Cru Condrieu, la grande dégustation (3)

                                                 photothèque Inter Rhône

Voici le dernier volet et merci encore aux vigneronnes et vignerons de Condrieu

Domaine Duclaux

Les Caillets 2019 Condrieu

Une robe jaune vert, au nez bien mûr qui parle de pêche jaune, de pomme douce, d’essence de rose et d’éclat de silex. Très fermé, il faut attendre un peu la bouche pour savourer ses jolies notes de guimauve, de camomille, d’anis et de poivre. La longueur retrouve la rose et ne nous lâche plus…

La cuvée rend hommage à Frédéric Caillet l’arrière-grand-père de Benjamin et David Duclaux et créateur du domaine 1928.  

Les Viognier poussent dans des granits. Vendange manuelle, élevage de 7 mois sur lies en barriques et en cuves.  40€ www.duclaux.fr

Domaine de la Favière

La Vignereuse 2018 Condrieu

Blanc doré, le nez respire la pomme reinette avec sa note délicate de rose. La bouche un peu crispy met en exergue ses saveurs florales de camomille et de genêt qui viennent parfumer les jus de citron et de mandarine, l’abricot aussi. Viennent après de la poire fondante et la pomme douce qui apporte un toucher caressant et frais. Finale un rein mentholée poivrée.  

Les Viognier poussent dans des sols granitiques. Vendange manuelle et pressurage direct, débourbage à froid de 24h et vinification en fûts de chêne à 14°C. Élevage de 12 mois dans les mêmes contenants. 25€

Vidal-Fleury

Condrieu 2018

Doré aux légères nuances vertes, au nez subtilement fruité épicé. La bouche onctueuse dont la belle fraîcheur et le soutient minéral conduisent tout de go vers les saveurs anisées et poivrées avant de nous en offrir d’autres, fruitées cette fois aux évocations de poire, de groseille blanche et de pêche qui installent avec délice leur gourmandise. 

Les Viognier poussent dans des granits. Vendange manuelle, pressurage direct à 70% (pressoir pneumatique). Refroidissement du moût à 12°C. Légère clarification naturelle par soutirage. Fermentation avec levures indigènes 50% en cuves Inox, 50% en foudres. Température contrôlée à 18°C. Fermentation malolactique complète. Élevage 12 mois sur lies avec bâtonnage. Vieillissement en bouteille 6 mois avant expédition. 51,70€ www.vidal-fleury.com

André Perret

Clos Chanson 2019 Condrieu

La robe vert léger doré offre des impressions de gingembre, d’écorce d’orange et de pêche blanche. La bouche à la fois stricte et ample retrouve le gingembre, y ajoute de la poire croquante, de la pomme acidulée, sans jamais dévier de sa ligne lapidaire, ligne forte, intense qui structure le vin, c’est top, c’est bon.

Les Viognier de 50 ans poussent terrasses faites des granits mêlés d’un peu d’argiles, exposés au sud-sud-est. Fermentation alcoolique et malolactique en barriques. Élevage de 12 mois sur lies. 47€

Clos Chanson 2009 Condrieu

La robe doré lumineux nous parle de senteurs confites, évocation d’agrumes et de fruits jaunes, puis encore de foin, d’iris ombrée de poivre. La bouche nous poudre de riz, éclaircit d’un rien l’assise minérale, puis, c’est l’amertume gracieuse de l’absinthe vient renforcer la fraîcheur. Un jus délicat de mirabelle enrichit la finale.

 

 

Chery 2019 Condrieu

La robe vert jaune hume la poudre de riz, le bouton de rose et le genêt. La bouche ample, solaire, nous comble d’aise. Elle reste très fraîche avec ses notes d’orange et de citron jaune, puis évolue vers de plus rouges saveurs aux goûts de framboise et de groseille, étonnant peut-être pour un blanc, mais tellement savoureux. Des épices douces viennent sublimer la complexité. Par contre, attendons-le un peu, si l’équilibre y est, l’harmonie demande encore un peu de temps.

