Les ravages de l’alcool, du tabac et de la drogue en Occitanie – ou plutôt, du vin…

Notre amie Nadine Adenis nous fait parvenir cette photo de la une du Midi Libre qui tend à prouver que même dans la presse de la première région viticole de France, l’Occitanie, on a vite fait s’associer le vin, l’alcool et les drogues. Au point de choisir une photo où une bouteille de vin semble résumer à elle seule tous les excès, tous les maux de l’intoxication.

Et vous, amis du vin, vous en pensez quoi?

Hervé Lalau

10 réflexions sur “Les ravages de l’alcool, du tabac et de la drogue en Occitanie – ou plutôt, du vin…

  1. Jean Pierre Glorieux

    Anecdote.
    Il y a deux ou trois ans ,dans un Auchan, une promo pour des alcools dont un anisé célèbre et de la vodka.
    Bien qu’aucune dégustation ne soit proposée, je me permis de grincer à la vue de cette promo faite par un jeune couple .
    Le gars s’adressait aux dames et l’accorte jeune femme aux messieurs….

    De manière audible je fis part de ma surprise et émis quelque remarque sur l’opportunité de ces étalages un samedi après midi d affluence.

    – Et toi tu fais pas d’apéro quand il y a un barbecue ?? alors tu la fermes et tu dégages ,écolo de mes deux …! »

    Les deux démonstrateurs furent surpris par la véhémence des propos de ce père de famille poussant un caddie bien garni en prévision de ce fameux barbeuque …!

    Je me fis discret et retrouvai 15 mn plus tard le « barbecqueur » à quelques mètres dans la file de caisse, amples provisions faites pour l’apéro…

    What Else my Dear ???

    J'aime

  2. georgestruc

    Pourquoi ce choix, systématique ? parce que le vin se trouve dans toutes les maisons, que tout le monde en consomme, bon ou mauvais et qu’il fait partie du quotidien des familles, qu’on le veuille ou non. Verser dans la facilité conduit à ce genre d’image. Et puis, dans l’imaginaire collectif, le clodo et son kil de rouge est devenu si commun…Ce qui est navrant, concerne l’aveuglement de la presse alors qu’elle est désormais avertie de ces questions.

    J'aime

  3. Michel Smith

    Navrant en effet, désespérant même…
    Et pourtant le vin c’est de l’alcool.
    Pour nous, le vin est histoire, le vin est vie, le vin est art, noblesse, esprit, magie, voyage, le vin est monde de savoirs et de curiosités…
    Mais c’est aussi, hélas, synonyme d’éthylisme avec son cortège de ravages et de « paradis artificiels » qui le font rejoindre le monde des drogues accessibles, légales dans ce cas, drogues qui tuent aussi bien en Occitanie, qu’en Bretagne, Picardie ou ailleurs.
    Il ne faut pas le nier. Il ne faut pas l’oublier.
    Triste.
    Résultat, je vais noyer mes pensées dans un verre de subtile délicatesse, celle d’un gewurztraminer grand cru Zinnkoepfle 2014 signé Colette, Gérard, Marieet Matthieu Boesch du Domaine Léon Boesch, à Westhalten en Alsace.
    Et pour parfaire mon éducation, je vais le siroter en prenant garde de ne point me saouler sur des miettes de thon blanc de Saint-Jean-de-Luz parfumées au piment d’Espelette !

    Aimé par 2 personnes

  4. Monnier Jean-Michel (Oenologue)

    Personnellement je ne m’arrête pas à cette « photo sensationnelle » qui est là également pour provoquer une profession qui élabore un produit noble (j’y crois encore, sinon j’aurais changé de métier…).
    Pourquoi? Il suffit de regarder le reste de la première de couverture: G. Depardieu accusé de Viols? E Beart qui accuse le gouvernement de rien faire… Honnêtement, cela ne semble pas voler très haut dans ce quotidien régional!
    Chez nous… dans l’ouest de la France, le quotidien régional « Ouest France pour l’édition Pays de la Loire soit 5 départements » m’a ouvert durant 18 mois soit 57 Dimanches, 1 page complète pour que j’explique le milieu viticole et ses métiers, ce fut un plaisir!
    Pas sur que Ouest France, 1er quotidien national vende moins d’exemplaires que le Midi libre… juste qu’ils ont choisi de faire de la pédagogie et non du sensationnel.
    Mais nous sommes dans un pays libre… y compris de ne pas acheter ce média papier.

    Aimé par 2 personnes

  5. agnesgo

    Les ravages de l’alcoolisme sont aussi évidents que ceux des addictions aux cannabis et autres.
    Différence majeure : les boissons alcoolisées sont en vente libre, pas le cannabis, le crack, la coke, … Est ce que ça en fait une cible plus facile à incriminer ? A n’en pas douter !
    Quelle serait la réaction des lecteurs et des pouvoirs publics, si a la place de la bouteille de vin sur cette photo, il y avait quelques joints, des comprimés d’extasy et quelques lignes de coke ? J’en rigole rien qu’à y penser !
    Plus que celui des SDF, le clodo de ma jeunesse, c’est l’alcoolisation des jeunes qui m’inquiète et qui mériterait un débat sur la place publique. Pourquoi des jeunes, parfois mineurs, ont-ils besoin de se saouler une fois par semaine avec des alcools forts ?
    Conformisme, goût, besoin de décompresser ? Ça fait longtemps que je m’interroge.
    Pour en revenir au journal, oui cette une est navrante. Symbolique du journalisme de la dramatisation …qui fait vendre hélas.

    J'aime

  6. Ping : Midi Libre… d’y croire ou pas – Les 5 du Vin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.