De feu et de vin

Voici donc le premier article de Nadine Franjus comme membre à part entière de notre coopérative d’écriture. Bienvenue, Nadine! Car quand le jus est franc, la cuvée est bonne, qu’elle soit vineuse ou rédactionnelle.

Les 5 du Vin

Pourquoi m’engager avec Les5duVin?

Tout d’abord parce que les 5 (qui sont 6 avec le retour de Michel Smith) me l’ont proposé et que c’est une joie d’entrer dans le creux de cette main. Ensuite, j’écris depuis 20 ans sur le monde du vin dans des médias plus ou moins techniques. Mais je n’ai jamais eu le temps et la possibilité d’écrire sur tout ce que je veux. Je ne sais pas encore ce que je ferai de cette liberté totale, ni même si je saurai en profiter, mais j’aime bien cette idée.

Au feu!

Je vais commencer par un sujet qui m’a bouleversé, cet été. Ici, dans l’Aude, nous avons vu brûler notre paysage dans la nuit du 25 juillet. Un feu, probablement déclenché par un mégot négligemment jeté sur l’autoroute A61 entre Carcassonne et Narbonne. Patrick, le berger du village, arrivé en premier sur les lieux, a vu le coteau s’embraser comme avec une bombe.

image-SICOMA64- coteaux de l’Alaric- Photo SICOM

Puis les flammes ont sauté de cime en cime, de vallon en colline, s’arrêtant par-ci par-là pour ratatiner la végétation, spectacle effrayant d’un ogre affamé sorti de l’enfer. Les vignes, plantées à découvert, en périphérie des bois et autour des villages, si petites choses face aux pinèdes en flamme, ces vignes ont tenu tête à la furie. Ce sont elles, avec la troupe de pompiers, qui ont sauvé nos trois villages sérieusement menacés. Elles ont payé le prix fort pour cette résistance involontaire. Prouvant, si c’est encore nécessaire, qu’elles font un excellent coupe-feu. 

Le piémont de l’Alaric, dans l’Aude

Que faire après l’incendie?

Les laboratoires conseillent en préalable de repérer les zones touchées et de mesurer l’impact du feu. L’ICV donne trois zones d’intérêt à étudier : la zone de proximité immédiate, soit jusqu’à 20 mètres de la limite des incendies puis entre 20  et 50 m. Puis jusqu’à 50 m. Les conditions climatiques sont prises en compte, dans l’Aude, le vent soufflait fort avec des rafales jusqu’à 50 km/h. Repoussant les limites de l’impact plus loin encore.

photo ICVVigne fumée dans le Var. Photo groupe ICV

De nombreux travaux de recherche ont été conduits dans les pays gravement touchés comme en l’Australie, les Etats-Unis, le Canada et l’Afrique du Sud. Les analyses montrent des résultats complexes. Il y a au moins deux voies de pollution aromatique. Les molécules odorantes sur la pellicule des raisins sont déposées et stockées dans la pruine (substance cireuse donc collante).  Les premières vont larguer leurs arômes lors de la macération du raisin, le moût prendra immédiatement un goût de fumé. Pour ces raisons, les vins blancs et rosés ont moins de risque de faux goûts.

Au passage, ces études poussées montrent bien que les vignes captent les odeurs environnantes. Bonne nouvelle pour les dégustateurs qui retrouvent des notes de garrigue, de pins, de fenouil et autre végétation de terroir, c’est juste! Il y en a…

Cendres sur raisin. Var. Photo groupe ICV

Une partie des molécules sera transformée pendant la fermentation et ne sera détectable qu’après plusieurs semaines ou plus.  Il semblerait que les composés absorbés par les feuilles ne soient pas toxiques pour la plante et rapidement assimilés. L’essentiel est de mesurer la quantité et le temps d’impact des fumées sur la vigne, les images de détection par satellite sont utilisées pour cette observation. Images fournies par le programme européen Copernicus Emergency Management Service pour l’ICV ou le CNES de Toulouse.

