Des bulles, des blancs et des rouges pour l’été – et plus si affinités!

Je poursuis la dégustation des cuvées dites estivales qui me sont parvenues, ne retenant que celles qui m’ont convaincue!

Pour commencer, une bulle du Sud et un blanc atlantique

Blanquette Ancestrale Brut Nature Pet’Nat, SO2 Free

Au tout début du mois, David nous a vraiment donné envie de gouter les vins de Jean-Louis Denois: « les six vins, dont trois bulles et trois vins tranquilles, étaient tous francs et purs par leurs saveurs, et même éclatants de précision, chacun dans son type. Quant aux bulles, aucun défaut sur toute la ligne, avec une délicieuse Blanquette Ancestrale en version brut nature, légère comme une plume et salivante (10 euros)… » https://les5duvin.wordpress.com/2020/05/04/merci-monsieur-denois/

Il se trouve que j’ai eu l’occasion de gouter à mon tour  le Pet’Nat, une nouvelle cuvée 100 % Mauzac élaborée selon la tradition ancestrale. David ayant largement parlé des méthodes naturelles que Jean-Louis Denois revendique et utilise, je n’y reviendrai pas. Simple petit rappel : le vigneron explique « qu’il est aujourd’hui possible d’élaborer des vins sans aucuns sulfites, sérieux et nets, purs et limpides, fruités, séduisants et stabilisés par des méthodes douces, physiques et naturelles.  » Cette cuvée lui donne raison! Mais, ni cette philosophie ni la qualité de ses vins ne m’étonnent guère de sa part, Jean-Louis n’est pas un débutant et il y a bien longtemps qu’il a fait ses preuves, déjà dans les années 90, il s’est fait remarquer pour ses magnifiques pinots noirs et chardonnays qu’il élaborait à Roquetaillade dans son domaine de l’Aigle qui est rapidement devenu emblématique. Il devint alors le pionnier du pinot noir en Languedoc et des grands chardonnays de Limoux. Aujourd’hui, au domaine Denois il s’est totalement converti au bio depuis 2009, (24 hectares dans la Haute Vallée de l’Aude), il continue de se distinguer en y produisant entre autres des bulles d’exception et des sans sulfites depuis 2013, « car cela change vraiment le goût du vin » dit-il.  En goutant son Pet Nat, j’ai repensé à tous ses vins qu’il a élaboré durant toutes ces années, et à son évolution permanente, certes il a toujours été un des meilleurs de sa zone, mais maintenant, il a franchi un autre cap, tout en gardant la technologie, il est devenu un merveilleux artisan. Ces nouvelles cuvées en sont la démonstration. Et donc, s’ il n’y a rien de renversant à ce qu’il se lance dans un Pet’ Nat, c’est un novateur permanent,  ça me surprend  un peu quand même… A son tour, il succombe à l’incroyable succès du Pet’Nat’, quel vigneron un peu branché n’élabore pas son Pet’Nat’ aujourd’hui ? Dans les Salons de vins nature, ils font fureur ! Certes les volumes proposés sont faibles et tous ne méritent pas d’être portés à la bouche et encore moins achetés. Généralement associés à une certaine mouvance de vignerons et aux « bobos », ils sont souvent moyens. Mais le Pet Nat c’est forcément Bio, fun et festif, juste une capsule à faire sauter et bus très frais ils peuvent même être agréables en plus ils ne sont pas très chers et les étiquettes sont marrantes. Bref, ils font fureur chez les cavistes et dans les bars à vins branchés et j’ai eu du mal à associer cette image avec celle de Jean-Louis. J’avais raison, quand on le goute et qu’on se remémore les 1001 autres goutés, on se dit : «ah d’accord, je comprends mieux, rien à voir,  celui-là fait partie des très bons ! » Un Pet Nat, oui mais une vraie bulle de qualité.