Les Viognier de 60 ans poussent sur un coteau aux granits friables et schistes à mica. Fermentation d’un tiers en cuve inox, le reste en barriques. Élevage de 12 mois sur lies. 47€  www.andreperret.com

Yves Cuilleron

La Petite Côte 2019 Condrieu

Jaune vert, le nez respire la camomille matricaire et la verveine, puis encore les agrumes et la rose. La délicatesse de la bouche séduit d’entrée. Aérienne, elle nous emporte vers des cieux parfumés d’abricot juteux, de pêche de vigne, de poire croquante, mais aussi de plus exotiques comme la mangue et le litchi. La fraîcheur est celle des fruits, savoureuse.

Les Viognier poussent en terrasses exposées sud sud-est dans des granits à muscovite. Vendange manuelle, vinification par parcelle. Utilisation le moins possible de produits œnologiques (levures indigènes). Fermentation alcoolique et malolactique, élevage 50% en foudres bois de 30 Hl et 50% en barriques bourguignonnes sans soutirage, 8 mois sur lies. 30,70€

Les Chaillets 2019 Condrieu

La robe doré vert brillant parfumée de pêche blanche et d’abricot, de poire, évoque tout le raffinement à venir. La bouche parle même langage, le grave dans l’assise minérale. Celle-ci apporte sa tension, vient soutenir le développement fruité, laisse s’insinuer cette racine de réglisse dont l’amertume renforce la fraîcheur. Des épices, poivre blanc, coriandre, nous accompagnent jusqu’à la finale florale aux senteurs de violette et de rose. Mais, attendez-le un peu, pour l’instant il ne révèle que la partie émergée de sa complexité.

Sélection des parcelles sur les sols de granits à biotite. Vendange manuelle, vinification parcellaire. Utilisation le moins possible de produits œnologiques (levures indigènes). Fermentation alcoolique et malolactique, élevage 50% en foudres bois de 30 Hl et 50% en barriques bourguignonnes sans soutirage, 8 mois sur lies. 34,90€   www.cuilleron.com

Clusel Roch

Verchery 2019 Condrieu

La robe vert jaune propose de la guimauve à l’orange, un biscuit à l’anis, une tarte au citron, pour nous appâter. La bouche trance par son minérale qui tend tout de go le vin qui lui ajouter un peu de citron confit pour entretenir l’impression de fraîcheur. Quelques plantes aromatiques viennent apporter leur complexité, thym, sauge et camomille matricaire, qui en fin de bouche ramène de la fraîcheur.

Les Viognier poussent dans les granits à biotites des lieux-dits Vernon et Chery (>Verchery). Vendange manuelle, pressurage direct et débourbage à froid. Fermentation avec levures indigènes en barriques pour l’essentiel et une fraction en cuve inox. Malo faite. Élevage de 1 an en barriques et en cuve inox. 45€ www.domaine-clusel-roch.fr

Stéphane Montez

Les Grandes Chaillées 2019 Condrieu

Vert jaune brillant au nez de poire et de pêche, mais aussi des fruits rouges comme la fraise et la framboise, voilà qui fait envie. La bouche très gourmande, avec cette onctuosité qui plaît d’emblée, cette fraîcheur citronnée, cette amertume racée qui plaît d’emblée. Les fruits respirés, les rouges compris, viennent peupler le palais qui savoure la fraîcheur de leur jus, le croquant de leur charnu. La finale s’épice avec grâce. 

Les Viognier poussent dans 8 parcelles sur Chavanay, Saint Michel, Condrieu et Vérin dans des sols granitiques. Vendange manuelle éraflée, macération pelliculaire de 9h, fermentation malolactique sur lies en barriques et en demi-muids avec quelques bâtonnages. Élevage de 11 mois en 75% de fûts récents et 25% de demi-muids sans soutirage. 29,50€

Chanson 2018 Condrieu

Jaune intense léger vert, nez de tabac blond, de genêt, puis d’abricot et de pêche légèrement poivré. La bouche minérale offre un léger dégagement gazeux qui vient rafraîchir les goûts de biscuit au beurre nappés des gelées des fruits sentis. Une note de fumé tourbé génère une impression terrienne. La longueur se peuple d’épices douces qui font saliver et donne envie d’y retourner.