Image cartographie Var . Groupe ICV

Autres dégâts

Les cendres peuvent transmettre leur goût au jus surtout quand il n’a pas plu avant la vendange. Elles peuvent aussi, dans une certaine mesure, modifier le pH du vin (plus basique). Les cendres sont transportées par le vent et les villages voisins ramassent des cendres fines à l’intérieur même des habitations. Le goût de cendre est détectable à la dégustation.

Avion Dash qui verse le retardant

Certains Canadair se rechargent dans la mer, déversant ainsi de l’eau salée qui peut détruire le feuillage. Enfin les produits retardants ne sont pas à usage alimentaire, le raisin touché doit être détruit. Même si le Centre Anti-Poison de Marseille dit que ces produits ne sont pas toxiques pour l’homme, leur composition n’est pas sympathique (93% de phosphate d’ammoniaque); et qui a vu ces étendues rouge sombre après l’incendie n’est pas tenté d’y récolter quoi que ce soit. Les laboratoires proposent avant tout d’isoler les lots susceptibles d’être touchés et de procéder à des analyses précises des jus, car les molécules incriminées sont connues et identifiables. Il n’y a pas de traitement curatif connu et encore moins validé par l’OIV; on parle bien de nano-filtration du vin, mais ceci l’appauvrirait.

Un vin en dégustation

Pour terminer sur une touche totalement mélancolique, je vous propose la dégustation d’un vin qui ne pourra pas se faire cette année, en tout cas pas dans les mêmes conditions, vu qu’une partie du vignoble a été détruite dans l’incendie du 25 juillet à Fontcouverte. C’est une roussanne, vinifiée en jarre et oeuf de terre cuite avec une macération jus/baies de 8 mois pour 30% du volume. Il n’y aura pas de macération cette année et la cuvée sera confidentielle.

 

Las Vals La Roussanne 2018 Vin de France (Famille Lignères-La Baronne)

Il a la couleur de son cépage. Un peu doré et jaune comme la mirabelle et la poire qu’il évoque. Les fleurs et les épices se font la part belle dans un ensemble gourmand. Le chèvrefeuille et le safran semblent enrober la pomme caramélisée. La bouche raconte une autre histoire, elle entraine le fruit dans une valse de sensations, la tendresse s’ouvre sur une acidité juteuse, le vin offre une présence à la fois opulente et fraiche, tout en longueur, jusque dans la trame de bois de réglisse, belle amertume savoureuse qui participe à la fraîcheur. Avec un vin pareil, le temps s’arrête pour mieux nous réjouir. Tâchez de prendre du temps, justement, pour le déguster, car tous les vins du domaine font cet effet-là. Dégusté à 7°C.

En espérant que ce premier article vous ait plu, je vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour la présentation de La Baronne et ses autres cuvées.

En savoir plus :

 Vidéo de l’ICV sur incendie et vin

Les conseils des Laboratoires Dubernet

Nadine Franjus

19 réflexions sur “De feu et de vin

  1. Michel Smith

    Enfin un article interessant sur l’impact des feux de forêts et de garrigues dans nos régions viticoles; Je ne pense pas avoir lu un tel papier dans notre quotidien régional. Un bon début, Nadine !

    J'aime

  2. floraud

    Merci Nadine pour cet éclairage fort intéressant sur un sujet triste mais qui malheureusement se reproduira. Bienvenue dans la communauté. Je vous souhaite une belle écriture.

    Aimé par 1 personne

  3. David Cobbold

    Chère Nadine, dans un sens il est triste de débuter par un tel sujet, mais il est aussi urgent et nécessaire de la faire. Ton article apporte beaucoup d’informations fondées et factuelles qui, de plus, sont faciles à comprendre pour un non-scientifique comme moi (et probablement bon nombre des lecteurs de ce blog). Je suis très heureux de ton arrivée dans ce petit groupe d’amateurs (avant tout !) de vin. Bravo et j’ai hâte de lire la suite….

