Tavel, cru du Rhône extraordinaire

Tavel ce n’est pas du rosé, c’est du Tavel. Et j’insiste ! Pourquoi ? Parce que ce cru rhodanien dédié à la tendre couleur est en-dehors des clous des rosés de plus en plus décolorés. Il y a eu certes, il y a peu, quelques velléités, un léger élan pour faire du ‘rosé’, mais l’AOC s’est bien vite rattrapée. Ici, on fait du Tavel, point ! C’est-à-dire, un vin qui arbore la couleur du rubis aux nuances écarlates et qui offre ce caractère vineux délicieux.

Tavel, c’est aussi un ensemble de terroirs bien différents les uns des autres qui se déclinent en trois entités particulières. Paysage intime, dissimulé entre bois et bosquets ou entouré de garrigue, il se love dans les combes calcaires, s’enfouit dans le sable ou chevauche quelques lambeaux de la terrasse villafranchienne.

                                                            photos Marco

Je rêve d’être assis sur une lauze, être là à contempler le patchwork fait de carrés de vignes qui entourent villages et bourgades, un verre à la main.

Mais le verre, c’est avec Hervé que je l’ai partagé, c’est bien aussi, pour ensemble vous offrir notre sélection de Tavel.

 

Trésor des Sables 2019 Tavel Les Vignerons de Tavel

Robe au rosé prononcé style clairet qui révèle un nez de prunelle, de fraise et de cerise acidulée, une senteur de crème transforme les baies en clafouti, du poivre noir, du thym et de la sauge vient relever le débat fruité. La bouche gourmande, bien ronde donne presque une impression sucrée, toutefois bien contrebalancée par la fraîcheur à l’accent des fruits rouges.

Assemblage de 50% de Grenache noir, de 15% de Carignan, de 11% de Cinsault, de 12% de Clairette, de 8% de Mourvèdre et Syrah, de 4% de Picpoul et Bourboulenc qui poussent dans la partie sableuse du Cru.  La vendange macère de 48 à 72 . Fermentations de 10 à 15 jours à basse température (13°-14°C). La cuvée est issue d’un assemblage de jus de goutte. https://cave-tavel-lirac.fr/

Château de Trinquevedel 2019 Tavel

Rose corail, il respire les fraise, framboise et groseille qui se mutent en un délicat distillat, liqueur de vieux garçon qui donne bien envie d’y tremper les lèvres. La bouche en raffole de ce breuvage très frais, croquant et juteux où la petite impression tannique, les épices, les senteurs de garrigue rend apportent structure et complexité. La longueur ragaillardie par l’amertume délicate du romarin laisse un agréable souvenir.

Assemblage de 55% de Grenache, 18% de Cinsault, 10% de Syrah, 13% de Clairette, 3% de Mourvèdre et 1% de Bourboulenc qui poussent dans un sol de sable et de galets roulés. Vendange éraflée et macération pelliculaire à froid de 24h. Assemblage des jus de saignée et de presse. Débourbage à froid au bout de 24h Fermentation alcoolique de 10-15 jours. Élevage de 6 mois en cuverie inox pendant www.chateau-trinquevedel.fr

Château d’Aqueria 2019 Tavel

Rose pivoine au léger carmin hume la groseille et framboise, la griotte aussi. Le parfum des baies se mêle de thym et de sauge, d’un rien de poivre et de l’odeur subtile et fumée du cade. La bouche gourmande offre beaucoup de peps et de légèreté aérienne, un côté sec fruité qui attise notre soif d’en boire. Des épices viennent renforcer la tonalité des notes florales du genêt et de la lavande. Ça croque, ça plaît, vraiment gourmand !

