Domaine Gayda : la réussite de néo-vignerons, 20 ans après

Des histoires de néo-vignerons, il y en a tous les ans qui font le bonheur des rédactions. Régulièrement, la mienne me demandait d’en trouver de nouveaux, jeunes et/ou amateurs et/ou investisseurs et/ou en conversion professionnelle; ceux ou celles dont on n’a pas encore entendu parler, touchants par leur ignorance voire leur naïveté face au monde du vin.

J’en ai fait des portraits plein de rêve et de passion dans l’excitation joyeuse de la création. Mais je n’ai jamais fait de suivi. Alors quand l’occasion s’est présentée d’aller rendre visite au Domaine Gayda, j’étais curieuse de voir ce qu’il était devenu presque 20 ans après.

Photo Domaine Gayda à Brugairolles

En 2003, trois amis qui travaillaient en Afrique du Sud, décident de créer ensemble un domaine viticole à Brugairolles, un village de l’ouest audois dont l’un des trois est originaire. Tim Ford, directeur général, Vincent Chansault « winemaker » et David Chardron, responsable commercial.

Ils installent leur projet sur un champ de 20 ha de tournesol qu’ils vont remplacer, petit à petit, par de la vigne. Ils s’engagent d’emblée vers une agriculture biologique. Ils se font connaitre par un projet de partenariat original. Ils proposent l’achat participatif de vignes à raison de 10 à 20 ares la part. Le groupe de copropriétaires a des avantages sur l’achat des vins et les visites sur le domaine. Avec le temps, Tim reconnait que c’est une gestion complexe et chronophage mais qui a lancé leur trésorerie. En 2004, ils achètent 6 ha de vieilles vignes sur l’AOC Minervois La Livinière. En 2006, ils ouvrent un restaurant et des gîtes. En 2007, ils sortent leur première cuvée «Chemin de Moscou», à qui ils ont donné le nom de leur adresse.

Aujourd’hui, le domaine compte 40 hectares sur quatre sites deux en Languedoc, Brugayrolles et La Livinière; et deux dans le Roussillon, Col de la Dona et Latour de France. En 2023, ils peuvent autofinancer la construction d’un nouveau chai et la plantation de fruitiers. Leur développement est raconté en détail sur leur site pour ceux qui veulent en savoir plus.

Tim Ford devant les oliviers du Domaine Gayda

J’ai interrogé Tim Ford sur les raisons de cette réussite. Il semble surpris que 20 années soient déjà passées, il n’a pas eu le temps d’y penser. Ils étaient novices dans la vigne mais pas dans l’agriculture et son commerce. «En France, on croit souvent que si le produit est bon, la vente va se faire toute seule», dit-il. Eux, ont mis en place une stratégie marketing dès le début. Ils travaillent tous les trois de concert. Tim à la direction du marketing et le marché export, David pour la France et Vincent à la production. Si on doit retenir quelques points forts qui pourraient expliquer cette réussite ce serait : le vin est bon, beau et bien positionné (les 3P du marketing). Le choix de l’IGP pour la flexibilité du produit. Les médailles aux Concours prestigieux. Des étiquettes originales. Le petit plus: Jancis Robinson apprécie leurs vins et le fait savoir.

Et maintenant, je vous propose une petite sélection de 5 cuvées sur les 21 de la gamme.

Chemin de Moscou, IGP Pays d’Oc 2020

Un rouge lumineux avec des reflets violine qui inspire le fruit frais au nez. Fruité et épicé, la violette, la cerise côtoie le poivre noir avec une touche de menthe verte. On garde le même esprit en bouche dans un bel équilibre entre la douceur fruitée et la tenue des tanins, longs, fins et fondants qui restent en final. Jolie complexité de matière sur le fruit délicat.
59% syrah, 35% grenache, 6% cinsault.

C’est la cuvée phare du Domaine, celle qui l’a fait connaître, avec beaucoup d’arguments : son nom qui n’est autre que l’adresse du Domaine, son packaging sobre mais élégant, sa dominante syrah sur un terroir peu connu mais surtout, son goût, qui plait à tous, sans faillir malgré les millésimes. On peut dire que c’est une réussite, non ? 25 €

Les étiquettes suivantes sont dessinées par l’artiste d’Afrique du Sud Rohan Etsebeth. https://archival.co.za

Figure Libre, Cabernet franc, IGP Pays d’Oc 2020

Une robe plutôt sombre bien que brillante, des reflets noir dans le rouge. C’est d’abord le fruit rouge qui se présente au nez, un fruit bien mûr avec une touche de végétal aromatique et frais puis du paprika et une touche de cerise. La note de groseille à maquereaux si chère au professeur Dubourdieu est juste évoquée. La bouche est plus gourmande que le nez, avec du sucre fondu, une légère amertume de réglisse noir, les tanins portent le goût, c’est soyeux et fondu. Un final avec de beaux amers de grillé qui prolongent la fraicheur.
Les cuvées Figures Libres sont issues des envies du Domaine de cultiver les cépages qu’ils aiment. Vincent Chansault étant d’origine ligérienne, il a « ses » vignes de cabernet franc et de chenin. Si on ne cherche pas à comparer avec les grandes appellations de la Loire, on se fait plaisir avec ce travail bien fait, c’est suffisant, non ? 16 €