Etiquette Pet'Nat

Le Pet Nat de Jean-Louis est un Brut Nature, non dosé, sans aucun sucre ajouté selon une règle bien claire : « doit être issu d’une fermentation unique qui commence en cuve et finit en bouteilles, sans aucun ajout de sucre ». Donc non chaptalisé évidemment, sans liqueur de tirage non plus, mis en bouteille en « vieille lune de Mars » selon la méthode ancestrale. La prise de mousse a été réalisée avec les sucres résiduels naturels du raisin, bloqués par le froid, puis les bouteilles ont été remuées, dégorgées et bouchées sans dosage. Il est resté tout l’hiver à basse température, en lente fermentation. Les sucres naturels ont été épuisés au bout de cette fin de fermentation en bouteilles. Le vieillissement en bouteilles sur lies est court pour donner la priorité à la fraîcheur et à la légèreté.

DBC1DB1F-2A30-4452-ABE7-41A7DBFEF3D4

C’est un Brut Nature léger pur mais de caractère qui peut se boire à toutes occasions … Sa couleur est claire, brillante, son effervescence est légère et fine, aucune trace d’oxydation, aucune déviance, je n’y ai pas trouvé un seul défaut,  juste des arômes de fruits blancs et jaunes,des notes d’agrumes et de plantes aromatiques. Une sensation ultra-fraîche en bouche, aucune agression par les bulles, plutôt une grande suavité et équilibre…le palais est envahi en douceur par une mousse fraiche, aérienne  harmonieuse, jusque dans la finale sans aucune trace de sucre, avec des notes citronnées en finale. Ne parlez pas de persistance, pensez fraicheur et plaisir. Prix consommateur indicatif : environ 10 euros

Guilbaud Frères, LE SOLEIL NANTAIS 2019 – Muscadet Sèvre et Maine AOC sur Lie

 Les Muscadets encore une appellation  qui n’était pas trop présente à LAVINIA, nous avions un vigneron partenaire Jo Landron et avec Guy Bossard, le Domaine de l’Ecu, c’est tout  pour l’appellation si mes souvenirs sont bons. C’est que les consommateurs n’avaient pas souvent envie de boire du Muscadet. Mais je connaissais bien la Maison Guilbaud et je goutais ses vins (que j’appréciais beaucoup) très régulièrement dans les salons. A ce propos, je me souviens combien il était compliqué pour moi de m’arrêter pour déguster, dire que je les trouvais bons et pourtant ne jamais passer une commande! C’est que les choses ne sont pas si simples, il est totalement impossible de référencer tous les vins qu’on aime faute de place, et puis nous étions 2 à décider… Bref,  le Muscadet c’est bon depuis que de nombreux vignerons se sont lancés dans la qualité, comme c’est le cas pour les Frères Guilbaud. La Maison Guilbaud Frères a été créée en 1927 par Edouard et Marcel Guilbaud, avec ses 65 hectares de vignes, la famille Guilbaud vinifie et élève des vins du Val de Loire depuis 3 générations. Au fil du temps, ils ont complété les domaines familiaux et ont aujourd’hui la charge de quatre domaines : le Clos du Pont, le Château de la Pingossière, le Domaine de la Moutonnière et le Clos de Beauregard. Très rapidement, les Guilbaud se sont intéressés au potentiel et à l’identité même du Muscadet, dont les vins blancs sont les seuls au monde à être produits avec 100% de melon de bourgogne. Leur objectif ? Créer des vins avec beaucoup de matière, de densité mais également une acidité bien maîtrisée. Sur les meilleures parcelles à l’intérieur des meilleurs terroirs, accompagnées d’un élevage sur lies de plusieurs années,  ils ont crée des vins qui peuvent être grands.