Assemblage de 45% de Grenache Noir et Blanc, 20% de Clairette, 15% de Cinsault, 8% de Mourvèdre, 6% de Syrah, 4% de Bourboulenc et 2% de Picpoul qui poussent dans un sol de sables et d’argiles en coteaux. Vendange éraflée et élevage de 10 mois en barriques dont ¼ neuves. www.aqueria.com

Domaine des Carabiniers 2019 Tavel

La robe rubis lumineux aux reflets améthyste enchante l’œil. Les effluves de cassis, de framboise et d’orange sanguine se nuancent de baie de genévrier et de pistachier térébinthe. L’impression de puissance gourmande apporte tout de go un grand plaisir de dégustation. Il y a du croquant, du jus, l’impression à la fois fraîche et sucrée des gelées de fruits framboise, mûre, groseille et cassis embaumées de thym et de cade nous transporte dans la garrigue. Une dynamique imparable avive tous les parfums, les rend sapide. Enfin, la longueur aux notes épicées au leitmotiv fruité semble infinie.

Assemblage de 50% de Grenache, 20% de Cinsault, 15% de Clairette et 15% de Syrah conduits en biodynamie sur un sol de lauzes. Vendanges de nuit pour éviter l’oxydation et les températures élevées. Macération de 24 à 36 h, fermentation régulée à 21°C. Bâtonnage sur lies fines après soutirage.  www.biodynamicwine.bio

La Dame Rousse 2019 Tavel Domaine de la Mordorée

La robe rubis teinté d’écarlate hésite entre fruit et garrigue, du coup, elle propose des duos, thym et fraise, framboise et sauge, sarriette et groseille. Une agréable onctuosité vient enrober les fruits rouges où la groseille domine. L’amertume du zeste de citron jaune renforce la fraîcheur des baies, des herbes aromatiques. Des épices orientales déboulent et apportent un complément de raffinement. L’assise minérale au grain perceptible raffermit la structure et accentue la sapidité.

Assemblage de 40% de Grenache, 35% de Syrah, 15% de Cinsault, 5% de Carignan et 5% de Mourvèdre conduits en mode biologique sur les trois types de sols que comptent le cru. Vendanges manuelles, éraflage total, quelques heures de macération. www.domaine-mordoree.com

Domaine Lafond Roc-Epine 2019 Tavel

Rubis rose violacé, au nez dont la fraise se poivre et la cerise s’épice de réglisse. Bouche minérale, élégante et croquante, avec de jolies notes fruitées et graciles, framboise, groseille, un peu de poivre et de sel. Et l’amertume de l’écorce de cédrat qui vient amplifier avec grâce la fraîcheur. Une impression légère d’épices douces accompagne la longueur.

Assemblage de 60% de Grenache, 10% de Cinsault, 10% de Syrah, 5% de Carignan et le reste Clairette, Picpoul, Bourboulenc, Mourvèdre qui poussent dans les trois formations géologiques. Vendanges manuelles égrappées à 100%, macération de 48 h entre 8°C et 10°C, afin d’obtenir une couleur plus intense, davantage d’arômes et plus de concentration. Pressurage et fermentation entre 16 à 20°C pendant 8 à 10 jours. www.domaine-lafond.com

Domaine des Muretins 2019 Tavel

Une robe vermillon écarlate assez étonnante, une flopée de notes de cerise confite, de gelée de groseille et de framboise qui éclate au nez. Une bouche agréable, délicate, avec de jolis fruits juteux et croquants, un léger minéral qui s’exprime par très léger perlant. Ce dernier met bien le charnu des baies en évidence. Un vin un peu en dehors des clous habituels, mais frais et rafraîchissant.

Grenache Noir et Blanc, Syrah, Cinsault, Picpoul dont les parcelles reflètent l’ensemble des sols présents sur l’ensemble de l’appellation en conversion en mode biologique depuis 2018. Macération pelliculaire dans le pressoir, suivie de 48 h de débourbage à 12°C, fermentation autour de 15°C. Élevage en cuve et en fûts pendant 5 mois. www.dauvergne-ranvier.com

Domaine Corne-Loup 2019 Tavel

Rose sombre aux allures de clairet dont le nez respire la cerise confite, de confiture de pastèque, le sirop de grenade, les zestes d’orange sanguine. Mélange bien fruité qui attise les envies buccales. On retrouve bien ces saveurs en bouche avec le côté gourmand du confit bien épicé de poivre et de plantes des garrigues. Un rosé très vineux dont le charnu apporte du relief à la texture onctueuse.

