Une escapade à Ténérife (volet 1, généralités)

Après La Palma et Lanzarote, nous continuons notre escapade viticole aux Canaries.

Ténérife, l’île la plus peuplée et la plus grande de l’archipel des Canaries est dominée du haut de ses 3718 mètres par un volcan toujours actif, le Teide (le troisième plus grand au monde et le plus haut d’Espagne). Même si Ténérife repose aujourd’hui sur le tourisme, c’est un lieu magique pour la vigne. Ses vins ont une histoire ancrée dans ses vignes centenaires.

Un peu d’histoire

La vigne a débarqué à Ténérife au XVe siècle. Ce fut probablement le Portugais Fernando de Castro qui, en 1497, y planta la première.

Aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, l’industrie viticole y connaît son apogée, grâce à la position stratégique de l’île, point vital pour les longs voyages vers l’Amérique, Le Cap et ailleurs. Dès le XVIe siècle, les vins de Ténérife furent exportés en Europe et vers l’Angleterre où ils furent très appréciés; Shakespeare ou Walter Scott en ont parlé, citant surtout la Malvasia dans certaines de leurs œuvres. Ténérife était également une étape incontournable et dans ses ports, tous les marins accostaient pour charger dans leurs navires le célèbre Canary Wine.

Avec la Révolution française, cependant, l’industrie du vin sur l’île connut un ralentissement. L’Espagne conquise par Napoléon, le Royaume Uni (et sa Navy friande de vins) se tourne vers Madère et Porto aux dépens de Ténérife. Par ailleurs, quelques années plus tard, une éruption volcanique détruit le port de Garachico, d’où partaient jusqu’alors les bateaux chargés de vin à destination de l’Europe. Il faudra attendre la fin du XXe siècle, et l’essor du tourisme, pour que l’industrie viticole locale sorte de son déclin.

Jusqu’au 19e siècle, la variété la plus noble et la plus cultivée dans l’île était la Malvoisie. Ce cépage fit la renommée mondiale de ses vins. Elle a même séduit les pères fondateurs des États-Unis, on dit que le toast pour célébrer la Constitution des Etats Unis porté par George Washington a été fait avec la Malvasía des îles Canaries. Les vignobles ont perdu du terrain au profit des bananiers, mais, la vigne n’a jamais disparu de la tradition et reste l’une des principales cultures de l’île.

Climat et sols

La présence du Teide divise l’île en deux influences climatiques, l’une plus atlantique au nord et l’autre plus méditerranéenne au sud. La plupart des vignes de Tenerife sont concentrées dans le nord caractérisé par l’influence de l’alizé qui laisse une mer de nuages ​​sur ses vignes, avec une humidité relative élevée entraînant des complications et des maladies éventuelles. Tandis qu’au sud le climat est plus aride, avec plus d’ensoleillement, mais avec la possibilité de grimper dans la chaîne de montagnes pour jouer avec l’altitude comme un allié qui permet une maturation plus lente et plus fraîche. Une autre singularité repose sur le fait que dans la région de Taganana, au nord-est de l’île, la zone est si difficile d’accès, qu’il y a encore des vignes centenaires non identifiées et qui poussent à l’état sauvage. Comme le phylloxéra n’a jamais atteint l’archipel des Canaries, les vignes centenaires se sont maintenues avec des cépages traditionnels des îles, grâce aussi aux efforts de milliers de vignerons. Pour cette raison Ténérife conserve encore un patrimoine variétal extraordinaire.

L’intense activité sismique dans la région a donné lieu à la formation d’une riche palette de sols, allant des sols de sable volcanique ou de « jable » d’Abona, aux terrasses d’argile de la vallée de Güimar, ou aux sols volcaniques et organiques du nord, qui, avec l’influence climatique et les différentes altitudes offertes par certaines parties de l’île permettent de jouer avec d’innombrables variables lorsqu’il s’agit d’élaborer des vins uniques et représentatifs.

Types de culture

Il est surprenant qu’un si petit territoire héberge une telle variété de raisins et de méthodes de conduite de la vigne. Des bords de mer à plus de trois mille mètres d’altitude, la combinaison des climats locaux, des vents, des précipitations, les sols et l’orientation déterminent le développement du vignoble et donnent naissance à des systèmes traditionnels de conduction de la vigne uniques au monde. En quelques kilomètres, les cultures de la côte laissent place à celles du haut du Teide; des zones les plus sèches et ensoleillées du sud aux zones humides et vertes du nord, caressées par les alizés; vignobles dans la mer de nuages ​​et enracinés dans des terres volcaniques qui lui confèrent une richesse et un caractère uniques au monde. À Ténérife, cohabitent différentes formes de culture de la vigne en fonction de la région et du type de raisin concernés. C’est le résultat de l’interaction entre les cultivateurs de différentes origines qui s’installèrent sur l’île ainsi que son orographie et son orientation vis-à-vis des vents alizés des différentes zones de développement des divers types de ceps.

                                                         Cordón Trenzado

Dans la région de Tacoronte-Acentejo prédomine le treillage bas (0,80 m) soutenu par de petites fourches enfoncées dans le sol. L’ile dispose de beaucoup de particularités uniques, comme par exemple les pieds de vigne en Cordón Trenzado typiques du Valle de l’Orotava.  Dans la région d’Ycoden-Daute-Isora, on utilise plusieurs systèmes, comme le palissage, la taille en gobelet. Au sud de l’île, prédomine la treille basse, tandis que dans les zones plus élevées (comme Vilaflor, la région d’Abona ou los Pelados de Güímar), se trouvent des cultures  conduites en gobelet.

