Retour au Piémont (2) : chez Marrone, à La Morra

Suite de mon parcours piémontais, avec une étape à La Morra, chez Marrone.

La maison, familiale, est actuellement gérée par les 3ème et  4ème générations à savoir Piero Marrone et ses trois filles, Denise, Serena et Valentina.

La vue depuis la cave de Marrone, au lieu-dit Annunziata.

Bien qu’exploitant de très belles parcelles à Barolo (dont La Morra possède certains des crus les plus en vue), Marrone ne se limite pas à cette appellation ; le maison propose également des vins d’arneis, ainsi que des Barbera d’Alba et des Langhe Nebbiolo qu’elle élève avec soin, car comme on dit à La Morra aussi bien que dans n’importe quel beau vignoble: ce qui mérite d’être vinifié mérite d’être bien vinifié…

Et quand, après la visite de la cave et la dégustation des vins, vous avez la chance de déjeuner au restaurant tenu par Valentina, qui marie les vins, la savoureuse cuisine piémontaise et la vue sur les vignes de Barolo, vous vivez un sacré bon moment.

Marrone Langhe Arneis Tre Fie 2020

«Tre fie» veut dire trois filles en piémontais.  

Cette cuvée issue d’un des cépages blancs les plus emblématiques de la région, l’arneis, est issu d’une parcelle calcaire et bien exposée de Madonna di Como, naguère plantée de noisetiers (nous sommes au pays de Nutella). En bâtonnant le vin, les Marrone ont cherché à lui donner un maximum de complexité, à l’assagir, aussi. Car pour Serena Marrone, «L’Arneis est un petit voyou». En résulte un blanc d’abord très floral (acacia, camomille), qui délivre ensuite un fruit assez exubérant (zeste d’agrumes, pêche) ; mais c’est surtout la bouche aux jolis amers, avec quelques notes de miel et pas mal de gras, qui retient l’attention. Un beau vin de repas. 14 degrés. Production : 18000 bouteilles.

Marrone Chardonnay Memundis 2019

Un chardonnay du Piémont, pourquoi pas ? D’autant qu’il provient d’un beau terroir à dominante calcaire de Madonna di Como, que ne renieraient sans doute pas les vignerons bourguignons.  Et que son arrivée ne date pas d’hier : il a été planté en 1978.

Le bois bien présent au premier nez (le vin a été élevé 16 mois en tonneaux et barriques) s’estompe assez rapidement pour laisser la place à des épices douces et du tilleul, en bouche, le miel, prend le relai ; belle structure, beaucoup de gras. 14 degrés. Bien aérer.

Marrone Langhe DOC Favorita 2020

La favorita est la version piémontaise du vermentino. Celle-ci présente un nez très ouvert qui mêle la citronnelle et les fleurs d’acacia, avec en prime, un peu de curry et d’immortelle. La bouche est plutôt dense et très saline.  

Marrone Langhe Nebbiolo 2019

Très joli nez de fruit rouge légèrement confit, un peu de vanille, une bouche simple directe, une impression de légèreté malgré les 14 degrés au compteur, un peu de champignon frais et d’épices douces en finale, ce vin est une excellente introduction pour ceux qui voudraient découvrir le nebbiolo.

Cette parcelle a été plantée en 1995 à Madonna di Como, une frazione d’Alba. La production est de 11.000 bouteilles.

Vu des toits de la Cantina Marrone

Marrone Barbera d’Alba Superiore La Pantalera 2018

Même provenance que le vin précédent, à savoir Madonna di Como, mais une parcelle plus ancienne, plantée en 1965, et en Barbera, cette fois. Un coin très venteux où la vigne (et le viticulteur) souffre. 

Fruit noir, cassis, mûre au nez; la bouche est plus aiguë que large, l’acidité marquée mais pas mordante, avec des nuances balsamiques et en finale, un peu de figue. Un bel ensemble dont on ne sent pas les 15° d’alcool.

18 mois de bois. Production : 4.000 bouteilles.

Marrone Nebbiolo d’Alba Superiore Agrestis 2018

On reste à Madonna di Como, mais en revient au Niebbiolo – ici, des vignes plus vieilles que pour Langhe.

Plus de structure, un nez frais, du menthol, du cèdre, de fumée mais des tannins un peu secs en finale, qui demandent une viande grasse. 14 degrés.

