Mondial des Pinots 2022

Cette année, j’aurai la chance d’être à nouveau juré au Mondial des Pinots. Cela se passera à Sierre, en Suisse, à la fin août.

Ce sera ma troisième participation. Pour ceux qui s’étonneraient de ce que ce soit des Suisses (en l’occurrence, la dynamique association Vinea), qui organisent ce rendez-vous annuel autour d’un cépage que l’on associe si naturellement, chez nous, à la Bourgogne, je répondrai ceci:

Primo, rien n’empêchait nos amis Bourguignons de prendre les Suisses de vitesse (au fait, c’est la 25ème édition, cette année), pour autant qu’ils aient l’envie de voir leurs vins se frotter à l’aveugle à ceux d’autres pays du pinot, bien sûr.

Et secundo, il ne s’agit pas que du seul pinot noir, mais de tous les pinots – et pour le gris comme pour le blanc, il y a d’autres régions de référence.

Par ailleurs, quant à moi, j’avoue qu’il est bien agréable, et très éducatif, aussi, d’exercer mes papilles sur des pinots d’ailleurs. Je viens d’avoir l’occasion de déguster de jolis pinots gris d’Ancenis, sur place, en version tendre (on les appelle malvoisies, là-bas) et de Reuilly (en rosé, ou plus exactement, en gris); et puis, pas plus tard que ce lundi, j’ai goûté un pinot noir de New York (je vous en ai parlé mercredi).

Alors je me réjouis de pouvoir en découvrir ou en redécouvrir d’autres – je pense en particulier aux pinots noirs des Grisons, de l’Orégon ou de Nouvelle-Zélande, que je n’ai pas si souvent l’occasion de croiser sur ma route de dégustateur.

Et j’espère bien sûr que de jolis crus bourguignons viendront compléter le tableau – comme les vins nous serons présentés dans le plus parfait anonymat, je n’aurai aucune raison de les traiter différemment des autres, même si mon éducation vineuse a démarré par la Bourgogne, région pour laquelle je garde une affection particulière, bien que je sois souvent déçu, surtout en rouge, par son rapport qualité-prix (qui aime bien châtie bien…, comme on disait dans le temps). 

Autre raison de saliver: j’y retrouverai quelques amis chers, de tous pays, et dans une ambiance d’autant plus détendue que l’organisation est très bien rodée.

Mais n’anticipons pas, je vous raconterai tout ça quand j’y serai.

Hervé Lalau

Une réflexion sur “Mondial des Pinots 2022

  1. Roland Thiébaud

    C’est vrai qu’après le Chasselas, la Suisse fait aussi la part belle belle au Pinot … Noir. C’est le cépage rouge privilégié, ici en Suisse – donc une bonne raison d’organiser le Mondial du Pinot en Suisse. Et le Pinot Noir a pris ses noblesses à Neuchâtel, en Valais, un peu (pas assez) sur Vaud, et aussi dans les contrées éloignées alémaniques jusque dans la Vallée du Rhin (je résume).
    Bien sûr l’excellence du Pinot Noir se trouve en Bourgogne, principalement dans les Côtes de Nuits et les Côtes de Beaune. Mais ces produits sont devenus pratiquement inabordables.
    Pour les autres Pinots, je connais un peu le Blanc, dont on peut faire de bonnes bouteilles appréciables pour boire avec les produits de la pêche ou de la mer. Pour le Gris, je ne connais que quelques exemples étrangers, en particulier de l’Italie du Nord-Est (Frioul), ou de bouteilles exotiques qui m’ont été offertes.
    Y a-t-il vraiment une « parenté » entre ces Pinots de différentes couleurs. Il m’intéresse d’en savoir plus!
    J’aurais volontiers posé la question à mon regretté ami disparu Yves Paquier, mais comme il ne peux pas me répondre, pouvez-vous le faire?
    Bonne soirée

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.