Châteauneuf, en blanc…

Mon ami Thierry Sabon m’envoie cette photo de ses vignes gardoise en précisant que Châteauneuf-du-Pape aussi est sous la neige.

Ah, le beau manteau blanc!

L’occasion de rappeler que Châteauneuf-du-Pape, réputé pour ses grands rouges de garde, avec sa ribambelle de cépages noirs (Grenache Noir, Syrah, Mourvèdre, Cinsault, Counoise, Vaccarèse, Muscardin et Terret, si je ne m’abuse), produit également de très beaux blancs. Ils mériteraient qu’on s’y intéresse à nouveau de près, un de ces jours.

Hervé Lalau

13 réflexions sur “Châteauneuf, en blanc…

  1. georgestruc

    Très juste, Hervé. Châteauneuf-du-Pape offre des blancs exceptionnels provenant principalement des cépages Grenache blanc, Clairette, Roussanne (qui fait merveille en duo avec la Clairette) Bourboulenc, sur tous les terroirs de l’AOC. Structure bien affirmée, grande richesse aromatique et fraîcheur souvent inattendue font de ces vins blancs des compagnons de mets hautement gastronomiques, à l’égal des rouges ; leur capacité de vieillissement ajoute à leur charme une note très interessante.
    Une large dégustation s’impose en 2021, n’est-ce pas, Hervé ?

    J'aime

    1. A savoir, les Château9 blancs ont une phase de fermeture qui les rend assez désagréables à déguster, il faut les boire jeunes ou âgés de quelques années, entre les deux, on se demande ce qui se passe. Marco

      J'aime

      1. georgestruc

        Exact, en ce moment, les 2013 et 2014 sont agréables et très élégants ; mais 2016 (une année « riche ») est très bien également.

        J'aime

  2. Oui, Georges! Les vins du Rhône nous réussissent plutôt bien en ce moment.
    Comme les Visan (rouges, pour le coup), dont nous avons terminé la première partie de la dégustation avec une belle satisfaction d’ensemble. Plus sous la plume de Marco un de ces jours…

    J'aime

  3. Nadine Franjus

    Château9 !!!!!!, Non, pas ici et pourquoi pas chato9. Allez toutes les lettres sont belles et les longs mots ont le droit à une longue vie aussi. Malgré l’écriture de plus en plus énigmatique des SMS.

    Aimé par 1 personne

    1. georgestruc

      Vous accompagner sur les terres castelpapales a constitué un très agréable moment et bravo pour les descriptions que vous avez fournies dans votre article.

      J'aime

  4. Mike Rijken

    Les blancs se gardent mieux que les rouges , si vous jugez les vins de 20 ans et plus, et leur fraîcheur est toujours frappante. On parle de Grenache blanc, de Clairette, de Roussanne, de Bourboulenc, de Piquepoul, de Picardan et de Terret blanc (rare mais autorisé).
    J’ai lu que mon théorie est confirmées par d’autres dégustateurs. Il vaut mieux boire en général les blancs entre 2 à 5 ans, ou attendre qu’ils aient 10 ans ou plus, car entre temps les vins peuvent avoir un caractère oxydatif. Mais n’ayez pas peur, ça va revenir. Plus une année était chaude et plus vous avez cette effet. Nous parlons souvent d’oxydation mais en faite , je crois que c’ est le même phénomène qu’avec les rouges; mais là, on parle de réduction. Et pourquoi je dis ça? Parce que, si vous laissez le vin blanc assez de temps en carafe, le côte oxydatif disparaît. Le blanc doit digérer l’oxygène. La différence avec le rouge, c’est la matière colorante, les anthocyanes. Ils sont plus vulnérables à la destruction d’une molécule comme l’oxygène. Les blancs n’ont pas ce problème et pour moi, d’ailleurs, c’est pour ça qu’ils se gardent souvent mieux. Mais les consommateurs consomment les blancs de plus en plus tôt, et c’est pour cela qu’on a rarement la chance de déguster des vieux blancs.
    Si vous me suivez sur Facebook , je remets de temps en temps de commentaires sur les vieux blancs consommé. Cher Georges, si vous organisez un jour une dégustation des vieux blancs, je suis volontaire pour fournir des bouteilles.

    J'aime

  5. Mike, Marco et moi venons de faire une petite dégustation de blancs italiens de plusieurs régions (Frioul, Alto Adige, Sardaigne, Val d’Aoste…) qu’il avait sauvés de l’oubli – des vins entre 10 et 20 ans, si ma mémoire est bonne, et nous avons été bluffé par leur état de fraîcheur; et quand oxydation il y avait, elle était assez légère et bien fondue pour ne pas déranger la dégustation.
    Deux exemples ici (le Sirch et le Blanc de Morgex)
    https://les5duvin.wordpress.com/2021/01/06/litalie-pays-de-blancs/
    Votre théorie se confirme donc bel et bien!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.