GUIBAUD-04
La famille Guilbaud

Cette cuvée est une sélection de raisins provenant de différentes parcellaires dont ils sont propriétaires parmi les meilleures de l’aire d’appellation Sèvre et Maine sur les communes de Mouzillon, Vallet et Le Pallet.  Qui dit différentes parcelles dit souvent différents sols, et c’est le cas ici, du schiste un peu de gneiss, un peu de gabbros, voilà de quoi apporter de la complexité au vin. Débourbage à froid sous 24 heures, pressurage pneumatique, et fermentation alcoolique en cuve thermo-régulées. Pas de fermentation malo-lactique. Un blanc atlantique né du Melon de Bourgogne, élevé sur lies en cuves souterraines et inox.  Mise en bouteille numérotée au printemps et en automne. L’élevage sur lies est déjà une garantie de qualité.

Hervé vous a déjà parlé de ce vin en 2015, et je pourrai écrire exactement la même chose que lui 5 ans plu tard : « Le Soleil Nantais est un vin qui donne exactement ce qu’il promet sur l’étiquette: il est solaire et il est nantais. »

GUIBAUD-07

Pourquoi j’ai apprécié ce vin ? Pour son exotisme d’abord, moi qui ne boit pratiquement que des vins du sud, et pour  sa différence! J’ai en souvenir les multiples Muscadets que je goutais  dans les restaurants de la ville quand je travaillais à Nantes pour Vins du Monde, toujours à la recherche de celui  qui enfin me convaincrait, pas évident ! Mais celui-là m’a attiré d’emblée : le nez à la fois floral et fruité évoque la finesse, la fraicheur et l’élégance ; la bouche mure, riche, et généreuse  révèle des notes d’agrumes, de fruits blancs et jaunes mêlés aux touches épicées. Elle s’épanouit avec beaucoup de fraicheur en finale et même quelques rappels citronnés et iodés. Un vrai dépaysement pour moi, qui me fait oublier tous ceux maigres et acides que j’ai pu rencontrer à Nantes. Prix : 7,20 euros

Guilbaud Frères fait partie du groupement Vignobles et Signatures, qui regroupe des domaines de qualité un peu partout en France.

Viennent ensuite les rosés

Grands classiques de l’été et incontournables! J’aime bien les rosés et à vrai dire j’en bois à longueur d’année, l’Espagne lentement mais sûrement offre une  production de rosés résolument tournée vers la qualité, sinon l’excellence quelque fois, je n’en parlerai pas car trop difficiles à trouver en France et je doute que vous puissiez venir passer vos vacances en Espagne cette année!  En revanche, tout près de la frontière, sur la Côte Vermeille vous en  trouverez beaucoup, j’en ai retenu deux totalement différents: un rosé de « Cartes Postales » que je vous conseille de réserver pour l’apéritif et un rosé de gastronomie Terrimbo.

Cellier de l’Abbé Rous – Collioure Cartes Postales rosé 2019

L’Abbé Rous, vous connaissez tous cette « Coopérative créée en 1950 et ainsi nommée en hommage à l’abbé qui vers 1870 devint négociant-éleveur de vins de Banyuls pour financer l’agrandissement de l’église paroissiale sans faire appel à la générosité publique et qui se fit à l’occasion le mécène de Maillol. Installée à Banyuls-sur-Mer, la cave s’appuie sur les 1150 ha de ses 750 adhérents pour proposer toute une gamme de banyuls et de Collioure riche et variée! Mais de là à tomber dans les « cartes postales », il y a un grand pas que je ne m’attendais pas à les voir franchir. Pourtant, ils l’ont fait, je ne sais pas si commercialement parlant ça marche ??? Cette  ‘‘ Cartes Postales’’ est délicieusement kitch, je parle de son image bien sûr qui rappelle les années 50.  En tant que « vieille » catalane, j’ai applaudi à cette magnifique (ça ne concerne que moi) idée marketing ! Certes, on pourrait lui reprocherun air de souvenir local made in China,  mais celui-là il est made in Banyuls au moins, et si vous l’achetez, une fois bue, vous pouvez garder la boutelle, on ne se fatigue pas de la vue du clocher de Collioure ! Alors bien sûr, j’ai voulu savoir ce que valait son contenu.

