Ce que veulent les consommateurs de vin – ou ce qu’en pensent les distributeurs

Qu’on achète ou non ses vins dans ce circuit de vente, un coup d’œil sur les catalogues de foires aux vins des grands distributeurs permet de se faire une idée plus juste de ce qui est censé intéresser le consommateur – et qui ne coïncide pas forcément avec notre perception de professionnels de la dégustation.

Une hirondelle ne fait pas le printemps, mais la foire au vins, si…!

Ainsi, le dernier prospectus de Carrefour Belgique (16 pages, tout de même), met un accent très important sur les vins bio, non seulement par le nombre (une vingtaine), mais aussi par un code de présentation qui les met en avant.

En intro, une page d’explication des différents logos et pictos utilisés pour faciliter le repérage.


Ces vins sont ainsi largement surreprésentés par rapport à l’offre de vins des différentes régions dont ils proviennent, il y a donc une volonté délibéré de la part de l’enseigne de «faire bio». Même quand ce bio nous vient d’Argentine, ce qui incite à s’interroger sur les priorités des consommateurs à la fibre verte: culture bio, ou empreinte carbone liée au transport?

Logo européen du bio, logo français AB, picto « BIO » en toutes lettres, et mention « Vin Biologique », cette gamme espagnole aurait-elle peur que les clients ne remarquent pas qu’elle est bio?

A noter que les vins du commerce équitable sont également mis en exergue, de même que les vins dits vegan. Les vins certifiés HVE, par contre, ne sont pas mentionnés. 

Autre tendance lourde: les lots. Bon nombre d’offres concernent des 2+1 gratuite.

Une dernière petite réflexion perso à propos des médailles aux concours (en l’occurrence, ceux obtenues au Concours Mondial de Bruxelles). Je ne suis pas certain qu’une médaille de bronze soit très valorisante, vu qu’elle suppose qu’il y a deux niveaux de vins supérieurs. Mais ce n’est que mon avis.

Hervé Lalau

 

2 réflexions sur “Ce que veulent les consommateurs de vin – ou ce qu’en pensent les distributeurs

  1. David Cobbold

    Le bio comme label de la conscience « écologique » du peuple en quelque sorte. Manipulation, cynisme ou foutaise : choisissez et vous pouvez cocher plusieurs cases !

    J'aime

  2. ROLAND THIEBAUD

    Ou bien peut-être ce que veulent les grandes enseignes « enfiler » à leurs consommateurs tout en ratissant large, en voulant se faire crédit d’une bonne conduite soit-disant bio!
    Quid des asperges bio du Pérou et des ananas bio du Kénya … et le bilan carbone?
    Vin bio en Argentine! Oui peut-être, mais alors pour être bu localement, car arrivé en Europe, ce n’est plus du bio, vu la dépense en carbone.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.