    Aimé par 2 personnes

  4. Nadine Franjus

    Merci David.
    Oui, je ne veux pas entrer dans des considérations trop techniques parce que ce n’est pas le lieu mais j’ai été frappée de voir que les vignes font un véritable coupe-feu. J’avais envie de leur rendre hommage. Quelques semaines après, avec les vendanges, on fait le bilan. Le feu fait des ravages sur plusieurs millésimes. J’y reviendrai.
    Nadine

    J'aime

  5. Comme le dit David, c’est facile à comprendre et on se rend compte de l’horreur que c’est, d’autant plus que cela va courir sur plusieurs millésimes, ça c’est vraiment moche. Ce qu’il y aussi, pour ce premier article, c’est la langue bien menée qui rend le discours scientifique agréable à lire. C’est aussi, et ça assoit l’article, qu’il est bien documenté. Merci pour cette entrée… en flammes.

    Marco

    J'aime

  6. Nadine Franjus

    Merci Marco. Toi qui connais ces paysages, tu peux imaginer le désastre.
    Mais les prochains articles ne seront pas tristes.
    Et avec plus de vins

    J'aime

  7. UNe perspective peu réjouissante, mais qui nous éclaire, nous qui ne sommes pas des scientifiques. Nous avons souvent besoin de telles considérations pour appuyer nos propos. Merci Nadine de nous les rendre plus compréhensibles.
    Bienvenue parmi nous.
    MLB

    J'aime

      1. Nadine Franjus

        Nous n’y manquerons pas 😉
        Il me semble bien que l’humour est la règle dans ce groupe !!!! Avec la modestie bien sûr…

        Aimé par 2 personnes

  8. tomfiorina

    Bravo Nadine d’avoir commencé tes articles pour Les5duVin avec une article sur un sujet si important pour les vignerons en France et ailleur. C’est bien expliquer que les vignes sont intégral dans le paysage menacé par les incendies sauvages et les effort et produit utiliser d’arrêter les feux ont un effet sur les vignes et le vin.
    J’apprécie aussi que la famille Lignères, qui font un du vin extraordinaire, était mentioné. J’ai souvent visité le Château la Baronne et Jean et Anne Lignères, avec la reste de leur famille, ont progressé chaque année de s’améliorer le vin de cette vignoble. Ce quelqu’un est capable de lutter contre une incendie ce sont les Lignères.

    Aimé par 1 personne

    1. Nadine Franjus

      Bonjour Tom. Merci pour ton commentaire. Nous irons « visiter » le domaine la semaine prochaine ici-même et je présenterai leurs vins. Tu ne crois pas si bien dire question lutte contre l’incendie, Jean a affronté le feu tout seul avec son régisseur. Mais le Château a été épargné.

      Aimé par 2 personnes

      1. tomfiorina

        Je peux bien croire l’histoire de Jean et le régisseur contre les flames. Comme le feu était un virus dans un de ses patients…
        Je sais qu’ils ont plein de nouvelles cuvées mais j’attends avec impatience de déguster ma bouteille de ‘Pièce de Roche’ 2005 qui était fait avec les carignan centenaires++.
        Transmet stp mes amitiés à Jean et Anne, Nadine.

        Aimé par 2 personnes

  9. Dorothée FRANJUS

    Ma grande et chère,
    Oui c’est un sujet grave et triste. Et oui, pourtant, je retrouve ton écriture douce, tendre mais précise avec un plaisir non dissimulé. J’ai vraiment bien fait de prendre ce temps dans une journée bien remplie pour une parenthèse enchantée. Vivement la semaine prochaine !

    Aimé par 1 personne

  10. Ping : Faire le vin à la maison 3 – une année bonne et l’autre non – Les 5 du Vin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.