Un petit mot sur le Barolo

Avant d’entamer les commentaires de dégustation des Barolo de Marrone, il est sans doute utile de rappeler que cette DOCG au relief assez tourmenté n’est pas homogène. Si son aire ne s’étend que sur quelques communes, pour un total d’un peu plus de 2.100 hectares, elle regroupe deux grands types de sols que sépare, grosso modo, la route qui descend d’Alba vers Novello. Les vignes de Serralunga d’Alba et Monforte d’Alba, à l’Est, poussent dans des sols plutôt gréseux, alors que sur les communes de Barolo et de La Morra, à l’Ouest, on trouve plutôt des marnes calcaires et très denses, un peu comme à Barbaresco. Dans les deux sous-zones, cependant, des dépôts d’argiles permettent une bonne implantation du nebbiolo – sauf exceptions, bien sûr !

Autres facteurs déterminants au plan du terroir : l’altitude, l’exposition au vent (nous sommes dans une zone de collines) et l’orientation des vignes ; notons à ce propos que les expositions au nord ne peuvent actuellement pas entrer dans la DOCG (ce qui pourrait changer avec le réchauffement climatique), ni les fonds de vallées.

La mosaïque des Bricchi du Barolo

D’où l’importance des crus, ou bricchi. Ils sont près de 170 à pouvoir figurer officiellement sur l’étiquette ! La mention de ces crus peut être un complément d’information pour le consommateur, pour autant qu’il y prête de l’attention, et pour autant qu’ils lui soient connus, ce qui est loin d’être le cas. Si Bussia et Bricco San Pietro (les deux plus vastes) figurent logiquement assez souvent sur les étiquettes, ce ne sont pas forcément les plus prestigieux. Faute de classement officiel de type «primo bricco» ou «gran bricco», certains critiques de vins, notamment italiens et anglo-saxons, établissent régulièrement leur propre palmarès, un peu à l’image de ce qui se fait en Bourgogne ou à Bordeaux ; ce qui serait encore plus intéressant s’ils pouvaient intégrer le facteur humain – c’est toujours le même vieux problème : le bricco Brunate est-il grand da solo, ou parce les domaines qui le travaillent ont de bons vinificateurs ?  Quant à moi, j’ai vu plus de fil rouge entre les différents bricchi de Parusso, par exemple, qu’entre les Bussia du même Parusso et celui de Marrone, par exemple.

Bien sûr, je ne prétends pas être l’expert ultime du Barolo, après seulement deux visites dans la région. Je me permets seulement de rappeler qu’en Italie comme ailleurs, une mention sur une étiquette n’a jamais fait la qualité d’un vin.

Mais revenons à la dégustation, qui reste toujours le juge suprême…

Marrone Barolo 2017

Aux suaves senteurs d’orange sanguine et de réglisse du nez répondent des épices, en bouche, du poivre aux clous de girofle en passant par le cuir ; un vin d’une belle intensité, puissant et pourtant élégant ; les tannins sont soyeux, sans aucune sécheresse – enfin. Un vin tout en équilibre.

Cette cuvée assemble des raisins de La Morra, qui donnent généralement des vins plus élégants et qui se font plus rapidement, et ceux de Castiglione Falletto, plus structurés mais qui sont aussi plus longs à se faire. Elle ne porte donc pas de nom de cru.

24 mois d’élevage. 14.500 bouteilles. 14,7 degrés. 

Marrone Barolo Bussia 2016

Beaucoup de finesse, de classe, un mix de fruits rouges et noirs très frais, du croquant en bouche, avec un peu de menthol pour dynamiser le tout, et une note de cuir en finale. C’est aérien, enlevé. Les amateurs de gros vins charnus, extraits et puissants passeront peut-être à côté de ce type de cuvée – tant mieux, il en restera plus pour les autres !

Marrone Barolo Pichemej 2016

Cerise mûre et pivoine au nez, pas mal d’épices en bouche, du tabac blond, de l’humus, avec une finale sur le foin, et les fleurs fanées. C’est raffiné, subtil. Faut-il encore attendre ce vin? Je n’en suis pas persuadé, car je le trouve très savoureux aujourd’hui.  

«Pichemej» signifie «plus que bien» en Piémontais. Il ne s’agit pas d’un cru, mais d’une sélection haut-de-gamme opérée par Marrone, qui assemble pour l’occasion les raisins de deux clones différents du nebbiolo, le lampia et le michel. 

Élevage long en foudres. 5.500 bouteilles.

Contact: Agricola Gian Piero Marrone, https://www.agricolamarrone.com/

Importateur en Belgique: Bleuzé Wines

Hervé Lalau

Une réflexion sur “Retour au Piémont (2) : chez Marrone, à La Morra

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.