Figure Libre, Chenin blanc, IGP Pays d’Oc blanc 2021

D’abord il est doré, un or pâle bien brillant, une belle robe qui annonce une bonne maturité. Et le fruit est mûr, citron, pêche abricot et poire avec des notes fraiches de fenouil. La bouche est fine et saline, en bon équilibre avec l’acidité tendre d’un citron et la douceur d’un fondant vanillé, la touche anisée persiste dans le final acidulé. 12 €

En passant, IGP Pays d’Oc blanc

 Un blanc pâle plus argent que doré. Des notes d’abricot sec et de pêche jaune, une note de rose, une touche d’agrumes douces et un soupçon de tilleul. Même histoire en bouche avec une fraiche amertume et une belle vivacité. C’est un bel assemblage qui surprend par ses contraires qui se complètent. Surprise réussie.
En passant est la cuvée éphémère, d’assemblages différents selon les millésimes, l’étiquette raconte une histoire, elle aussi évolutive, en hommage à l’hymne pop-rock The Passenger d’Iggy Pop. J’ai goûté le vin dans le silence et en écoutant le rockeur. Je n’ai pas su faire de différence. Mais c’était bon. 9 €
70% muscat, 30% macabeu

En passant, IGP Pays d’Oc rouge 2020

La robe est d’un pourpre brillant, le vin est accueillant, le fruit rouge se mêle aux épices et à la fraicheur végétale, violette et framboise ou poivre rouge et tomate sèche, une touche de liqueur de cerise et une douceur, comme la pomme d’amour. En bouche on retrouve ce mariage entre la richesse et la finesse, la fraicheur et la sucrosité. Avec un final légèrement acidulé pour accompagner des tanins encore bien feutrés. C’est un vin d’assemblage sans aucun doute mais qui raconte sa propre histoire avec des accents parfois surprenants que l’on le suit volontiers. 9 €
80% syrah, 20% carignan

 

Et pour plus de renseignements : https://www.domainegayda.com

Nadine Franjus

 

 

10 réflexions sur “Domaine Gayda : la réussite de néo-vignerons, 20 ans après

  1. Daniel Marcil

    Bravo Nadine, quelle bonne idée de retourner au domaine 20 ans plus tard! Cela met en évidence tout le chemin parcouru et la ténacité nécessaire pour y arriver. Dans un monde où l’on « zappe » et où l’on « surfe » à grande vitesse, cela fait du bien de jeter un coup d’œil au rétroviseur. Cela nous offre une perspective positive pour un avenir plus serein.
    Après avoir lu ton billet, je me suis empressé de visiter le site web du domaine. Il est vraiment très complet et fort agréable à parcourir, tout y est. C’est tellement rare que cela mérite d’être souligné.

    J’aime

  2. Nadine Franjus

    C’est vrai que leur site est bien fait et il ne m’a pas semblé utile de répéter ce qui y ait décrit. On sent que leur communication est bien maitrisée, pas dans le sens publicitaire ni exagérée mais plutôt comme un récit sincère. C’est rafraichissant.

    J’aime

  3. dcobboldorangefr

    Je suis (très petit) actionnaire de ce domaine via l’organisme Terra Hominis et j’ai participé récemment à leur journée de fin de vendanges. Il y a peut-être un point que tu ne mentionnes pas dans ton papier et qui me semble essentiel dans leur démarche : la liberté d’assemblage que donne un vignoble dispersé dans différents secteurs. La composition de leurs cuvées (sauf pour le Minervois) va varier chaque année en fonction de la qualité des raisins. Cette approche est classique dans ce que l’on appelle le « Nouveau Monde », mais trop rare en France à mon avis.

    J’aime

  4. Nadine Franjus

    Tu as raison David, j’aurais pu le mentionner et pas seulement leur choix de produire des IGP pour « la flexibilité du produit ». Il y a beaucoup de choses à raconter sur leur démarche et j’espère que le lecteur ira visiter leur site comme l’a fait Daniel.
    Ravie de te savoir investi comme actionnaire dans cette aventure. Et intéressée aussi, l’as-tu chroniqué quelque part? Il y at-t-il un article pour en savoir plus sur ton expérience?

    J’aime

    1. dcobboldorangefr

      Non Nadine, je ne crois pas avoir écrit sur ce producteur. Le fait d’y être actionnaire, même modeste (1500 euros) serait une raison déontologique, déjà. Je n’aime pas tous leurs vins, mais le Chemin de Moscou et les deux blancs que tu as commentés, j’en ai dans ma cave. Il serait intéressant en revanche d’écrire sur la démarche de Terra Hominis, basée dans le sud, et qui aide pas mal de jeunes vignerons à s’installer par un système de financement participatif.

      J’aime

      1. Nadine Franjus

        Oui David, c’est sur ton expérience avec Terra Hominis que je demandais si tu as écrit dessus. C’est un bon sujet, en effet.

        J’aime

      2. dcobboldorangefr

        Non, je ne l’ai pas fait mais c’est à faire un jour je pense, en récoltant des avis d’autres actionnaires, ainsi que des domaines concernés. Veux-tu que je te mets en contact avec Ludovic Aventin, qui a fondé Terra Hominis ? Il vit près de Montpellier.

        J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.