Un peu de soleil dans mon verre avec Château Ksara

Ce midi, pour fêter dignement le retour du soleil sous nos latitudes, j’ai ouvert une bouteille de Cabernet Sauvignon de Château Ksara, millésime 2012.

Histoire de mettre encore un peu plus de Sud à ma table.

Ce qui me frappe toujours, avec les vins du Liban, et singulièrement avec celui-ci, c’est leur fraîcheur. L’altitude des vignes de la Bekaa compense la situation très méridionale de cette région, ce qui, pour peu que le domaine soit bien travaillé, permet d’obtenir des cabernets bien mûrs, côté sucres et côté phénols, mais aussi d’une bonne acidité.

Celui-ci a même des accents ligériens – et oui, pour moi, amateur de Chinon et de Bourgueil (au moins ceux des années ensoleillées), c’est un compliment. Je veux parler des arômes de petites baies, pas du poivron pas mûr qui vous donne des renvois toute la nuit!

En plus, il me ramène deux ans en arrière, lors de ma visite dans ce pays. Un moment où je ne savais pas ma chance de pouvoir ainsi, d’un coup d’aile, changer d’air, voire de continent, pour partir à la découverte de coins oubliés d’un patrimoine viticole plus vieux que Noé, même si, c’est vrai, entretemps, il y a eu quelques fâcheuses interruptions.

Ce Cabernet Sauvignon libanais s’est avéré un excellent compagnon pour le poulet aux poivrons et aux épices que mon épouse avait concocté. Bref, le plaisir gustatif a rejoint celui, plus immatériel, des souvenirs et de l’amitié qui me lie à quelques gens de ce pays.

Et j’ai eu l’envie de le partager avec vous.

Hervé Lalau

 

3 réflexions sur “Un peu de soleil dans mon verre avec Château Ksara

  1. georgestruc

    Il s’agit du versant ouest de la Bekaa, donc du revers oriental des Monts Liban. Oliveraies, vignes, un peu d’arboriculture et des céréales. Des paysages magnifiques !! Dans la plaine elle-même, peu viticole, des terres rouges sang de bœuf bien identifiables sur Google Earth.
    Le Caladoc a fait son apparition dans le secteur, non loin de là, sous l’égide d’un projet coopératif. La Syrah donne également de très beaux jus. Cabernet-Sauvignon ? Sa présence est souvent due à la région dans laquelle un vigneron a réalisé ses études d’œnologie. Il est revenu avec le cépage majoritaire du lieu… (exagération, certes, mais pas autant qu’il n’y paraît).
    Maintenant que prendre un avion est devenu un acte hautement écocide, tu as raison de souligner combien les souvenirs sont précieux. En revanche, laisser circuler dans les océans des porte-containers gigantesques qui sèment leur chargement (8000 containers par dessus bord chaque année) et polluent à tout va ne semble émouvoir personne. Il faut bien que nos médicaments, nos ordinateurs et nos iPhones parviennent jusqu’au « cher et vieux pays ». Et que nos vins aillent irriguer le Sud-Est asiatique !

    Aimé par 2 personnes

  2. Nadine Franjus

    J’ai eu l’occasion de parler ce mois-ci avec Elie Maamari, l’oenologue directeur export du Château Ksara pour écrire une chronique sur la Revue française d’oenologie. Je partage avec vous nos échanges :
    Elie Maamari travaille au Château Ksara depuis1984 et y a créé le département export qu’il dirige. Il nous fait part des tristes retombées des explosions du port de Beyrouth du 4 août 2020 sur l’activité vitivinicole.
    Le Liban exporte près de la moitié de sa production de vin dans le monde entier, Europe, USA, Canada, Amérique Latine, Afrique de l’Ouest, Chine, Japon, Australie…. Le Château Ksara représente 30% des exportations à lui seul. L’explosion du port a arrêté tous les transports pendant deux mois. Toutes les marchandises empruntent les voies maritimes, la seule route vers Damas est bloquée. Elie déplore une perte de marché qui ne sera pas compensée. Le port n’est pas encore totalement opérationnel. Les retards s’accumulent.
    Elie raconte pourtant avoir eu de la chance car « deux containers en partance vers les USA et qui se trouvaient au port, avaient été livrés sur bateau le lundi 3 août », soit la veille des explosions.
    L’explosion du port a aussi des répercussions sur les importations de produits et matériels. Le Château Ksara travaille avec des fournisseurs français pour tous les intrants. « L’explosion a eu lieu 2 à 3 semaines avant les vendanges, date à laquelle on reçoit généralement nos besoins en produits œnologiques. On était chanceux d’avoir reçu ces produits fin juillet… »

    Aux répercussions directes des explosions, s’ajoutent des problèmes politiques, économiques et financiers. Le Liban est un pays en détresse, affublé d’un gouvernement en conflit. Toutes les démarches commerciales y sont compliquées et le pays dépend des autres pour les produits de première nécessité.
    Elie explique comment ils ont dû ouvrir un compte en France depuis pour pouvoir payer les produits importés et poursuivre leurs activités. Car la livre libanaise a perdu sept fois sa valeur (- 700%). Les banques sont obligées au « capital control » qui limite drastiquement la sortie d’argent. Tous les frais afférents au transport étant réglés en dollars, c’est le marché noir qui domine.
    Le gouvernement, ayant refusé tout compromis, se voit privé des aides de l’étranger. La situation est si détériorée que certains, comme Elie, en viennent à penser que le temps des bombardements était moins dur que ces nouveaux problèmes économiques, financiers et maintenant sanitaires.

    Elie veut pourtant croire aux jours meilleurs et à nos retrouvailles aux Vinalies Internationales par exemple. Il reste le gardien d’un vignoble exceptionnel, le plus haut de l’hémisphère nord (1000 à 1650 m).

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.