Les Viognier poussent dans des granits à muscovite. Vendange manuelle, éraflage et macération pelliculaire, débourbage à froid. Fermentation en pièces comme la malolactique, bâtonnages toutes les 6 semaines. Élevage de 22 mois en demi-muids. 35,50€

La Grillette 2017 Condrieu

Vert jaune au nez de violette, de fleurs d’amandier, de mirabelle, de pistaches grillées, de cerise avec un développement épicé aux senteurs de poivre blanc et de coriandre. La bouche hyper subtile, élégante et racé, plaît d’emblée. Ample et dense, la texture onctueuse, mais avec une fraîcheur intense presque vive, la tension minérale certes qui vient équilibrer la richesse gourmande. Une foule d’épices vient relever les arômes de poire, de pomme douce, de pêche, d’abricot, parés de pétales de rose et de violette. Ouah ! 

Les Viognier poussent sur une minuscule parcelle de granit à biotite située à biotite située à Saint Michel sur Rhône au lieu-dit La Cartherie, 1.500 mètres plantés en 1952. Le nom, la contraction de grillé et de violette.  Éraflage, pas de macération, fermentation malolactique sur lies fines, levures indigènes, bâtonnages épisodiques. Élevage de 27 mois en barriques. 47,50€

Aurélien Châtaignier

Condrieu 2019

Robe jaune vert, un nez qui sent le minéral, la pierre concassée humide, avec un rien de fumé qui fait penser au silex frotté. La bouche reproduit la même impression, lapidaire, cristalline, presque austère, ça diffère de l’habitude, mais cette tension particulière plaît. Le fruit vient après, mélange d’agrumes délicats, cédrat, bergamote, et bouquet floral fait de de bouton de rose et de mimosa.

La cuvée assemble 2 parcelles de Limony, toutes deux granitiques mais d’expositions différentes, sud et est. Vendange manuelle, fermentation levures indigènes en barriques, malo faite et élevage de 10 mois en pièces dont 10% neuves. 34€

Laurus Gabriel Meffre

Condrieu 2017

Robe blanc doré au nez de citron vert confit parfumé d’un rien de genêt. La bouche florale nous rappelle la camomille allemande, le genêt comme le nez, un rien de sauge aussi. La texture ferme se tend d’une amertume gracieuse et rafraîchissante. La longueur s’épice avec douceur de curcuma.

Les Viognier âgés de 20 à 30 ans poussent dans des sols granitiques à migmatites sur Malleval, exposition sud sud-est. Vendanges manuelles, débourbage statique à froid, fermentation alcoolique en cuve, fin de fermentation et fermentation malolactique en pièces de 275L. Élevage 16 mois sur lies fines avec bâtonnage pendant les 6 premiers mois. 61€

Condrieu 2016

La robe doré intense aux nuances vertes se parfume d’angélique confite, de jus de mandarine et d’orange sanguine qui présuppose une fraîcheur buccale. La bouche onctueuse offre la fraîcheur attendue. Une légère impression tannique amplifiée par un rien de carbonique lui apporte même une certaine vivacité. Quant aux arômes, ils nous parlent d’agrumes et de fruits jaunes parés d’un pétale de rose.  

Pareil pour la vinification, sauf élevage de 17 mois. 61€ https://gabriel-meffre.fr/

Ici se termine cette extraordinaire dégustation de Condrieu, je vous donne rendez-vous pour celle des Côte Rôtie la semaine prochaine

Ciao

Marco

6 réflexions sur “Cru Condrieu, la grande dégustation (3)

  1. Nadine Franjus

    Quel boulot!!! Bravo Marco. Pourtant j’aimerais avoir un petit plus. Si possible. Avez-vous constaté un profil Condrieu? Je n’ose pas employer le terme de typicité de peur de déclencher la foudre, mais c’est le sens de ma question. Et dans ce profil, y a-t-il des styles différents? Là aussi, il y a l’élevage avec ou sans bois mais aussi des terroirs différents, est-ce significatif dans votre grande dégustation?
    Quand on a la chance et l’opportunité de déguster un tel panel, on en sort des leçons, non?