Assemblage de 60% de Grenache, 15% de Cinsault, 10% de Syrah et 15%de Mourvèdre, Clairette et Carignan qui poussent entre les galets de la terrasse Villafranchienne du plateau de Vallongue.

Rose foncé, nous avons beaucoup apprécié ces quelques flacons qui ont une place sur nos tables, tant en été que durant les longues soirées d’hiver. Ce fût notre première dégustation ‘déconfinée’, une belle entrée en matière pour la suite des évènements.

Ciao

 

Marco

15 réflexions sur “Tavel, cru du Rhône extraordinaire

  1. Ayant participé à la dégustation, je confirme. Très beau pourcentage de beaux vins à Tavel cette année. Les dégustations suivantes (de rosés) ont été nettement moins convaincantes.
    PS. Au 19ème siècle, notre ami Rendu disait que le Tavel était « de couleur claire ». Pour un rouge, s’entend, car il ne l’aurait pas classé dans les rosés.

    J'aime

  2. C’est assez extraordinaire qu’ils aient gardé leur identité et qu’ils n’aient pas succombé à la mode des rosés pâles! J’aime beaucoup les Tavels mais peu de cavistes en proposent!
    Merci Hervé et Marco pour ce papier!
    MLB

    J'aime

  3. David Cobbold

    Je dirai plutôt que les Tavels, comme les Clairets et quelques autres, de plus en plus rares, sont les seuls VRAIS rosés, avec des saveurs et une structure en plus de la couleur. Les autres sont des blancs qui s’ignorent.

    J'aime

    1. georgestruc

      Bien d’accord, David, ce sont là de vrais rosés, élaborés avec un respect de la matière qui dépasse de très loin les techniques habituelles d’élaboration des rosés pâles qui garnissent les linéaires de la GD. Cahier des charges précis définissant également les techniques de vinification. Etre d’accord avec David, cela se fête ; je vais aller sur le champ allumer un cierge à ND des Vignes, notre belle chapelle de Visan.

      J'aime

  4. Nadine Franjus

    Merci pour cette présentation. J’aurais bien aimé avoir un peu plus de description de ce qui fait la différence entre Tavel et le Rosé. Vous dites « la couleur et le côté vineux ». Ce n’est pas si évident dans ces commentaires qui mettent surtout en avant le fruité fruits rouges. On sent qu’il se passe un truc avec la garrigue et l’amertume, mais quoi? Y a-t-il des différences notables entre tous les Tavel que vous avez goûté? Plutôt quoi? J’ai lu avec intérêt votre dégustation mais elle m’inspire d’autres questions. Sans obligation, bien sûr.

    J'aime

    1. Peut-être une impression de plénitude, de densité, de volume fruité que les rosés de plus en plus clairs n’offrent plus. Le léger côté tannique aussi qui apporte un soupçon de mâche, de texture plus sensible pour les papilles. Les accents ‘terroir’ comme la garrigue et le floral. Quant à savoir s’ils sont tous comme ça, bien évidemment non, ce serait trop beau et puis une appellation où tout est bon, ça n’existe pas. On a gardé la moitié comme le dit Hervé, ce qui n’est pas si mal, vu nos critères relativement hauts. Le souci, comme dit Marie louis, c’est que les cavistes hésitent à en proposer, la clientèle préfère les pâlichons aux bien affirmés.
      Marco

      J'aime

    2. georgestruc

      Ce qui se passe avec les « arômes de garrigue », locution convenue depuis longtemps, concerne la perception de molécules qui s’apparentent aux huiles essentielles de thym, de romarin, de laurier, mais aussi du pollen des fleurs de chênes verts (qui a respiré avec attention les fleurs -chatons- de chêne vert ? peu de monde sans doute) ; ces arômes sont très marquants dans un assez grand nombre de vin du Sud et il est étonnant qu’ils soient présents dans des rosés, sauf que ce ne sont pas des rosés élaborés comme la flotte vaguement colorée qui remplit des quantités impressionnantes de bouteilles livrées aux gogos qui prennent la Méditerranée pour une piscine à débordement. Tavel et Châteauneuf-du-Pape sont très liés par l’histoire, au moment où le célèbre baron Le Roy a conçu la notion d’AOC. Deux crus d’exception, enlacés au-dessus des deux rives du Rhône, dans le grand bal où tournoient toutes les AOC du Sud Rhône.

