Gourmandises de Noël et Champagne millésimé

Chez nous, en Belgique, ce Noël, si nous décidons de faire la fête des papilles, ce sera sans Papy ni Mamy, car nous n’avons droit qu’à UNE personne en plus de celles qui habitent sous notre toit. Du coup, il ne nous reste plus qu’à nous concentrer sur les victuailles solides et liquides. Se faire plaisir, quoi.

Trinquez par zoom et autre plateforme webique si vous voulez, moi, ça me gonfle.

Pour commencer

Le Champagne, c’est sans doute une tradition, mais ça peut être aussi une envie forte. Le choisir quelque peu âgé, quand quelques années de cave lui auront donné une trame plus ferme, un bel arrondi, sans lui enlever ni sa fraîcheur, ni sa subtilité, mais auront bien développé sa complexité. Avec le Vintage 2012 signé Palmer & Cie les prémices gourmandes se trouvent à l’aise, il a la poigne qu’il faut pour les dompter. Pas de souci avec l’une de nos spécialités belges, les tomates aux crevettes grises.

La mayonnaise n’effraie pas l’effervescent. Il l’efface même pour exhausser la saveur iodée du crustacé qui devient la vedette oubliant la tomate, reléguée au rang de support qui lui sert de scène.

Pas plus inquiété par la smetana, crème aigre qui nappe autant la tranche de pomme de terre cuite que le blini, la première couverte d’œufs d’esturgeon, un osciètre au goût de noisette, le second revêtu d’œufs de truite qui croquent comme les bulles du Champagne. Les goûts se mélangent, se crée alors une alchimie particulière. Qui apporte quoi, de la confusion naît la fusion, extraordinaire de fraîcheur, d’amertume subtile et de fruité délicat, de puissance retenue. Nous mets en jambe pour la suite.

Pas de chips, ni de saucisson, c’est gras et ça bourre.  

Mais qui est-il ce Vintage 2012 ?                                                                                      

Sa robe verte presque luminescente éclate de bulles qui nous mouillent le nez, le parfument d’agrumes, de notes grillées comme une brioche vanillée juste sortie du four. La bulle encore titille espiègle la langue dont la turgescence ausculte les fragrances bacchiques du nectar séduisant. Sa fraîcheur aux goûts de rhubarbe, de citron jaune, de groseille équilibre avec subtilité le confit des poires et des mirabelles. Suavité fruitée qui ajoute l’ananas, amusement exotique, qui apporte un souffle inattendu, exacerbé par le grain tannique, très léger certes, mais qui nous griffe coquin les sens.

En fait, ce Palmer est un séducteur bien armé pour charmer qui vous voulez.

Cette cuvée crée en 1947 assemble 54% de Chardonnay et 46% de Pinot Noir  Dosage : 8g/L, il passe 6 ans sur lattes

Mettons-le à contribution!

Continuons ‘léger’ avec un homard. On le déguste avec les doigts, moment sensuel qui décortique les pinces, mordille la queue, dépiaute le coffre, comme une invitation à peine voilée…  

L’apprentissage de quelques années de cave ont forgé le caractère de notre Vintage. Et à peine sorti de son confinement (il a de la chance) une chanson fredonnée tourne dans l’air. Celle qui nous exploser la tête et l’esprit quand Annie les aime à l’anis, mais qui donne envie à la bulle coquine d’en parfumer l’invertébré.

Homard à l’anis teinté de safran et monsieur Palmer 2012

Quand le décapode sort du four, arrosé généreusement d’une infusion de badiane safranée, la fragrance qui arrive au nez nous fait chavirer, le Champagne aussi. Voilà ce dernier en condition pour entamer la conversation.

Le minéral du vin devise avec l’iode du crustacé et trouvent dans leur tempérament respectif quelques accroches attirantes. L’arrondi délicat du vin tempère le caractère salé de l’arthropode et vient lui lustrer le safran qui en ressort plus éclatant. Quant à l’anis, il fait pétiller le Champenois, renforçant le lustre de sa bulle qui éclate en perles nacrées. Elles viennent enserrer la chair délicate et rehaussent du coup la saveur du plat. Un fruité épicé en émane, ce qui clôt la rencontre… toutefois bien inscrite dans nos mémoires dans la case ‘jouissance gourmande’.

Un plat modulable

Dans le contexte actuel de la bulle + ? selon les pays et les régions, serons-nous X + 1 ou 2 pour la Belgique, X + plus que 2 ailleurs, mais combien ? Difficile de prévoir. Alors, une solution, la caille. Chacun la sienne, c’est agréable, on se resalit les doigts et elle se mange toute seule cette agréable volaille. Et ne laisse pas indifférent le charmeur de la soirée.

Caille rôtie, chicons braisés, émulsion de châtaigne et monsieur Palmer 2012

La peau croquante, la chair bien épicée, des chicons (endives) colorés au four puis braisés pour les rendre fondants, une émulsion de châtaigne enrichie d’oignon, mouillée de bouillon, le tout flambé au cognac. Il y en a un qui va devoir s’imposer.

On le connaît déjà et c’est sans hésiter un seul instant devant tant de richesses qu’il fonce bulles en tête. Mais bien vite, il ne sait plus vraiment où en donner de la tête. On le croit désarçonné, exclu, dépité. C’est oublier son sens de la répartie. D’un bon mot, il séduit la volaille, belle caille quel beau blanc bien nacré vous avez (c’est assez nul, mais avec le champagne ça marche) ! Il l’entoure de fruits et d’épices, c’est un délice. Puis, il s’intéresse à la châtaigne. Trouve sa légèreté superbe et décide de la colorer de sa fragrance exotique pour lui faire voir le monde différemment, plus succulant. Viens le tour des chicons, il reste à peine deux ou trois gorgées du nectar qui a brillé toute la soirée. Alors, comme une évidence, le vin se couche dans ce lit campagnard et y fait une sieste bien méritée.

Gardez-le sur la langue encore un petit moment, vous verrez, c’est apaisant.

Je laisse fromages et desserts à d’autres partenaires.

Passez de bonnes fêtes malgré tout

Ciao

Marco

4 réflexions sur “Gourmandises de Noël et Champagne millésimé

  1. agnesgo

    A défaut de papy et mamy, on peut inviter le « pauvre » de la « part du pauvre »!!!😊
    Quel dévouement d’avoir testé pour nous ces accords alléchants ! 😉 La caille bien sûr, je n’y aurait pas pensé, mais excellent choix pour ce champagne avec une bonne proportion de Pinot.
    Joyeux Noël à X+1 !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.