A propos du repas gastronomique des Français

En 2010, l’Unesco a inscrit au Patrimoine de l’Humanité « le repas gastronomique des Français », celui-là même auquel est dédiée la Cité internationale de la gastronomie et du vin, inaugurée avant-hier à Dijon.

Certes, voila qui flatte notre ego. Mais quant à moi, il me semble que comme on classe certains monuments historiques juste au moment où ils sont sur le point de s’écrouler, cette reconnaissance est bien trop tardive, car le repas gastronomique des Français est en train de disparaître.

Question de générations, question de composition de la population, aussi: à l’heure de la globalisation et de la malbouffe, je ne suis pas sûr que nous méritions toujours d’être cités en exemple pour nos repas; rappelons que le plat préféré des Français, selon une enquête menée par You Gov en 2020, est la raclette. Au palmarès, on trouve également le couscous et les moules-frites.

Pas sûr non plus que l’alimentation, dont le poids dans le budget des ménages n’a jamais été aussi bas, ne soit toujours le thème favori des familles de France (je parle en moyenne, bien sûr). On n’a jamais autant vu d’émissions culinaires en France, mais le temps passé à cuisiner et à s’assoir autour d’une table en famille me semble diminuer, à l’inverse. Et quand bien même on inviterait le voisin de palier, la cousine Amélie ou le collègue de bureau, les jours où l’on doit allonger la table, qui a besoin d’un Philippe Echebest ou d’un Jamie Oliver pour leur préparer… une raclette pré-tranchée made in supermarket?

En outre, moi qui vis en Belgique, je me demande parfois si nos amis belges ne sont pas devenus plus experts que nous en ce qui concerne nos propres produits de terroir. Ce n’est qu’une anecdote, bien sûr, mais j’ai dû apprendre à ma famille française ce qu’était le Floc de Gascogne quand mes amis belges en buvaient déjà depuis bien longtemps. Et je ne vous parle pas du sherry, du riesling allemand, du sauvignon néo-zélandais ou du chasselas suisse. 

Enfin, moi qui visite fréquemment l’Italie, j’ai l’impression que la nourriture de qualité, « il buon cibo » comme on dit là-bas, y tient aujourd’hui une place plus grande que chez nous.

Je me trompe?

Hervé Lalau

5 réflexions sur “A propos du repas gastronomique des Français

  1. Bonjour Hervé,
    100% d’accord avec votre billet d’humeur.
    On mange généralement très bien et assez peu cher dans les trattorie italienne, tandis que pour manger bon et un peu authentique en France, il est souvent nécessaire de beaucoup dépenser.
    Par ailleurs, j’ai fait l’expérience, similaire à la vôtre en Belgique, que bien des Britanniques s’y connaissaient beaucoup mieux en vins du monde, vins français compris, que nos compatriotes qui souvent (parmi les hommes en tout cas) semblent penser qu’il suffit pour cela d’avoir la nationalité française depuis quelques générations…
    Et pour vivre entre la campagne audoise et Berlin, je trouve que dans la capitale allemande (malgré l’épouvantable réputation culinaire de nos cousins germains, que ne bat sans doute dans l’imaginaire collectif français que celle de nos voisins d’Outre-Manche – sans commentaire) on trouve plus facilement la combinaison savoureux + créatif + pas trop onéreux qu’à Toulouse.
    La Cité de la gastronomie et du vin est en soi une bonne idée. Reste à savoir s’il s’agit d’un véritable labo, vivant et créatif, ou d’une simple vitrine folklorique célébrant, comme vous le redoutez, un patrimoine ossifié, muséifié et en voie d’extinction.

    Aimé par 1 personne

  2. Nous en sommes donc à la deuxième cité internationale de la gastronomie puisque celle de Lyon a ouvert il y a peu d’années dans le grand Hôtel Dieu, magnifique monument du XVII° s… Cela fait beaucoup!
    Lyon est la vile qui compte 19 chefs étoilés (4ème ville la plus étoilée d’Europe), première destination gastronomique de France, 4000 restaurants !!
    « Pour moi, Lyon a une légitimité naturelle à héberger la Cité Internationale de la Gastronomie, notamment parce que trois filières clés y convergent et dialoguent : les métiers de bouche, l’agriculture et la recherche en matière d’alimentation et de santé » dixit le chef étoilé Régis Marcon, président du Comité d’orientation stratégique de la Cité Internationale de la Gastronomie de Lyon.
    Bis repetita placet, dit-on, mais je reste assez interpellé par cette quasi débauche de grands établissements culturels qui doivent fonctionner au 10ème de leur capacité réelle et engendrent des retombées dont l’évaluation réelle des objectifs reste à établir.

    Aimé par 1 personne

  3. mamscook

    Voilà une analyse qui fait mal mais que je partage…
    Nous avons laissé se développer la GMS à outrance, et eu une panne de transmission dans la connaissance des produits, de la saisonnalité, de la cuisine, de notre terroir !
    C’est triste!
    Et si la cuisine des chefs est un étendard, la cuisine du quotidien, celle que faisait nos grands mères avec trois fois rien, est celle qui aiderait de nombreuses familles à l’heure où l’inflation fait monter les prix à bien manger!
    Il est urgent de remettre du sens dans l’assiette… sinon la cuisine française sera pour les musées!
    Et oui on mange bien souvent mieux en Italie, au Portugal ou ailleurs…

    J’aime

  4. Jean Merle

    La connaissance, l’intérêt pour les repas qualitatifs faits ‘chez soi’ est en baisse en France. C’est indéniable.
    Situation liée à des changements culturels, économiques, …des Français.

    Mais on mange plus facilement bien dans n’importe quelle ville de province française plutôt qu’à Berlin (où j’ai vécu 5ans…) ou qu’au Portugal (plutôt triste culinairement parlant, a moins que vous n’aimez l’huile d’olive de mauvaise qualité mais en grande quantité et les accompagnements frites + riz…lol. La cuisine la plus lourde du Sud de l’Europe).

    Quant au vins du monde, triste tarte a la crème….

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.