A la découverte de 2 nouveaux cavas d’Alta Alella via une dégustation virtuelle !

Jeudi dernier, j’ai participé pour la première fois à une dégustation virtuelle via la plateforme Zoom, et c’était vraiment réussi! Josep Maria Pujol-Busquets et Mireia, sa fille, ont présenté deux nouveaux cavas du domaine: la cuvée spéciale AA Bruant « Macerat » 2017 sans sulfites et, Alta Alella 10, millésime 2010, fruit d’un millésime exceptionnel qui a permis de démarrer le projet de cava de la collection ALTA ALELLA 10, avec dix ans de vieillissement.

  • Quelques mots sur le domaine !

Mireia nous a parlé d’Alta Alella comme l’aboutissement d’un projet familial. Le domaine est situé entre les communes de Tiana et d’Alella, dans la zone agricole privilégiée du parc naturel de Serralada de Marina (l’endroit est magique), qui fait maintenant partie de la sous-zone appelée Serra de Mar, récemment certifiée par le Consejo Regulador du Cava. L’histoire a commencé en 1991 lorsque Josep Maria Pujol-Busquets, après avoir fait des vins dans le monde entier, a voulu s’installer chez lui, il a alors acquis, avec sa femme, Cristina Guillén, le domaine Noucentista de Can Genís (6 ha) situé à quelques kilomètres de Barcelone, face à la Méditerranée.

La propriété, en forme d’amphithéâtre, appartient à la plus petite dénomination d’Espagne, Alella, qui a été créée en 1954 et qui n’abrite que 8 bodegas dont les 2 de la famille Pujol-Busquets. Le couple a redonné au domaine son charme d’origine en restaurant le mas et en récupérant les vieilles vignes, certaines de plus de 50 ans. Et, quand ils ont planté, ils l’ont fait avec la conviction alors innovante de travailler uniquement en bio. Quelques années plus tard, en 2015, ils décident d’aller plus loin et créent, au sein du même domaine, le Celler de «Les Aus » destiné à l’élaboration de vins nature.

Mireia, leur fille, les a rejoint depuis 8 ans maintenant et elle est animée par la même philosophie. En mars 2017, l’entreprise a vendu la marque de vins et cavas Privat à Castillo de Perelada et a utilisé l’argent obtenu pour agrandir le vignoble, afin de se concentrer sur la production de cavas et de vins liés au territoire. Leurs 50 hectares actuels leur permettent de travailler uniquement avec leurs propres raisins. Depuis les vendanges 2015, tous les cavas de la famille sont dans les catégories de «Gran Reserva» (vieillissement supérieur à 30 mois) ou de «Paratge Calificado» qui reconnaît le caractère unique de vignobles spécifiques. Les cavas sont commercialisés sous la marque Mirgin, qui unie les prénoms des deux filles, Mireia et Georgina. Tous les cavas sont totalement secs et sans addition de liqueur d’expédition.

Alta Alella produit environ 300.000 bouteilles par an de cavas et de vins tranquilles biologiques et naturels et exporte environ 55% de sa production. Pour J-M Pujol-Busquets, « la grande révolution dans le monde des vins effervescents viendra du travail des cavas avec un concept de vin ». Selon lui, « pour que le cava atteigne la catégorie des grands vins, il devra être élaboré sans liqueur d’expédition ». Fuyant la standardisation, année après année, l’objectif des Pujol-Busquets est de produire des vins qui reflètent le terroir du domaine et les caractéristiques du millésime.

  • La Serra de Mar

Josep Maria reprend la parole et s’enflamme en parlant de son terroir ! «Il faudra maintenant commencer à s’habituer à citer le terroir quand on parle de cava, puisque depuis la dernière règlementation  de la D.O., des zones et sous-zones ont été créées. Serra de Mar fait partie désormais du Comtat de Barcelona et les deux pourront à ce titre figurer sur l’étiquette. Avec le temps, il faudrait que ça évoque chez le client la Méditerranée, la fraîcheur et la capacité de vieillissement. Et, s’il est un peu plus pointu, il connaitra Alta Alella, et saura que nous proposons des cavas marqués par le millésime et le terroir, sans besoin de maquillage et donc sans liqueur d’expédition ».