IMG_5226

La cuvée est issue d’un assemblage des cépages grenache noir (80%) et mourvèdre (20%)e. Elevage cuve.

Bon, passons à la dégustation : Envie de soleil et de fraicheur? Ne cherchez plus, regardez le clocher de Collioure, la mer à ses pieds…Plongez dans ce rosé à la robe très claire, couleur pétale de rose! Un mot me vient à l’esprit pour le qualifier: désaltérant ! D’une grande légèreté, cette cuvée vous offrira ses notes acidulées d’agrumes et de fruits rouges. La bouche est fraîche, croquante et aérienne avec de la vivacité. A ouvrir le plus simplement du monde, idéal à l’apéritif, frais et gourmand, il peut également accompagner des desserts fruités! 8,90€

IMG_5224

Terrimbo Collioure rosé 2019

Derrière Terrimbo, il y a Philippe Gard; dans le monde du vin, on connait bien Philippe, propriétaire de La Coume del Mas, dans le hameau de Cosprons, entre Banyuls-sur-Mer et Port-Vendres, il est l’une des grandes références de l’appellation Collioure.

En 2011, il s’associe pour fonder le domaine de Terrimbo; 1,5 ha en bio, aux pieds des Albères, en bas du village de Cosprons, proche de l’Anse de Paulilles qui s’ouvre sur la Méditerranée. Un terroir unique de schiste orienté sud-est. Un Collioure rouge et un Collioure Rosé sont les deux cuvées du domaine. Les deux s’appellent Terrimbo du nom de la plage de Cerbère, située entre le Cap de Peyrefite et le Cap Canadell. C’est l’une des belles plages de la  Côte Vermeille, totalement sauvage et peu fréquentée (mais il faut un peu marcher).

15403875_1366605136718246_5357719307729842488_o

Terrimbo rosé est un assemblage de Syrah 80% et de 20% de Grenache vinifié et élevé en barrique, sur lies pendant 5 mois.

C’est un a priori, je sais, mais j’ai tendance à apprécier un rosé par sa couleur, s’il est trop pâle, il m’inspire moyennement, en revanche quand je vois une robe d’un rose saumon assez soutenu comme c’est le cas pour Terrimbo, je me réjouis de déboucher la bouteille.

IMG_5209 (2)

D’ailleurs, par tradition, nos rosés roussillonnais sont plutôt foncés. Le nez respire un vin de tempérament, vineux…des fruits rouges sauvages (fraise et framboise) avec des notes épicées. Je suis aussitôt transportée dans le Midi. En bouche, le côté charnu est directement mis en avant, la puissance aromatique de la Syrah se marie idéalement avec les douces notes fruitées et florales du Grenache. C’est plein, c’est rond, c’est fruité, c’est croquant, c’est généreux ! J’ai aimé sa finale longue agrémentée d’une délicate note iodée. La Syrah prend toute sa dimension avec beaucoup de générosité et de gourmandise sans perdre sa fraîcheur. 13,00 €