    J'aime

    1. Difficile de répondre, mais il y a cette texture, ce toucher velouté comme la chair d’un abricot. Fruit que l’on retrouve dans le spectre aromatique des Condrieu. Aussi, comme le pH est haut aux environs de 4 et l’acidité basse avec en plus un degré alcoolique assez haut, la fraîcheur vient de la tension que j’appelle minérale, parce que je ne vois pas d’autre explication que celle-là, c’en est donc un bon exemple, aidée d’un rien d’amertume qui fait partie du bagage du cépage. C’est en fait une alchimie assez complexe, mais très subtile pour arriver à l’harmonie, le déséquilibre alcool guette. Mais quand c’est réussi, il ne faut pas s’attendre à une explosion de goûts, tout est délicat et raffiné, mais suffisamment costaud pour résister assez facilement au bois et aux années. C’est une dentelle résistante et affriolante aux saveurs exquises. Le viognier en est le matériaux, et ce n’est qu’à Condrieu qu’il s’exprime comme ça. Ailleurs le Viognier apparaît différent, parfois même acide sur les terrains calcaires, ce qui est assez logique, et souvent avec des expressions beaucoup plus franches.
      Marco

      J'aime

      1. Jacky RIGAUX

        On doit à Georges Vernay le réveil et le retour dans la lumière de ce vignoble historique de Condrieu créé dès l’époque gallo-romaine. « Les Terrasses de l’Empire » sont nées quand le Rhône était la frontière entre le Royaume de France et le Saint-Empire Romain-Germanique. Le cépage viognier dispose donc d’une longue histoire de contact avec les roches primaires métamorphiques de la famille des gneiss de ce « haut-lieu viticole ». Tu as raison Marco de qualifier le viognier de « matériau ». Il est le traducteur « royal » ou « impérial » de ce lieu à la minéralité bien différente d’un terroir sédimentaire argilo-calcaire où il ne pourrait donner que des vins lourds, larges, épais. Ici, à Condrieu, même avec une acidité faible, on a une texture soyeuse à veloutée, selon la maturité, que fait vibrer une vivacité toujours présente. C’est pour cela que le terme de vivacité est plus parlant que celui d’acidité. ET c’est pour cela sans doute que tu parles de « minéralité ». Je préfère « sapidité ». Car c’est le propre des grands terroirs, quand l’homme a su y trouver les bons cépages traducteurs, que de nous envoyer en bouche des vins sapides. Ce qui est génial à Condrieu, c’est qu’en un si petit terroir on peut trouver une large palette tactile et gustative, selon la qualité des maturités qui peuvent donner des vins à la vivacité alerte, tendus, verticaux, à des vivacités associées à une suavité proche du moelleux. Mais toujours, et c’est pour moi la caractéristique majeure de Condrieu, des vins de texture délicate, à la viscosité salivante plutôt qu’à la consistance opulente, à la verticalité altière. Condrieu est le terroir majeur (le noyau d’élite ?) pour ce cépage capricieux qu’est le viognier. Il se fait oublier pour nous offrir la partition du lieu. Chanceux que vous êtes Marco et Hervé d’avoir reçu cette belle série de bouteilles !

        J'aime

  2. Merci Jacquy et certes autant de Condrieu nous a fait grand plaisir, de les recevoir bien entendu, mais surtout de les déguster. Et très peu de vins se sont vus écartés, ce qui témoigne d’une grande homogénéité de qualité, les millésimes envoyés, une attention plus particulière, … Mais, c’est vrai que le Condrieu est avant tout un vin de toucher, de texture avant d’être un vin aromatique, pour ça il faut avoir la patience de le voir s’ouvrir et nous vivons dans un monde d’impatients. Je ne te cache pas que nous avons pris notre pied. Vendredi prochain les Côte Rôtie, c’est pas mal non plus. Marco

    J'aime

    1. Nadine Franjus

      Merci Jacky, merci Marco, pour ces commentaires supplémentaires qui apportent une autre sensibilité de la dégustation. C’est une belle réponse à mes questions. J’aime bien aussi les balles au bond de Hervé 😉

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.