expérience qu’on aimerait renouveler, mais de notre propre chef et pas contraints par une cause aussi pesante que ce virus à la noix (ça rime avec chinois)!

Voilà, c’est dit !

 

Ciao

 Marco et Her pour une fois (ou plus)

2 réflexions sur “En duo mais séparés, COVID-19 oblige, une dégustation de 3 Champagnes Chassenay d’Arce

  1. Nadine Franjus

    La prochaine fois, j’aimerais m’y associer. Pas pour ajouter des nuances aromatiques que vous développez si bien. Non. Mais pour mâcher la bulle et vous proposer quelques exercices de palpation pour les papilles. Pour ajouter quelques remarques comme celle de Marco « La bulle pendant tout ce temps éclate sans cesse, livrant à chaque éclat des traits de bonbons acidulés. » Voilà qui donne une dimension supplémentaire à la dégustation des bulles.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.