Deux rouges pour terminer

Fructus Agapé 2018, Beaujolais-Lantignié Domaines Piron

La  réussite de Dominique Piron, l’homme lui-même sont suffisamment connus pour que j’y revienne. Ceux qui le connaissent ne me démentiront pas si j’écris que  c’est un homme sympathique, vivant, passionné et que je crois sincère. Je peux rajouter, que c’est un ambassadeur infatigable, il s’est beaucoup investi pour redorer le blason des vins du Beaujolais et tout particulièrement du Morgon. Pour mémoire,  il est la 14e génération de la famille à être aux commandes  de cette propriété familiale située à Villié-Morgon et il connait bien le vignoble. Parallèlement, il a créé en 1988 une activité de négoce, la société commerciale Piron pour ses achats de raisins à Morgon et, c’était la première en Beaujolais – la maison Fessy a suivi, puis Jadot, Duboeuf…  et c’est à ce titre qu’il siège à l’interprofession depuis 2016. En 2013, il s’est associé avec Julien Révillon, lui-même homme du cru, descendant de 7 générations de vignerons,  propriétaire de 7 hectares de crus. Ensemble, ils ont l’ambition de  produire du Beaujolais rivalisant avec les Grands Crus Bourgogne. Avec les domaines, quelques locations, quelques achats de raisins et des reprises de vignobles puis de nouveaux fermages en 2016, les Domaines Piron vinifient 88 hectares de vigne, en 140 parcelles,  répartis sur plusieurs crus du Beaujolais.  Dans le vignoble, il pratique une viticulture durable et en biodiversité, avec une alternance de labours et d’enherbements. La vinification est traditionnelle, des longues macérations et un élevage partiel et modéré en fûts. Spécialisé dans l’appellation Morgon et ses climats – avec notamment des vignes sur la célèbre Côte de Py, le domaine Piron produit également des Beaujolais, Beaujolais-Villages, Régnié, Brouilly, Moulin-à-Vent, Fleurie, Chénas ainsi que des Beaujolais rouges, rosés et blancs.

Cette toute nouvelle cuvée du Domaine Piron a éveillé ma curiosité pour plusieurs raisons, d’abord le millésime, on a pu lire un peu partout que 2018 est un grand millésime, qui a donné des vins structurés et surout elle est issue de Lantignié ! Lantignié est l’une des 38 communes de l’AOC Beaujolais Villages et compte quelques 35 vignerons. Située à environ 10 km de Morgon, voisine de Régnié, limitrophe de Beaujeu, et à 50 minutes de la place Bellecourregroupe quelques 320 hectares de vignes, sur 60 % de terroirs granitiques, 30 % de pierres bleues et 10 % « autres ». Cette appellation  est de plus en plus revendiquée par les heureux viticulteurs qui en possèdent.

domaine-piron-03

A Lantignié, on se bouge, un groupe de vignerons dynamiques a créé en mai 2017 l’association « Vignerons et Terroirs de Lantignié », Frédéric Berne, son président (Château des Vergers), Sébastien Congretel (L’Epicurieux), Cédric Lecareux (Les Capréoles), Raphael Chopin (domaine éponyme)… 30 des 35 vignerons se sont rassemblés pour faire de Lantignié le premier cru 100% bio. Ils ont établi un plan ambitieux en plusieurs étapes. Premier pas : la mise en place d’un  règlement intérieur  qui prévoit le passage en bio pour 2023 en trois étapes, dont la première est déjà réalisée depuis le 31 mars 2018 : la suppression des engrais chimiques ; puis bannissement des produits phytosanitaires de synthèse (hors désherbants – fongicides et insecticides) au 1er janvier 2020 ; et au 1er janvier 2023 la fin des désherbants chimiques. Coté vinification, le règlement préconise la limitation des doses de SO2 (100  mg/l pour les rouges, 200  mg/l pour les blancs), encourage – sans l’interdire – à ne pas utiliser les  levures exogènes pour respecter les terroirs, et souhaite limiter le recours à la thermovinification. La certification à la parcelle sera  assurée par Bureau Alpes Contrôles. Un contrôle des résidus sur les pesticides sera mis en place.

Les prochaines étapes sont déjà définies : la création d’une marque collective « Les  vignerons  Terroirs de Lantignié », d’un logo et d’un cahier des charges qui inscrit en son cœur la démarche bio.  Objectif  2029 et la création du cru : Beaujolais-villages Lantignié. (Source Evelyne Malnic, https://www.invino-et-veritas.com/2019/04/15/beaujolais-villages-lantignie-vers-une-appellation-100-bio/)

FructusAgapéDomainePironVignoblesSignatures

C’est donc une cuvée  de Gamay issue du « fameux » terroir de Lantignié peut-être le futur 11 ème Cru du Beaujolais? Sa robe rubis est d’une belle profondeur et intensité. Un nez jovial et expressif où les arômes floraux, fruités se marient dans un bouquet très aérien. Dans un style croquant, la bouche est juste et offre une trame aromatique séveuse très équilibrée offrant un plaisir facile! Du fruit, une matière soyeuse mure, un peu d’épices délicieux, de la fraicheur, tout ce qu’on peut attendre d’un bon beaujolais-villages! PRIX TTC: 12,00 euros.