      J'aime

      1. Nadine Franjus

        Merci Georges, merci Marc pour vos réponses. C’est vrai que le Tavel est un vin de gastronomie, comme les grands blancs de terroir, avec cette mâche en bouche qui le différencie des autres. On pourrait aussi discuter des arômes de garrigue gagnés par sa proximité des vignes. Le raisin sait très bien capter les odeurs qui l’entoure. Il les transmet parfois dans le vin. Je reconnais que la réflexion tsunamique de Georges sur les rosés piscine de la Méditerranée est tout à fait succulente. Mais quand même, vous semblez développer une discrimination pour les visages pâles du rosé.
        Marco, tu ne peux pas dire qu’il n’y a pas de grand rosé en Provence, si? Même sans couleur…

        J'aime

  5. georgestruc

    Très chauvin dès qu’il s’agit de nos Côtes du Rhône, je dirais que Tavel représente un des très rares rosés à posséder un caractère de vin de gastronomie. Une plénitude affirmée, profondeur, puissance très bien maîtrisée. Les effets terroirs se font sentir lorsque les domaines élaborent des cuvées par terroirs séparés : calcaires de la combe de Malaven, sables d’Aqueria, de Trinquevedel et de Manissy, terrasses à galets de quartzite ; vins à forte minéralité, très ciselés, sur calcaires, infinie douceur, fluidité et élégance sur sables, opulence, richesse, fruité dense, sur galets. Et ils savent vieillir. Il y a 3 ans, ouverture d’une bouteille de château de Manissy (Pères missionnaires de la Sainte-Famille), tête de cuvée 1975, vinifiée par frère Roger ; elle était parfaite ; fraicheur conservée, oxydation très légère. Une belle surprise et un enchantement. Cavistes et sommeliers devraient s’évertuer à faire découvrir à leur clientèle les rouges pâles de Tavel. Cela commence à produire des effets positifs. J’adore…

    J'aime

  6. David Cobbold

    Georges, votre expression « (les) gogos qui prennent la Méditerranée pour une piscine à débordement » est une merveille ! M’autorisez-vous à la répéter parfois ?
    Et se trouver d’accord, cela se fête ! Avec quoi ? Un Tavel bien sur….J’opte pour la Mordorée, producteur dont j’ai souvent apprécié les vins..

    J'aime

    1. georgestruc

      Accordé ! Le jour de notre dégustation commune d’une bouteille de La Mordorée (j’apporterai une bouteille de l’Anglore et/ou de Manissy) est difficile à fixer dans les conditions actuelles, mais je vais être attentif à tout événement qui pourrait en faciliter la réalisation. Bon dimanche !

      J'aime

  7. Nadine, il y a de très grands rosés presque transparents absolument succulents. Mais, tant qu’on ne les a pas goûtés, il est difficile de s’en rendre compte ou de l’admettre. Et puis, on aime bien faire des cases, les pâlichons c’est pas bon, les colorés c’est top. Dans les deux catégories, si on veut en faire, il y a tout et n’importe quoi. Le meilleur et son contraire le plus techno horrible.
    Marco

    J'aime

    1. georgestruc

      Je dirais volontiers que la mode fulgurante des rosés pâles a entrainé la production de vins qui ne valent pas tripette. D’où notre extrême méfiance, trop fréquemment justifiée, face à ce genre de produit. Mais Marco souligne avec raison que l’on peut trouver de mauvais rosés très colorés et de très bons rosés pâles. Et puis, il y a ce que l’on attend d’un rosé…La palette des souhaits s’ouvre alors très largement.

      J'aime

  8. Ping : Opération Crémants (1): Bourgogne et Jura  – Les 5 du Vin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.