Le caractère unique du terrain de l’Alta Alella dans la région de Torrent Vallcirera – actuellement reconnue comme «Cava de Paratge Calificado» – avec une composition de pratiquement 100% Sauló (Sauló est le sable obtenu à partir de l’altération des granites. Composé de sables, d’argiles et de limons, cet agrégat a une texture sableuse, une grande perméabilité, très peu de matière organique et des grains anguleux car il n’a pas subi de transport) un sol acide avec un drainage magnifique, qui permet à l’eau de pluie de s’infiltrer, ainsi qu’une pénétration profonde des racines, tout ça confère aux raisins des caractéristiques d’acidité naturelle absolument exceptionnelles.

Mireia nous a expliqué que le sol de Sauló, ainsi que la légère amertume (variétale), associés au le climat et à la salinité due à la proximité de la mer sont les responsables des facteurs différentiels de leurs cavas. C’est ce terroir si singulier qui leur a permis de produire cette collection de cavas, comme expression de la philosophie du « grand vin » et démonstration de l’élégance du temps qui passe. J-Maria qualifie ses cavas de «les plus proches de la mer».

Josep Maria & Mireia 

  • A propos de AA BRUANT « Macerat » 2017 sans soufre

Premiers producteurs de cava sans soufre de la D.O. Cava (depuis la récolte 2006), ils  nous ont présenté une cuvée spéciale avec macération de l’emblématique cava naturel AA Bruant. Il est élaboré au domaine dans une cave appellée les « Aus (oiseaux) » exclusivement consacrée à la production de vins naturels, tous les vins y portent le nom d’oiseaux locaux. AA Bruant est le premier cava nature élaboré selon la méthode ancestrale, à partir de raisins issus de l’agriculture biologique: une expérience. Josep Maria rappelle que depuis sa création, Alta Alella a élaboré des vins biologiques; ainsi, le NU, né il y a 10 ans, rebaptisé AA Bruant, fut le premier cava naturel de la péninsule. Un cava qui a fait école, ouvrant un éventail de possibilités dans la production de vins sans sulfites et qui a obligé la DO Cava a créer une catégorie spéciale pour pouvoir le qualifier de cava.

Le millésime 2017 a été le plus précoce de ces dernières années, avec un excellent état sanitaire. Les températures élevées et la sécheresse pendant la période végétative ont provoqué un démarrage précoce des vendanges et ont donné des raisins aux peaux très saines et aromatiques. L’avancement de la concentration des sucres associé à l’évolution normale de l’acidité, a donné naissance à des vins blancs équilibrés avec une grande capacité de vieillissement.

C’est un cava Brut Nature Reserva monocépage : 100% Pansa Blanca (alias Xarello) d’un état sanitaire irréprochable. Les raisins ont macéré pendant une nuit pour accentuer le caractère du millésime et du terroir. On  a appliqué au vin de base obtenu la « Méthode Traditionnelle», juste avant la fin de la première fermentation. La seconde fermentation a lieu en bouteille selon la «Méthode Ancestrale». Elevé sur lies pendant 3 ans, il a été tout récemment dégorgé, le 25 septembre 2020, sans addition de sulfites ni de liqueur d’expédition.

L’AA Bruant 2017 se veut à l’image de son territoire -Alella et la Méditerranée-, il se caractérise par une robe pâle, un nez très expressif avec ses notes vives d’agrumes, de pomme verte et de fleurs blanches (typiques du cépage), et d’amandes vertes, de noisettes grillées et de pâtisserie. La bouche est assez volumineuse avec une bulle très intégrée et persistante. Des saveurs de fruits blancs et d’amandes rappelant les arômes perçus au nez envahissent le palais. La finale offre une touche saline, très appétissante ainsi qu’une belle amertume. J’ai personnellement beaucoup aimé cette amertume finale qui donnait de l’élégance au cava. Mais deux des dégustateurs en ont été gênés et ont trouvé que la macération, responsable de cette amertume, masquait le terroir.

Pour ma part, j’ai retenu la fraîcheur, la franchise des notes fruitées et l’élégance.  Cette finale saline et amère, ouvrait l’appétit et donnait envie de se resservir. Il n’y a eu que 500 bouteilles et il n’est pas à la vente.

Josep Maria nous a expliqué qu’avec cette vinification, la qualité du millésime avait une grande importance. Par exemple la même expérience avec le millésime 2018 n’est pas du tout probante. «C’était horrible, car la macération augmente le caractère de l’année et les défauts». Il faut un millésime excellent avec un parfait état sanitaire.