Cépages

Plusieurs vagues d’introductions en provenance d’Espagne, du Portugal et de Madère ont conduit à un patrimoine viticole unique et très varié: le plus célèbre et est le Listán Negro, mais il y a aussi Listán Prieto  et le Listán Blanco (génétiquement identique au Palomino Fino, mais de caractère tout à fait différent) ainsi que la Tintilla, identique, génétiquement, au Trousseau du Jura, alias Bastardo /Merenzao et Albillo Criollo (un autre nom pour Albillo Real). L’autre partie des cépages provient du Portugal et en particulier de Madère, comme le Negramoll, le Verdello et le Gual (mieux connu sous le nom de Boal); tandis que le Baboso Negro est génétiquement identique à l’Alfrocheiro Preto du Dão. D’autres cépages défient de telles attributions: le Marmajuelo, le Vijariego et la Malvasia di Lanzarote sont soit distincts et originaires uniquement des Canaries, soit n’ont pas été associés de manière concluante à d’autres cépages ou ancêtres. L’île abrite pas moins de 82 variétés, dont une trentaine sont en production commerciale.

De gauche à droite Gomera, Listan blanco, Vijariego blanco, Tanagara

En résumé, les cépages plus courants pour les vins blancs sont: le Listán Blanc, la Malvasía, le Gual, l’Albillo Criollo, le Vijariego, le Moscatel, le Marmajuelo et le Verdello.  Les vins blancs furent les premiers à être produits à Tenerife avec des vignes apportées depuis la Grèce. Au début on  cultivait la Malvasia dans les zones plus basses de Tenerife. Elle a un arrière gout anisé, mélangé avec des arômes fruités et floraux et, elle est différente de celle de Lanzarote ainsi que de celle qu’on trouve en Espagne péninsulaire. Aujourd’hui la diversité des vins blanc est très large. Malheureusement, en Europe ils continuent à être méconnus.

Pour les rosés et rouges les cépages les plus habituels sont Listán Negro, Negramoll et Tintilla. D’autres comme le baboso noir sont plus rares car ils sont un peu fragiles, mais le résultat est unique. Par contre, le Listán noir est un cépage très résistant et costaud.

L’île possède cinq régions viticoles et cinq D.O

Sur ses 2.034 km2 de surface, la plus grande île de l’archipel canarien abrite cinq dénominations d’origine. L’année 1985 marque la naissance de la première appellation d’origine concédée à l’île, plus concrètement aux vins de Tacoronte-Acentejo, qui a ranimé le secteur vinicole à Tenerife. Aujourd’hui, l’île possède cinq régions viticoles bien marquées : Tacoronte-Acentejo, Ycoden-Daute-Isora, Valle de la Orotava, Valle de Güímar et Abona. Dans ces régions, la terre volcanique dans laquelle les vignes sont cultivées donne à ces dernières un caractère spécial et des nuances différentes. Elles offrent des vins très caractéristiques, fruits du caractère volcanique et atlantique aux arômes et aux goûts spéciaux.

Il faudrait y inclure une sixième appellation, Vinos de Calidad Islas Canarias qui est née avec l’intention de commercialiser les vins de toutes les îles sous le même parapluie, avec la possibilité d’utiliser des raisins de n’importe où dans l’archipel. Ce qui heurte les sensibilités de ceux qui sont d’abord attachés à leur île.

Cependant, certains producteurs, comme Viñátigo, préfèrent utiliser la DO générique, Islas Canarias, à des fins d’exportation, car « personne aux États-Unis ou au Royaume-Uni ne sait où se trouve Ycoden-Daute-Isora », selon Juan Jesus Mendez, le directeur général de Viñátigo (il exporte 60% de ses 18 étiquettes, dont quatre sont disponibles chez Hallgarten au Royaume-Uni).

Tout ce que Ténérife produit n’est pas excellent: environ la moitié de son vin est vendu en vrac. Ils sont souvent consommés dans des restaurants locaux appelés «guachinches», créés par les vignerons pour vendre leur surplus, accompagné de plats culinaires riches. Cependant, leurs meilleurs vins sont maintenant reconnus mondialement. Le fait que les meilleurs vignobles se vendent désormais jusqu’à 120.000 € l’hectare, plus que toute autre région d’Espagne, en est la preuve. Désormais, grâce à des producteurs dynamiques tels que Altos de Trevejos, Borja Pérez, Envínate, Suertes del Marqués… Ténérife retrouve ses gloires passées et même les surpasse. Tacoronte-Acentejo, le Valle de la Orotava et Ycoden-Daute-Isora furent les trois premières zones de production qui ont lancé une petite révolution viticole à Ténérife.

Dès la semaine prochaine, je vous présenterai mes vins préférés, région par région, en commençant par Abona et Taroconte-Acentejo.

Marie-Louise Banyols

 

3 réflexions sur “Une escapade à Ténérife (volet 1, généralités)

  1. Ping : Marie-Louise Banyols - "Una escapada a Tenerife" - Bodegas Viñátigo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.