Côtes-du-Rhône Domaine Brusset 2019, Sans sulfites ajoutés.

Je vous ai déjà parlé de ce domaine bien que je ne le connaisse pas aussi bien que Marco. Relisez son papier https://les5duvin.wordpress.com/2017/10/06/laurent-brusset-un-personnage/ et vous saurez tout sur Laurent Brusset.   Marco noust dit que : C’est un personnage et un excellent vigneron. Pour le personnage, je ne sais pas mais pour le reste je confirme. En deux lignes, ce fut André Brusset, le premier, qui en 1945 commercialisa ses vins en bouteilles. Ensuite, Daniel et son fils Laurent perpétuèrent la tradition en agrandissant le domaine qui s’étale aujourd’hui sur 87 hectares divisés en 4 appellations : Gigondas, Cairanne, Ventoux et Côtes du Rhône. Les vins rouges représentent ici 95% de la production et la gamme s’élargit encore avec cette dernière cuvée.

BrussetSansSulfitesAjoutésCôtesDuRhôneRouge

C’est un assemblage  de Grenaches et Mourvèdres issus d’un sol argilo-sablonneux très caillouteux. Récoltés à la main, ils sont éraflés, vinifiés sans levurage, 10 jours à 22°C puis le vin est élevé intégralement en cuve ciment.

Ce vin  n’a absolument pas souffert de l’absence de sulfites, il  est d’une grande pureté, c’est une réussite. Sa robe rubis est limpide. Son nez offre des arômes intenses et frais de cassis et de mûres, et des notes d’épices douces. L’attaque est franche, vive, fruitée, un palais rond et bien équilibré, avec des tanins doux. L’ensemble est fondu,  avec bonne acidité qui le rend dynamique. Prix TTC départ cave : 8,50 euros.  www.domainebrusset.fr

Avec la chaleur, on peut donc trouver des vins faciles à boire, attention à bien les choisir, l’appellation largement utilisée par les vendeurs « vin de soif » n’est pas toujours une garantie de plaisir! Légèreté d’accord, mais finesse, caractère, équilibre et fraicheur ne sont pas si faciles que ça à trouver. Même les rosés en terrasse,  et les barbecues méritent des vins simples mais bien faits!

Hasta pronto,

MarieLouise Banyols

11419000_393529210841221_1728980916_n

8f545c75b6807a020414391454496cb9
L’autre cuvée « carte postale » de L’Abbé Rous

3 réflexions sur “Des bulles, des blancs et des rouges pour l’été – et plus si affinités!

  1. Merci d’avoir mentionné le Domaine de l’Aigle et l’exceptionnelle maîtrise des pinots noirs en Languedoc, dans les années 90, qui manquaient dans le premier article sur Jean-Louis Denois. Ayant eu la chance de déguster ses vins à plusieurs reprises et il y a peu, toute la gamme de ses effervescents, je rejoins votre description de Pet’Nat, très pertinente, et enthousiaste, comme tous vos billets. Par les temps qui courent, c’est rafraichissant.

    J'aime

  2. David Cobbold

    Excellente sélection encore une fois avec des vins ayant de la personnalité et un esprit de fraîcheur tellement nécessaire en été, du moins pour les cuvées que j’ai dégusté récemment, comme le Limoux méthode ancestrale et l’excellent Beaujolais Villages de Dominique Piron et son associé.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.