  • A propos de Alta Alella 10 Brut Nature Gran Reserva

Il semblerait que l’ouverture de ce cava ait posé quelques problèmes à certains dégustateurs. Il faut juste couper le cordon et avec le couteau couper latéralement la cire. JM a expliqué avoir choisi ce moyen de bouchage car c’était celui qui offrait la plus grande sécurité pour un cava élevé 10 ans et qui n’allait certainement pas être bu rapidement et qui aurait une longue vie. « C’est un cava  de collection avec la philosophie d’un grand vin, l’élégance du passage du temps »

J.M. Pujol-Busquets

 – Quelques mots sur le millésime !

Dans l’appellation d’origine Alella, la récolte de ce 2010 n’a pas été facile du tout. Pourtant tout s’annonçait bien, un hiver froid et pluvieux, avec même une journée de la neige, ce qui est assez rare dans le Maresme, avait éliminé de nombreuses possibilités de maladie de la vigne. Des pluies suffisantes avaient assuré des réserves d’eau adéquates pour faire face à un été chaud. Mais, l’été, avec des températures douces, a ralenti la maturation, dans le but de préserver un état sanitaire irréprochable et une acidité malique naturelle très élevée, typique des grands vins effervescents et qui permet un long vieillissement, JM se rappelle avoir organisé des vendanges précoces à la mi-août. Les contrôles quotidiens de maturité ont permis de récolter les raisins à leur moment optimal, en obtenant le degré et l’acidité appropriés. Josep Maria, explique que « ce fut une récolte où il a fallu beaucoup de sélection mais que le raisin 2010 a une très bonne acidité, des PH très bas qui le rendent apte à un long vieillissement. Rares sont les années où l’on obtient, un grain si sain et avec un degré et une acidité si appropriés, la Pansa Blanca a donné un résultat exceptionnel et donnera des vins très aromatiques et de grande qualité. Un millésime marqué par une maturité plus lente qui nous a permis de démarrer le projet de cava de la collection Alta Alella 10, avec un vin de base d’une magnifique acidité et une structure essentielle pour un long vieillissement ». 

– Le Cava !

Curieusement, il s’agit d’un 100% chardonnay, pas très courant dans le monde du cava. Mais quand on sait qu’un des grands rêves de Josep Maria est de vinifier en Champagne, on comprend mieux. Grand passionné de la Champagne et du chardonnay, c’est donc ce cépage qu’il a choisi pour son cava collection. Mais surtout, ce choix a été dicté par sa conviction que le chardonnay est le seul cépage dont l’acidité naturelle permet de tels élevages!

Pressurage de grains entiers très doux et première fermentation en fûts de chêne français d’Allier de deuxième année. Après un court élevage, la Méthode Traditionnelle Champenoise est appliquée avec un élevage sur lies d’au moins 10 ans. Il est mis en vente après dégorgement sans liqueur d’expédition avec la date de dégorgement sur l’étiquette : 25/09/2020

A partir du millésime 2013, il n’y aura plus d’ajout de soufre.

Robe jaune dorée foncé, intense. Bulles très fines et persistantes. Un nez  puissant reflétant une noble évolution (fine oxydation) avec une grande élégance aromatique, mêlant de douces notes toastées, de fruits secs et de pâtisseries. La maturité est parfaite, et se met au service d’un volume de bouche et d’un crémeux à aucun moment lourd. La texture vineuse, structurée, mêle onctuosité, complexité et ampleur, avec une acidité très marquée en conservant une élégance et une fraîcheur éblouissantes. Finale finement salé, cette cuvée mature joue sur la puissance des saveurs du terroir. Splendide !

Son prix est de 120 euros, mais si on le compare à un Champagne blanc de blancs 2000, on n’en trouve pas à moins de 160 €, son prix est largement justifié. La comparaison avec le champagne s’arrête au prix, c’est tout aussi bon que les meilleurs champagnes mais avec peut-être un peu moins de profondeur, mais plus de vivacité et cette merveilleuse salinité si caractéristique des cavas de Alta Alella.

Pour finir, Josep Maria a rappelé que lui et sa fille étaient des scientifiques, et que leur objectif était de trouver et de développer des variétés résistantes qui s’adaptent à l’environnement pour minimiser le traitement à la fois de la vigne et du vin, en réduisant leur manipulation pour obtenir un produit plus naturel et sincère. De cette façon, ils pourront obtenir des vins qui montrent, à la dégustation, les conditions météorologiques, géologiques et millésimées de chaque année.

A suivre donc!

Hasta pronto,

MarieLouise Banyols

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.